Tous nos articles sur "soul"

Critique : Un peu d’amour pour Lianne la Havas ?

En novembre 2011, on découvrait Lianne La Havas dans les rues de Paris. Depuis celle qui s’est inclinée face à Michael Kiwanuka lors des BBC Music Awards, et a su faire sa place avec une soul plus énergique et teintée d’une certaine folie folk. Fille d’un père grec et d’une mère jamaïcaine, on est rapidement frappé par la réussite du métissage en la voyant, et de son propre aveu, ces influences se ressentent également dans sa musique? Aujourd’hui grâce à la sortie de son album Is Your Love Big Enough ? nous allons pouvoir faire un saut dans son univers si particulier. Faisons cependant attention à ne pas la réveiller, oui, car en ouverture de son album avec Don’t Wake me Up Lianne La Havas fait ce vœu surprenant de rester assoupie encore quelques minutes. Le réveil a pourtant lieu très vite avec Is Your Love Big Enough ? Une chanson très rythmée par ses percussions et qui bénéficie en plus d’un clip plein de bonne humeur placé au cœur de sa tournée.

Regardez : Lianne La Havas – Is Your Love Big Enough ?

Vient ensuite un morceau magnifique, soutenu par une soul forte et mélancolique, Lost & Found et son fameux clip en noir et blanc nous bouleversent sans la moindre difficulté. Lianne La Havas sort de ce morceau visiblement au fond du trou avant de faire un détour rapide Au Cinéma et de voir sa vie sentimentale sur grand écran sans retour ni pause possible, on en ressort néanmoins requinqué grâce à un morceau dynamique et plus léger après la vague de tristesse insufflée précédemment. Lianne La Havas ne laisse plus de place au doute en featuring avec Willy Mason sur No Room for Doubt, une ballade acoustique que l’on redécouvre ici à deux voix après notre premier contact avec la chanson en solo dans les rues de Paris.

L’alternance entre rythme mélancolique et dynamique semblant être la règle de cet album, et on y déroge pas au moment de retrouver Forget, le dernier extrait de l’album à bénéficier d’un clip. La chanson portée tout du long par un riff de guitare électrique sonne la cloche d’une rébellion personnelle bienvenue après quelques déboires amoureux.

Regardez : Lianne La Havas – Forget :

Après la rébellion, la joie retrouvée dans Age, une vraie ballade acoustique à la légèreté appuyée par une guitare sèche sautillante. L’écriture est vraiment un des points forts de cet album comme peut en témoigner Elusive, un joli morceau qui prend toute sa saveur à l’écoute des paroles amères débitées par une Lianne La Havas intrigante. Sombre dans Everything Everything, elle semble accepter une situation pas particulièrement agréable dans une chanson lugubre soutenant la voix faible et roque de la chanteuse. Lianne La Havas continue de livrer ses émotions face à un amour instable, qui va définitivement se retirer dans Gone, un au revoir à contrecœur face à une phase qui ne pouvait plus durer. Le rythme qui depuis Elusive se fait triste, continue sur la même longueur d’onde sur Tease me et They Could Be Wrong, les deux derniers morceaux de l’album. Dommage car on avait beaucoup apprécié l’alternance des humeurs du début d’album.

Pourtant on avoue être une fois de plus sous le charme de cette soul britannique qui traverse la Manche sans complexe depuis quelques mois. Lianne La Havas le fait différemment de Michael Kiwanuka, mais avec cette même sincérité dans l’écriture et la production qui fait parfois défaut aux chanteurs américains. Vous pouvez craquer sans crainte particulière, l’album est complet, sans réelle baisse de régime. La voix de Lianne La Havas est belle et on aimerait la retrouver très vite.

Si vous choisissez la version deluxe de l’album vous aurez droit à 5 morceaux supplémentaires, très appréciables, enregistrés en acoustique à Paris. Pour aller plus loin vous pouvez bien sur retrouver le site officiel de Lianne La Havas qui s’avère très complet et régulièrement mis à jour.

Perfectly Imperfect, l’album d’Elle Varner

Comme vous avez déjà pu le lire dans nos précédents articles consacrés à Elle Varner, la demoiselle à un pédigrée plutôt intéressant. Papa producteur, maman choriste de Barry White entre autres, la belle Elle à la voix brute est aussi auteure et multi-instrumentaliste. Après nous avoir fait saliver avec sa mixtape Conversational Lush c’est avec impatience que nous attendions son Perfectly Imperfect. Voyons donc de plus près ce premier album et commençons avec son premier titre, le duo avec J. Cole, Only Wanna Give It To You. Avec un refrain dont l’air et le texte rappellent fortement le In The Closet du King Of Pop (Something about you baby/That makes me want/To give it to you…) la voix éraillée d’Elle nous avait déjà séduit. La soul de son deuxième titre, Refill, nous a toutes et tous définitivement mis à ses pieds. Dans Sound Proof Room, Elle tire un peu plus sur la voix dont la cassure offre un côté un peu plus rock.

