Tous nos articles sur "snoop dogg"

Vos sorties du mois d’Août

VOS-SORTIES-DU-MOIS-Aout_HEADER

Il fait chaud, beau, et pour vous aider à profiter un maximum de ce dernier mois avant la rentrée (et oui…), on vous a mijoté un petit programme, qui vous amènera un peu partout en France pendant vos périples estivales.

Mois d’août oblige, on commence avec quelques festivals :

  • La Plage Electro à Cannes. Ok, quel est le rapport avec STO ? L’élèctro, le dubstep ou la house se marient très bien avec le Hip-Hop ou la soul, l’occasion donc de voir de très bon beatmakers et DJs, ainsi que le 14 août, Major Lazer sur la plage du palais des festivals.
  • Le Festival de Carcassonne qui se tient jusqu’au 4 août ou vous pourrez voir Orelsan le 30 juillet, Gaël Faye et Wax Tailor le 1 août, Salif Keita le 2 août, IAM et Kery James le 3 août.
  • Jazz a Toulon s’invite pour sa 24ème édition jusqu’au 9 août avec Robert Cray Band et Manu Katché.
  • L’incontournable Rock en Seine, le 23, 24 et 25 août avec entre autre Kendrick Lamar, Mac Miller, ASAP Rocky, Major Lazer.
  • Pour les fans de jazz, il ne faudra pas manquer la 36ème éditions Jazz in Marciac qui réunit le gratin du jazz (Marcus Miller, Maceo Paker, Wayne Shorter, George Benson) dans un petit village du sud ouest de la France jusqu’au 15 août.
  • Reggae Sun Ska se tiendra le 2,3 et 4 août à Pauillac (33) avec Busy Signal, Raggasonic, Taïro et Gentleman, pour ne citer qu’eux.
  • Enfin, vous pourrez retrouver Snoop Lion aka Snoop Dogg, 1995, Sexion d’Assaut, Youssoupha au Festival de La Foire aux Vins à Colmar qui ouvrira ces portes dès le 9 août

Coté concert, le mois d’août sera plutôt calme mais vous pourrez aller voir :

  • Le New Yorkais Waka Flocka Flame le 30 juillet au Nouveau Casino,
  • Et 10 après sa dernière apparition sur une scène française, Eminem nous fera l’honneur de se produire au Stade de France le 22 août, et il sera accompagné de Slaughterhouse, Tyler The Creator, Kendrick Lamar et Chance the Rapper.

Enfin, si vous avez la chance le 4 août d’être du coté de Kehl en Allemagne (à 20 min de Strasbourg), on vous conseille grandement de participer à un concept de folie le Holi Color Open Air Festival. Dans une ambiance multiculturelle avec des prestations artistiques et des lives (Djs, danseurs, chanteurs), vous découvrirez une très belle tradition indienne le Paintdrop qui consiste à jeter des pigments de couleurs naturels les uns sur les autres afin que tout un chacun soit identique. Voici une petite vidéo pour mieux découvrir.

Même si le mois d’août vous laissera plus de temps pour la bronzette, on espère que ce petit programme vous permettra de faire encore beaucoup de bien à vos oreilles. En attendant, on vous souhaite de bonnes vacances et on revient en septembre avec un programme bien chargé !

#Tweetzik : The Dogg Pound ft Snoop-L.A Here’s 2 U

En voila une grosse nouvelle. Alors que le saint patron du rap made in West Coast est en pleine retraite spirituelle (ndlr: à grands renforts de ganja ^^) en Jamaïque, Kurupt et Daz Dillinger l’ont rappelé à la barre pour lui faire enregistrer un dernier morceau avant de sortir complètement de l’univers du hip-hop. Snoop Dogg s’est donc allié à son cousin et son acolyte de longue date pour une sorte de revival du gansta-rap intitulé L.A Here’s 2 U.

The Pound Dogg – L.A Here’s 2 U

Les rappeurs et les jeux vidéo : une histoire d’égo

Ce n’est pas nouveau, nous savons tous que les rappeurs (à quelques exceptions près) s’aiment eux-mêmes avant d’aimer leurs fans. Cet amour peut se matérialiser sous de multiples formes mais aujourd’hui c’est une forme bien particulière qui nous intéresse, à savoir leur double pixélisé. En effet, nombre de rappeurs ont succombés aux chants des sirènes des éditeurs de jeux-vidéo qui leur ont promis plein de pépettes en échange de quelques séances de motion capture ou de doublage pour prêter leur voix à leur avatar. Nous n’allons pas faire un gros inventaire de tout ce qui a été fait durant les 15 dernières années mais plutôt citer les plus gros exemples qui ont marqué l’industrie vidéoludique.

