Tous nos articles sur "soul"

Découvrez : Ben Khan : 1992 EP

BENKHAN_HEADER-ARTICLESCe n’est pas la première fois qu’on vous en parle sur STO. Pour dire vrai, c’est 20syl qui avait partagé cette pépite avec nous dans ses choix musicaux. Et lorsque 20syl dit que « Ce mec a un univers assez mortel, ça me rappelle un peu les morceaux de Jai Paul. », on se dit qu’il faut qu’on vous présente cet artiste, et rien de mieux qu’un premier projet pour cela.
Ben Khan, jeune anglais, la vingtaine, débarque avec tout un attirail de son et de mélodie plus géniaux les uns que les autres sur son EP 4 titres 1992. Apparu il y a un peu plus d’un an sur le net avec le morceau Drive (Part 1), on découvre un R&B sombre sur une mélodie mélangeant son électronique et rifle de guitare… Quoi d’autre ? Eh bien rien vraisemblablement, le chanteur développe (ou ne développe pas plutôt) une image mystérieuse, ne donnant presque aucune interview, ne se mettant jamais en avant, que ce soit personnellement ou visuellement. Non, il n’est pas là pour cela, il nous laisse découvrir son univers peu à peu, sortant les 3 autres titres de son EP à intervalle de plusieurs mois, nous vous proposons de (re)découvrir tout de suite un de ses premiers titres, Youth.

Regardez : Ben Khan – Youth

Accompagnant chacun de ses titres par un visuel, la démarche artistique est réelle et l’atmosphère de chaque morceau est accentué par son clip. Voici donc Ben Khan, artiste sans image, porteur d’un R&B sombre sur des mélodies expérimentales et présentées par des clips psychédéliques, inspirés de films ou d’évènements dénonciateurs. Si même définir cet univers semble compliqué, ce qui est sûr, c’est que la démarche artistique est bien réelle et que l’on a hâte d’y continuer notre ballade, oreilles et yeux grands ouverts. Il sera d’ailleurs en concert à Paris le 1er novembre prochain pour le PitchFork Festival, ce sera l’occasion d’en découvrir un peu plus sur cet artiste mystérieux. En attendant on vous laisse avec le titre Savage, qui nous l’espérons vous plaira autant qu’à nous.

Regardez : Ben Khan – Savage

Pour aller plus loin :

#Tweetzik : Le retour de Faith Evans avec Missy Elliott

Non, vous ne rêvez pas Faith Evans et Missy Elliott sont bien de nouveau ensemble sur un même morceau. I Deserve it est le premier extrait du prochain album Incomparable de la diva Faith. Un morceau aux sonorités des années 90 / début 2000 sans auto-tune qui nous rappelle que Missy Elliott nous manque et que le rnb est toujours bien présent et nous ça nous enjaille sacrément !

Écoutez : Faith Evans feat Missy Elliot, Sharaya J – I Deserve it

Critique : Kelis passe à table avec FOOD

KELIS_HEADER-ARTICLESEh oui, cela fait assez longtemps que vous n’aviez pas entendu parlé de Kelis mais nous avions chauffé un peu dernièrement avec Jerk Ribs, premier single de son album Food sorti le 28 avril dernier, et nous allons maintenant pouvoir vous dire ce que nous en avons pensé. Cet album étant initialement prévu pour l’automne 2013, nous nous attendions donc à un vrai travail en profondeur d’autant que nous étions un peu déçu du clip vidéo de Jerk Ribs, tout en étant satisfait du style musical.

Faire un album inspiré de la nourriture, concept étrange… Mais pour que ça marche il aurait peut être fallu pousser le vice jusqu’au bout; et en finesse si possible. On aurait aimé que l’ensemble des titres ait un rapport avec un aliment, quitte à créer un album qui suivrait le déroulement d’un repas par exemple, ça aurait été une métaphore peu originale mais y’a de quoi faire en source d’inspiration ! Pour le coup, déception au niveau des textes car nous n’avons pas vraiment l’impression que l’idée soit exploitée à son maximum et cela rend l’album fade au niveau littéraire. A croire que le seul véritable rapport avec la nourriture soit son Food Truck qu’elle a baladé un peu partout.

Regardez : Kelis ‘s Food Truck

Pour ce qui est de la musique, on retrouve la recette cuivre et cordes chère au R’n'B de la fin des années 70, qui donne vraiment un côté très rétro, mélangé à des sons électroniques, c’est une instrumentation assez intéressante. Il y a également un gros contraste avec la voix très chaude de Kelis et le souffle que l’on entend quand elle chante, ce qui est peu répandu dans la soul, où les chanteuses sont souvent adeptes de performances vocales assez impressionnantes en terme de décibels. Est ce qu’on peut aller jusqu’à lui coller une étiquette de nu soul, sans doute un peu mais son timbre original ressort joliment dans cet ensemble instrumental, quoi qu’un peu étouffé sur certaine piste trop électronique ou bien avec trop de chœur en même temps. Petit plaisir tout de même avec le titre Rumble qui fait bien son travail, bien que nous n’ayons pas vraiment adhérer avec le clip, nous vous laissons juger par vous même.