Ecoutez : Elle Varner – Sound Proof Room

I Don’t Care, Not Tonight et Leaf continuent sur la lignée soul sans émoustiller nos oreilles plus que ça. Oh What A Night et Stop The Clock, plus dynamiques et hip hop que les titres précédents, nous réveillent d’un certain ennui dans lequel nous commencions à sombrer, tandis que Welcome Home et Damn Good Friends nous balancent doucement vers un So Fly qui nous enchante par son énergie.

Ecoutez : Elle Varner – So Fly

Le bilan de Perfectly Imperfect est donc assez positif étant donné qu’il est le premier d’Elle Varner. Assurément on en redemande mais comme beaucoup d’autres chanteuses soul arrivées récemment dans l’industrie musicale, là encore, il n’y a pas de prise de risque. Elle est loin l’époque de nos super stars qui en un album révolutionnaient la terre entière… mais laissons le temps à ces petites princesses de la soul de devenir des divas.

Pour aller plus loin :

le site d’Elle Varner.
- Sa mixtape Conversational Lush est toujours disponible au téléchargement.

Découvrez la soul torturée de Cold Specks

Cold Specks est le nom de scène de la mystérieuse Al Spx. Chanteuse canadienne débarquée à Londres, on a encore du mal à définir son style musical. Une soul très sombre qui flirte avec le blues. Elle signe chez Mute Records début 2012 avec la ferme intention de sortir son album I Predict a Graceful Expulsion. Le premier single, Holland sort fin 2011, l’occasion pour nous d’ouvrir cet article sur une balade musicale et visuelle.

Regardez : Holland – Cold Specks :

I Predict a Graceful Expulsion sort en mai 2012, premier album pour Al Spx qui chante et écrit pourtant depuis des années avec pour but de devenir une rockstar au départ, en tant que grande fan des guitaristes de The Strokes. De belles influences donc pour une adolescente assez turbulente qui a grandi au cœur d’une famille trop nombreuse pour y être heureuse. Longtemps restée en conflit avec ses parents, elle quitte les suburbs canadiens pour l’Angleterre dans leur dos afin de se lancer dans la musique au lieu de continuer ses études. Plus tard elle annoncera à ses parents qu’elle ne croit pas en Dieu, l’écriture de l’album se place durant cette période, elle s’attend alors à un rejet (d’où le titre du disque) et leur écrit un message très fort avec Lay Me Down.

Regardez : Lay Me Down – Cold Specks :

http://www.youtube.com/watch?v=iakh1pX7pxg

Le blues d’Al Spx lui vient probablement des artistes du Mississippi, ou de son modèle Tom Waits avec lequel elle partage une voix éraillée capable de transmettre les plus belles choses comme la plus grande détresse. Une voix mature pour un premier album, mais ce n’est pas forcément le cas pour la guitare au départ. Encore en plein apprentissage Jim Anderson et Rob Ellis, les producteurs d’ I Predict a Graceful Expulsion, lui permette d’offrir une copie propre dans laquelle sa voix peut s’exprimer librement sans se soucier réellement des arrangements musicaux. Chaque chanson est très travaillée par les deux compères ensuite. On est passé d’une démo folk-guitare à un réel univers instrumental entre la soul, le blues et la folk sur l’album, une identité s’est formée autour de la chanteuse et Cold Specks est née. Des chansons comme Elephant Head ou Holland traduisent bien cette idée de complémentarité entre une artiste débutante mais pleine d’idées et ses producteurs qui l’aident à les mettre en oeuvre.

Regardez : Cold Specks – Elephant Head :

La suite sera différente donc selon Al Spx, peut-être moins mélancolique (mais aussi moins sincère ?), avec une telle voix et de si belles influences on peut lui faire confiance pour prendre le meilleur des virages. Sam Cooke étant également un de ses artistes favoris on peut s’attendre à un album plus proche de la soul pour la jeune canadienne qui avec I Predict a Graceful Expulsion nous offre déjà un disque d’une grande beauté, la plupart des chansons ayant été écrite lors de son adolescence, comme une gracieuse répugnance d’une période agitée pour Al Spx.

Cold Specks, futur grand nom de la musique ? Elle a en tous cas toutes les cartes en main pour réussir, et vous avez tout ce qu’il vous faut sur son site officiel pour la découvrir.

Regardez : Cold Specks – Winter Solstice :

Découvrez : Rachel Claudio, mixtape et Dissertation

Bonjour Rachel Claudio, tu ne nous connais sans doute pas, mais nous on commence à bien connaître ton univers musical car même si tu fais partie de nos découvertes du moment, nous savons que cela fait un moment que tu es dans la musique. Tu es australienne, arrivée en France il y a quelques années et bien que tu chantes en anglais, nous savons alors que tu n’auras pas besoin de lancer Google Translate pour nous comprendre. Ça y est, nous avons récemment écouté la C.L.AUDIO TAPE, la mixtape gratuite que tu viens de sortir et avant de te donner notre avis en quelques mots, nous voulions résumer une partie de ton parcours musical et présenter ton dernier clip à nos lecteurs.