Pour commencer tranquillement, sachez que lorsque nous parlons de jeux vidéo, il ne s’agit pas forcément de console ou de jeux portables. Depuis le début des années 2000, de nombreux amateurs plus ou moins talentueux se sont lancés dans la création de jeux en flash accessibles gratuitement sur certains sites. Parmi ceux-ci on en retrouve notamment un avec un rappeur que nous connaissons très bien, j’ai nommé Eminem. Dans Eminem Mania, le rappeur de Détroit doit sauter de plateforme en plateforme pour récupérer des disques d’or tout en évitant de se faire attraper par la sécurité. Les commandes sont simples, les flèches pour se diriger et la touche Z pour sauter, permettent une prise en main très rapide. C’est donc le genre de jeu que n’importe qui peut faire sans avoir à se ruiner en droits à céder aux artistes. Vous pouvez vous même y jouer sur cette page.

Malgré tout ce sont bel et bien les jeux-vidéo des gros éditeurs qui attirent le plus les rappeurs. Parmi les favoris des décideurs du monde du jeux-vidéo on retrouve en tête Snoop Dogg et 50 Cent. Bien que beaucoup d’autres rappeurs aient vu leur double numérique prendre vie, ce sont clairement ces deux-là qui mènent la danse. D’un côté Snoop Dogg multiplie les apparitions avec True Crime : Streets of L.A, Fear & Respect ou encore Def Jam Fight For New York.

Dans ce dernier il fait bien comprendre « qui est papa » avec son statut de boss. Concernant 50 Cent, c’est une autre histoire. Vous le savez certainement, Curtis James Jackson est un entrepreneur dans l’âme et plutôt que d’apparaître comme un personnage parmi tant d’autres au milieu d’un casting trop fourni il a préféré éditer ses propres jeux et devenir son propre héros. Bien que ses deux jeux, 50 cent : Bulletproof et 50 Cent : Blood on the Sand, n’aient pas rencontrés un véritable succès commercial, ils ont le mérite d’avoir pu combler ses fans en leur offrant pendant quelques heures la possibilité de devenir leur idole, et c’est déjà très beau.

Une fois les têtes d’affiches passées, il reste quand même de quoi faire grâce à d’autres  jeux qui empruntent le nom de leurs protagonistes avec notamment Wu-Tang Shaoline Style. Ce jeu sorti sur la première Playstation en 1999 mettait en scène Method Man, RZA ou encore Ghostface Killah dans des combats pouvant aller jusqu’à 4 joueurs (une chose rare pour l’époque) et finissant souvent dans un gros bain de sang. Le petit plus qui a participé au succès de ce jeu est sans nul doute la manette spéciale Wu-Tang qui l’accompagnait. Bien que pas très ergonomique, ce pad avait réussi à décrocher assez rapidement le statut de pièce de collection pour tous les fans du groupe.

Après avoir vu quelques rappeurs dans « leurs éléments », il y en a d’autres qui ont décidés de se faire plaisir et de s’offrir des apparitions en tant que guest stars dans des jeux divers. Ils sont beaucoup à s’être prêté au jeu tels que Redman dans NBA 2K10 sur Dreamcast, Q-Tip dans Knockout Kings 2000, Lil Jon dans Tony Hawk’s American Wasteland, Ludacris dans NBA Ballers Phenomen ou encore Drake, Bow Wow et d’autres dans NBA 2K11. Ce sont des exemples parmi tant d’autres. Les plus belles apparitions sont selon nous Mr West dans NBA 2K10 et Busta Rhymes dans MTV Celebrities Deathmatch. Ce dernier était une sombre bouse techniquement parlant mais proposait malgré tout un divertissement de premier choix tellement il était drôle. Chaque personnage disposait d’une attaque spéciale en lien avec son univers et c’était souvent très comique.

Et voilà, on a à peu près fait le tour de ce qu’il se fait de mieux et de pire dans les apparitions de nos rappeurs favoris dans des jeux vidéo. Comme vous avez pu le constater, ils sont très friands des jeux de sports, de combats et d’aventures. Etonnant ? Pas vraiment, mais c’est ça qui nous plait et heureusement, ils ne s’arrêtent pas là. La prochaine fois, nous ferons un petit tour d’horizons des jeux musicaux auxquels les rappeurs ont prêtés leurs douces voix.

