Tous nos articles sur "soul"

Que devient… Spleen ?

En 2005 nous découvrions la voix rauque et sensuelle de Spleen sur Tell Me more About U, extrait de son premier album She Was A Girl. Avec cet album boulimique de 22 titres Spleen remporte le concours CQFD (Ceux Qu’il Faut Découvrir, devenu depuis le concours Inrocks Lab), organisé par le magazine Les Inrockuptibles. Un album décousu, allant de la pop à la folk en passant par le hip hop et la soul, qui ne ressemble à aucun autre dans le paysage musical. Spleen est un caméléon. Il chante, parle, grogne, beatboxe, slamme, tantôt en anglais, tantôt en français ou encore avec l’accent africain… C’est un melting-pot de genres et des cultures qui peut en déranger certains. Une erreur de débutant, qui n’en est pas une, a été de vouloir tout dire sur un album mais, heureusement, son chemin croise celui d’Aline de Radio Nova qui le programme et crée le buzz « Spleen ». L’une des grandes mauvaises décisions qu’il ait eu à prendre fut, malgré la forte demande, de ne pas signer chez une major. Spleen voulait faire de She Was A Girl une véritable autoproduction, allant jusqu’à coller lui-même ses affiches.

Malgré le chantier de ses expériences en tous genres, She Was A Girl est un album qui parle d’amour. La muse de Spleen s’appelle Jane, rencontrée quelques années plus tôt sur la tournée d’une pièce d’Irina Brook. Car en plus de la musique, Spleen nourrit une passion dévorante pour le cinéma et le théâtre. Nous y reviendrons un peu plus bas.

Dans la foulée, Spleen crée le collectif Black & White Skins, alliant danse, musique et cinéma, avec ses potes Hugh Coltman (de son groupe Heez Bus), Coco Rosie et Hindi Zahra entre autres qui donnera naissance à l’opus The Black & White Skins Volume 1. De là, Cédric Klapisch ayant vu la tornade Spleen sur scène lors du festival des Nuits Zébrées lui propose de figurer sur la B.O. de son film Les Poupées Russes avec Bitches On Tha Ground.

Regardez : Spleen – Bitches On Tha Ground

En 2008 Spleen a pris de la maturité et sort son second album Comme Un Enfant.  Sa voix, toujours rocailleuse, se fait plus soul. De nombreuses collaborations sur cet album, toujours avec ses proches (Coco Rosie, Yaël Naïm, Pauline Croze…), plus poétique, plus hip hop, plus abouti. Toujours cette fausse naïveté d’enfant qu’il n’est plus mais qu’il assume. Il y parle moins d’amour pour laisser place à l’enfance justement et tout ce qu’elle contient de bon comme de mauvais. Ecrit avec des mots simples, en français cette fois-ci, pour se faire mieux entendre et mieux comprendre par ceux qui l’écoutent, Spleen se met à nu et ouvre son cœur et ses blessures. Comme il a appris de ses erreurs Comme Un Enfant est composé de treize titres funk, rap, pop et est sorti chez Universal. Spleen reste malgré tout un artiste multicolore qui continue de mélanger ses influences musicales. Dans cet album Spleen nous explique l’importance de la parole des enfants. Lui qui a grandi à une époque où le racisme était encore trop présent, pesant et oppressant, où être noir était bizarre, l’époque de Touche Pas A Mon Pote. Dans son enfance à lui subsistent des zones d’ombres aussi, des souvenirs pas toujours occultés. D’où son nom de scène. Comme Un Enfant ne parle pas que de choses dramatiques ! Il y a aussi l’innocence et l’amour car Spleen aime les femmes. Deux titres sortent du lot sur cet album : Don’t Look Back, ballade folk, rappelle qu’il faut aller de l’avant, tirer un trait sur les amours et déceptions passés.

Regardez : Spleen – Don’t Look Back

Et Tu l’Aimeras, dont le clip est théâtralement réalisé par Spleen lui même. Entre slam et beat box, évoquant la trahison, Spleen se fait enragé et émouvant.

Regardez : Spleen – Tu l’Aimeras

Après ces deux albums Spleen retourne à l’un de ses amours, le théâtre. En 2009 il écrit The Story Of A Sad Loving Man et réquisitionne ses potes, une fois de plus, pour monter sur scène. Ainsi Yaël Naïm, Hugh Coltman, Cécile Cassel, Sara Forestier se retrouvent aux côtés de Spleen pour interpréter cet opéra rock racontant une version actualisée mais tout autant dramatique de Roméo & Juliette. Selon les critiques le jeu des chanteurs/comédiens n’est pas des meilleurs, mais ça les rend attendrissant. En revanche rien à redire sur leurs performances vocales et musicales. Spleen se met en danger mais c’est bien là ce qui caractérise le plus cette tête brûlée.

Depuis, Spleen prépare et autoproduit son 3ème album, Voices, a capella. Selon la rumeur cet album de douze titres, quasi électro et plus rythmé que les deux précédents, parlerait encore et toujours d’amour et d’amour pour la musique. C’est en tout cas une affaire à suivre.

#Tweetzik : Wax Tailor ft Aloe Blacc – Time to Go

Un joli clip en stop motion porté par la voix d’Aloe Blacc sur la chanson de Wax Tailor issue de son dernier album Dusty Rainbow From The Dark. La chanson très douce qu’est Time to Go devrait ravir vos oreilles.

Regardez : Wax Tailor ft Aloe Blacc – Time to Go :

#Tweetzik : Nouveau single d’Aurea, Scratch My Back

C’est la rentrée. Qui dit rentrée, dit petites nouveautés. Nous vous présentons aujourd’hui #Tweetzik : ce sont des infos distillées et aussi limpides que des tweets, à savoir un minimum de mots pour un maximum d’infos. Voilà une rubrique qui nous permettra d’être plus spontanés, toujours plus présents pour vous. C’est parti et ça commence juste en-dessous. 