Regardez : Kelis – Rumble

Globalement les pistes sont sympas, mais pas exceptionnelles, le tout manque de cohérence. Un retour moins réussi que ce que nous pouvions attendre, la faute à la production, au temps, à l’inspiration on ne sait pas, mais on est loin de Milkshake ou Trick Me. D’ailleurs nous ne résistons pas à faire un petit retour en arrière avec Milkshake.

Regardez : Kelis – Milkshake

La demoiselle enchaine actuellement les concerts, plusieurs dates aux US mais aussi en Europe et en Australie, peut-être que c’est sur scène que cet album prend tout son sens, il ne faudra donc pas hésiter à aller la voir en concert si vous en avez l’occasion.

Pour aller plus loin :

On y sera : Jam To The Wild 1ère édition

JAMTTW_HEADER-ARTICLES

Oyez, oyez jeunes oreilles affûtées, voici une date, un lieu et un concept à retenir. En effet, Soul Ton Oreille est fier d’être le partenaire de ce nouveau rendez-vous parisien qui prendra place à la Favela Chic, Jam To The Wild, dont la première édition aura lieu le mercredi 2 avril prochain.

Jam To The Wild c’est quoi ? C’est le rendez-vous des artistes et mélomanes de la capitale, durant lequel musiciens et chanteurs se rencontrent pour faire un « bœuf ». L’idée est de réunir la scène soul et nu soul parisienne et d’apporter ce qui caractérise ce genre musical à un autre pour le bonheur de vos oreilles. La première édition sera consacrée à un hommage au mythique groupe The Police. La scène sera ouverte, alors venez participer avec votre voix ou vos instruments pour vous joindre au groupe.

Les invités de cette première édition sont Maureen Angot, Brice Pihan, Julia Cinna, Flo Malley, Emma Beatson, Marco Cinelli, Lili Poe et Hailé. Derrière les instruments, vous retrouverez Mathieu Edward, Hailé, Adrien Fromager et Gwen. Un parterre d’artistes qui présage de très bonnes choses ! Nous vous conseillons vivement d’y aller faire un tour pour le bien de vos oreilles, nous en tout cas nous y serons !

Pour aller plus loin :

Découvrez Kelvin Jones

KELVINJONES_HEADER-ARTICLES

“[Regarding the album] I’ve decided it’s better if I slow down and take my time with it, and make it the best it can be, rather than rush it.” Le jeune homme qui écrit ces mots, en français « J’ai décidé de prendre mon temps pour concevoir mon album, je ne veux pas me précipiter et je souhaite le polir autant que possible », n’a même pas 20 ans et semble pourtant avoir déjà tout compris. Son nom ne vous dit peut-être rien. Alors faisons les présentations.

Kelvin Jones, c’est son nom, nous vient d’outre-Manche et sa maturité saute aux yeux. Artistiquement déjà, il suffit d’écouter son premier morceau Call You Home pour se rendre compte que le britannique a sauté quelques classes et n’en manque pas, de fait, de classe. Le titre est efficace et vous sort difficilement du crâne. La voix est posée, agréable et n’est pas sans rappeler un certain Aloe Blacc.

Regardez : Call You Home de Kelvin Jones

Ses autres compositions originales ne manquent pas de saveur mais ne recréent pas l’alchimie obtenue avec ce premier titre. Une production digne de ce nom et un léger ralentissement du tempo et du flow pourraient cependant suffire à faire de If You Know ou de The Paramount Deceptions of a Concubine des morceaux bien plus puissants qu’ils ne le sont actuellement.

Car le jeune homme est pressé et a des idées. Aussi à l’aise avec une guitare qu’avec son organe vocal, Kelvin Jones propose également des covers originaux sur sa chaîne Youtube. On ne saurait que trop vous conseiller de jeter un coup d’œil à sa reprise fantasque du cultissime Superstition de Stevie Wonder. Le rythme est très enlevé et laisse place en milieu d’interprétation au non moins célèbre Fresh Prince of Bel Air, toujours en acoustique. Culotté.

Regardez : Superstition (cover officielle) de Kelvin Jones

Et que dire de la reprise qu’il fait dans une gare, lieu réputé pour son acoustique exceptionnelle, du morceau I Need a Dollar d’Aloe Blacc. Là encore, le twist intervient en milieu de morceau, avec l’insertion de Dani California des Red Hot Chili Peppers. Le mélange des genres est élégant et se fait naturellement, à son image.

Pour résumer, le jeune homme aux faux airs de Raphael Saadiq et au style musical proche d’Aloe Blacc ne manque pas de talent et fourmille déjà d’idées à l’aube de ses 20 ans. Le meilleur reste à venir, on est du coup rassurés qu’il prenne son temps.

Pour aller plus loin :

Pages : 1 2 3 4 5 ... 50 51 Suivante