Pour aller plus loin :

Jour 21 : Gros mots, gros flow & hip hop

Pardonnez cette nouvelle interruption des 30 Days of Hip Hop, promis, cette fois-ci on la fait en ligne droite jusqu’à la fin de la session ! Alors voilà le programme du jour :

Quelle est la chanson hip hop la plus explicite ?

Mauvais esprit, vulgarité, éloquence, chacun verra cette notion d’explicité là où il le voudra. En tout cas ça vous rappellera sans doute la phrase que l’on voit souvent sur les disques : « Parental Advisory Explicit Lyrics. »

La réponse d’ArnaudSuprême NTM - That’s My People

NTM a sorti son Suprême en 1996 avec dessus le titre That’s my people. Voila selon moi l’un des morceaux les plus explicites, l’un de ceux qui crache le plus et le mieux tout ce que les rappeurs ont à dire sans que ça ressemble à la soupe qu’on nous sort sur la scène française depuis quelques années. 15 ans déjà que ce son tourne en boucle dans la stéréo et je ne m’en lasse toujours pas.

La réponse de Jav June :
Snoop Dogg (feat. Kurupt, Nate Dogg & Warren G.) – Ain’t No Fun (If The Homies Can’t Have None)

Snoop nous déçoit rarement en matière de lyrics assez explicite. Ce track là est très corsé ! Je ne traduirai pas les paroles, je vous laisse apprécier cette belle poésie..

La réponse de Mike : Ying Yang Twins – Wait (The Whisper Song)

Un morceau brillant, il fallait la trouver, l’idée de faire une chanson tout en se faisant su… susurrer des mots doux à l’oreille. C’est pas bien de dire des gros mots, mais quand c’est bien fait, moi je dis merci.

La réponse de PierreOrelsan – Sale Pute

Les polémiques autour de ce morceau m’ont toujours bien fait rire. Tout ce bruit anti-Orelsan a assurément profité à l’artiste en question. Et voilà le comble de cette ironie autour de la controverse : en cherchant la vidéo sur Youtube, le premier lien proposé est posté apparemment pour condamner la vidéo et montrer la violence des paroles… Personnellement, si je n’aime pas un son, je n’en fais pas sa promotion. Aussi, pensons à toutes ces chansons en anglais bourrées d’insultes qui passent à la radio sans souci. L’art, c’est souvent cru, et la polémique s’intègre parfois dans l’oeuvre elle-même.. Et puis si on censure Orelsan, pourquoi pas censurer tout le reste ?

The Lonely Island continue dans sa folie

The Lonely Island, vous connaissez sûrement : le trio formé des amis d’enfance Andy Samberg (probablement le plus cinglé), Akiva Schaffer et Jorma Taccone, qu’on connait notamment grâce à leur travail dans le show américain Saturday Night Live. Ils se sont aussi fait un nom à cause de leurs clips « parodiques » qui passent dans leur segment SNL Digital Short sur NBC.

Loin de juste balancer leurs sketches musicaux sur le network américain, ils ont également sorti deux albums aux accents hip hop. Incredibad en 2009 nous a donné les fameux Dick In A Box avec Justin Timberlake (morceau auréolé d’un Emmy Award), ainsi que Jizz In My Pants ou encore Natalie’s Rap, que Mike vous avait présenté en février dernier. Leur second album, Turtleneck & Chain, est sorti cette semaine. Il comprend la suite de Dick In A Box et des featurings avec entre autres Michael Bolton, RihannaNicki Minaj et même Snoop Dogg (quand je vous dis que leur folie ne les empêche pas de cumuler les guests haut de gamme).

Bon par contre vous l’aurez compris dès la lecture des titres, ces albums sont « Parental Advisory – Explicit Lyrics » !

Le dilemme ici pour moi c’est de savoir lequel partager aujourd’hui… pour la peine, j’en choisis deux ! On commence avec un des clips les plus récents et des plus explicites, I Just Had Sex featuring Akon et les jolies Jessica Alba et Blake Lively. On enchaine avec Iran So Far, un SNL Digital Short qui date de 2007 et tourne en dérision le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Have fun !

I Just Had Sex feat. Akon

Iran So Far feat. Adam Levine (Maroon 5)

Pour aller plus loin :
- La chaîne de The Lonely Island sur Youtube
- Leur site officiel :  http://www.thelonelyisland.com/
Pages : 1 2 3 Suivante