Les « lyrics videos » sont à la mode, c’est indéniable. Aurea, la chanteuse soul d’origine portugaise si célèbre dans son pays que nous vous avions fait découvrir il y a quelques temps profite de cette vogue pour nous faire part de son tout nouveau single. Voici Scratch My Back, chanson que vous chantonnerez assurément.

Découvrez : Hugh Coltman

Hugh Coltman est un chanteur et musicien anglais, exilé en France depuis une dizaine d’années. Pendant presque 10 ans il sera membre du groupe de blues The Hoax. 4 albums plus tard, une tournée mondiale, et la création du label Credible Records, Hugh Coltman rêve d’autre chose. De carrière solo, de jazz et de blues… Alors il quitte le groupe et s’établit à Paris. Pendant quelques années il jouera sur scène avec le groupe Heez Bus (avec Ben Molinaro et le non moins talentueux Spleen) jusqu’en 2004 où il entame sa carrière solo. Paris l’inspire. Il dit lui-même de Paris qu’elle est une colonie de vacances où il a pu faire les conneries de jeunesse qu’on fait à 17 ans. En 2008 sort le brillantissime Stories From The Safe House, un album blues, jazz et folk qui rencontre un franc succès. Bien interprétées, chacune des chansons vous emporte et chaque instrument (cuivres, cor de chasse…) vous envoute. Sans être un « grand album », c’est un album aussi humble et sincère que l’est Hugh Coltman, sans chichis. Douze histoires intelligemment ficelées et parfaitement interprétées avec cette voix soul renversante qu’il manie aussi très bien dans les aigus. Passant du folk au jazz et du blues à la pop, Stories From The Safe House s’ouvre à bon  nombre d’entre nous. Vous allez aimer vous perdre dans ces chansons pour vous retrouver au coin d’une rue de Montmartre, à frissonner dans un cabaret de Broadway ou vous enfumer la tête dans un bar de la Nouvelle Orléans. Difficile de ne choisir qu’un titre mais le coup de cœur de cet album devrait être assez parlant, On My Hands, une chanson d’amour où le pardon et le regret sont de mise, entre hautbois, reggae et la voix aigüe de Hugh qui sur les dernières notes nous fait vibrer.

Ecoutez : Hugh Coltman – On My Hands

Entre chanson pop, comme Could You Be Trusted qui propulsa sa carrière solo, titre à l’ambiance « James Bondienne » et autre ballade jazzy socle de chanson d’amour qui colle si bien à la peau de Hugh et à la notre, on se balade sur cet album en arrivant même sur un titre aux airs de bossa nova. All The Lovers Come and Go These Days en duo avec Krystle Warren, une autre exilée de la capitale, leurs voix se mêlent parfaitement pour nous chanter l’amour et l’amour de Paris. Hugh Coltman n’a peur de rien, pas même de se frotter à la bossa nova.

Regardez : Hugh Coltman featuring Krystle Warren – All The Lovers Come And Go These Days

L’éclectisme est le maître mot de cet opus puisque le dandy s’aventure même vers le ska, pour ensuite retourné vers un jazz feutré. Après quatre années de frustration Hugh Coltman revient cette année avec Zero Killed, un EP de cinq titres. Nouvelle vie de jeune papa, nouvel album prévu pour bientôt, nouvelle tournée, Hugh Coltman a l’air à l’aise dans ses baskets. Il parle de lui, du monde, de ses amis, encore et toujours. Des mélodies simples et efficaces qu’on a l’impression de connaître depuis longtemps, des chansons qui nous parlent, qui parlent de la vie en général. On a l’impression d’assister, au fil de ses chansons, à des scènes de notre propre vie, alors on se sent proche de Hugh. Zero Killed, comme Stories From The Safe House, c’est des bribes de sa vie qu’il nous offre. On s’immisce dans ses brèches qui nous rappellent les nôtres. Amitiés endeuillées, rêves oubliés, soirées arrosées… De The End Of The World, de la même trempe que Could You Be Trusted, entêtant et dynamique, à Simply Beautiful en guitare voix qui fait penser à un certain Eric Clapton (rien que ça !), rien n’est à jeter. Bien au contraire, on a hâte que le prochain album, prévu pour ces jours-ci, sorte de sa cachette pour nous raconter une fois de plus, les jolies histoires que Hugh Colman voudra bien nous narrer. Un conseil : jetez un œil et une oreille à ses vidéos sur la toile. Il a pas mal de duos et reprises plutôt intéressants. Si vous désirez voir Hugh Coltman en concert et croyez-moi, ça vaut le détour, il sera sur scène un peu partout en France jusqu’à la fin de l’année.

Pour aller plus loin :

Vos Choix Musicaux #39

Il semblerait que le thème des plus belles chansons de Soul vous ait plu, car nous avons pu constater un regain de participation sur la page facebook de Soul Ton Oreille, et ça nous fait plaisir. Le vote est toujours un peu timide par contre… mais voyons, plus de timidité entre nous désormais, nous nous retrouvons toutes les semaines depuis presqu’un an alors lâchez-vous et votez ! Plusieurs propositions donc, de l’ancienne et de la nouvelle école de la Soul, voyons tout de suite les 3 sons que vous avez préférés.

Le choix de Tum’Soul Prod:

Regardez : Otis Redding – Try A Little Tenderness

Le choix d’El Hadj M. :

Regardez : Otis Redding – I’ve Been Loving You To Long

Le choix de Denis A. :

Ecoutez : Sam Cooke – Bring It On Home To Me

Pages : Précédente 1 ... 19 20 21 22 23 ... 51 52 Suivante