Regardez : Rachel Claudio – Dissertation

Cela fait quelques mois que nous te suivons avec notre oreille, précisément depuis que nous avons eu un aperçu de ton art lors du dernier I Love This Dance fin 2011. Un synthé sur scène, un ordi, une voix soul puissante, étonnante même et un mélange assez particulier de sons hip hop et d’effets modernes. Visiblement, tu as le soutien des ex-Saïan Supa Crew (d’ailleurs quel joli titre que ce (You Are A) Star avec Sly Johnson !), alors il a fallu que nous allions plus loin après cette expérience sonore intrigante.

Plus qu’un soutien en vrai, tu es complètement liée au dernier projet musical de Vicelow sorti au printemps 2012 puisque l’on a reconnu ta voix sur les choeurs féminins du disque et ça lui a fait beaucoup de bien. Au-delà des chouettes collaborations avec Union, Beat Assaillant ou Soklak, il y avait eu un premier EP (Utterance) mi-2011 et surtout ton premier album Claudiography une poignée de mois plus tard, premier opus que nous avions adoré. Quelques extraits sont à écouter sur ton Myspace et si ce n’était pas clair jusque là, nous le recommandons chaudement à ceux qui ne le connaissent pas. Depuis, nous attendions de tes nouvelles pour savoir comment ta musique allait évoluer.

Avec C.L.AUDIO TAPE sorti le 25 juin dernier, c’est une musique vraiment différente de l’accoutumée à laquelle nous avons droit. Pour décrire ce nouveau projet, le plus simple est de citer les mots que tu nous a communiqués. C.L.AUDIO TAPE, c’est « des reprises de mes morceaux « old-school » préférés, posés sur mes prods « new-school » préférés, en l’honneur de mes producteurs et auteurs préférés ! » En effet, nous avons été surpris par les remixes de Waterfalls de TLC, Smooth Criminal de Michael Jackson ou encore des morceaux repris de la BT 2.0 de Vicelow, Zetwal Box et Hip Hop Ninja (chanson rebaptisée Eleanor Rigby puisqu’elle reprend quelques mots et sonorités de la chanson originale du même nom des Beatles.) C.L. AUDIO TAPE est donc un mélange improbable de sons des années 60, 70, 80, 90 revus et corrigés pour devenir des prods modernes, lourdes et à la limite de l’expérimental parfois. Comme à ton habitude Rachel, on t’entend chanter, rapper aussi (ce n’est pas un coup d’essai, nous le savons), tout cela pour un résultat étonnant et vraiment recherché, mais moins accessible que ce qu’était Claudiography.

A part un ou deux titres assez étranges, nous avons apprécié la mixtape. Une mention spéciale pour les morceaux Pablo Picasso, le remix un peu plus dansant de Dissertation (le titre original est à retrouver dans l’album nommé précédemment), cette merveilleuse et surprenante version de Smooth Criminal et enfin le tout aussi renversant Be Strong avec du Barrington Levy et du FlyLo dedans. La singularité de C.L.AUDIO TAPE en fait sa force, une originalité qui fait du bien au hip hop et à la soul. Juste en-dessous, chacun pourra jeter une oreille à la mixtape et ainsi se faire son avis, mais pour notre part Rachel, sache que C.L.AUDIO TAPE, on valide ! Dommage que ce soit si court par contre.

Ecoutez : Rachel Claudio – C.L.AUDIO TAPE

Pour aller plus loin :

- Découvrez les samples originaux des morceaux de la mixtape C.L.AUDIO
- Téléchargez directement C.L.AUDIO TAPE de Rachel Claudio.

Vos Choix Musicaux #30 : Spécial Interludes !

Vos Choix Musicaux : rubrique STO-ienne.

Sur le site internet Soul Ton Oreille, Vos Choix Musicaux est une rubrique hebdomadaire pour laquelle les fans du site sur Facebook ont la parole et soumettent des clips pour le plus grand plaisir de l’Oreille Sûpreme, dont l’identité est gardée secrète depuis des millénaires.

Interlude : nom masculin.

En musique, un interlude est une courte pièce, généralement instrumentale, jouée entre deux morceaux.

Vos Choix Musicaux #30 : Interludes.

Rubrique à thème imaginée pour tester la réactivité et la culture musicale des fans du site en question. Et les prendre au dépourvu par la même occasion.

Rendez-vous vendredi sur Facebook pour Vos Choix Musicaux #31 (déjà !) et commentez plus bas si vous avez d’autres propositions en stock !

Le choix d’Ali B. :

Dwele – A.N.G.E.L.

Le choix de Guillaume M. :

Hocus Pocus – Swingin’

Le choix d’El Hadj M. :

Erykah Badu – Fall In Love (Your Funeral)

Pages : Précédente 1 ... 20 21 22 23 24 ... 51 52 Suivante