Tous nos articles sur "sly johnson"

Vos sorties du mois de septembre

VOS-SORTIES-DU-MOISSEPTEMBRE_HEADERLa fin du mois d’août est là, toute proche. Vous aimeriez rester en vacances, dormir jusqu’à 15h et pouvoir sortir en tong pendant encore de longs mois, on le sait ! Mais l’heure a sonné. C’est la rentrée ! Ceci dit, n’allez pas vous pendre tout de suite, ce mois de septembre pourrait être le théâtre de bons moments, promis.

La France sort enfin de sa torpeur aoûtienne et les artistes prennent les routes de l’Hexagone. Comme chaque mois, voici notre sélection des sorties et concerts où vous pourrez aller remuer du popotin.

  • Tout d’abord, l’heure est grave puisque le Wu-Tang annule (encore ?!) son concert au Zénith de Paris, le 4 septembre. Pas d’inquiétude, vous allez forcément trouver un show pour vous remonter le moral dans la suite de cet article.
  • On commence ce mois chargé du côté de Bayonne, si vous avez la chance d’habiter dans le coin, avec un festival haut en couleur et qui n’a pas l’air de sentir le pâté. J’ai nommé la troisième édition de Black & Basque. Réservez les 6, 7 et 8 septembre pour assister à cet évènement pluridisciplinaire où vous pourrez voir des expositions, assister à des conférences et voir Oxmo Puccino ou Dafuniks sur scène.
  • La suite se passera en compagnie de Médine qui sera à l’Olympia le 13 septembre. Ce sera le début d’une tournée dont on ne sait que très peu de choses (une date à Nancy, le 27 septembre à l’Autre Canal). Il défendra son dernier album sur scène et si vous êtes fan de la première heure, un tee-shirt est offert pour une place achetée à l’Olympia. L’offre est valable jusqu’au 5 septembre donc dépêchez-vous !
  • Le mois est déjà bien entamé et devinez qui nous fait la surprise de passer en France pour la sortie de leur nouvel album ? Clear Soul Forces ! Ils nous offrent une mini-tournée de cinq dates dans l’Hexagone. Deux à Paris, le 18 au Silencio Club et le 19 au Nouveau Casino – où on espère vous croiser ! Puis une date à Lyon le 20, une à Nimes le 21, pour finir à Dijon le 22 au Tribu Festival.
  • Là, il va falloir bien s’accrocher car le 20 sera une soirée pleine de grands talents au New Morning à Paris. Organisée par Kind of New, une nuit placée sous le signe des « Soul Mates » avec Rachel Claudio, Sly Johnson, China Moses et Stefan Filey. Des soirées pour saouler vos oreilles comme ça, c’est pas tous les jours alors on vous conseille de foncer !
  • Si vous êtes plus tenté par du rap français comme on l’aimec’est avec le très bon Féfé que vous pourrez passer la soirée du 22. Il défendra Le Charme Des Premiers Jours à Meaux au Complexe George Tauziet.
  • Petit rappel pour tous les fans du rappeur roux de Seattle : Macklemore & Ryan Lewis seront en live au Zénith de Paris les 21 et 22 septembre. Malheureusement pour les retardataires, c’est complet et les places doivent se vendre à prix d’or sur Le Bon Coin. Pour tous ceux qui ont leur place, on y sera aussi !
  • Puis, le 28, si vous habitez du côté d’Orléans, vous aurez l’occasion d’aller voir la belle Mariama, que l’on vous a présenté récemment, à la salle des fêtes de Saint Jean de la Ruelle.
  • Et si vous voulez des images et du mouvement en plus de la musique, il y aura aussi la Battle Who Iz Who au Cabaret Sauvage à partir de 14h. Votre 29 septembre sera à base de krump, de popping, de dancehall, etc. Le vrai rendez-vous des fans de danses hip-hop. Oubliez le twerk de Miley Cyrus et venez voir des vrais danseurs, ça vaut le détour !

On dirait que cette rentrée va être épuisante au vu de toutes ses sorties. Les bonnes résolutions, c’est aussi maintenant et notre conseil est de continuer à bien s(a)ouler vos oreilles. En tout cas, on reste fidèle au poste et on espère vous croiser au milieu de la foule en septembre.

Vidéo : la Couleur Café d’Ayo et Sly Johnson

Quand Ayo et Sly Johnson joignent leurs voix pleines de chaleur à celle, beaucoup plus discrète il faut bien l’admettre, de Lulu Gainsbourg, cela donne Couleur Café sur le plateau de My Taratata.

Cette réinterprétation est issue de From Gainsbourg To Lulu, un album tout en reprises de titres de Serge Gainsbourg dont on ne retiendra pas en priorité la voix du fiston, celui-ci étant très effacé vocalement et plus présent pour les arrangements. Un album qui comprend d’ailleurs une quantité impressionnante d’apparitions d’artistes de tous bords, de l’actrice Scarlett Johansson à Johnny Depp en passant par Iggy Pop.

On se laisse quand même plutôt facilement avoir par ce Couleur Café qui a le mérite de nous permettre de revoir Ayo et une de nos boites à rythmes humaines préférées en la personne de Sly Johnson :

Union présente son nouveau single, Time Leak

La voix soul de Sly Johnson, le flow de Talib Kweli sans oublier la production musicale d’Union et nous voilà avec Time Leak, un titre tellement agréable pour vos oreilles. On navigue entre électro, soul et rap grâce à toutes ces forces en présence et le résultat vidéo est juste là. Vous remarquerez la présence de formes triangulaires dans le clip qui rend hommage à la science-fiction : le délire ne s’arrête pas là, le 12″ de ce titre étant disponible sous la forme d’un triangle tout bleu.

Le nouvel album de ce duo de beatmakers parisiens, Analogtronics, est attendu pour début 2012. Outre la présence des deux artistes qui ont collaboré sur Time Leak, on doit s’attendre à la participation de MF Doom ou encore Elzhi de Slum Village.

Pour aller plus loin :

- Union sur Myspace, Facebook et Twitter.

Selah Sue remporte le Prix Constantin 2011

La 10ème édition du Prix Constantin (récompensant les jeunes talents musicaux de l’année produits en France) a été remporté par Selah Sue, la jolie belge de 22 ans produite par le label indépendant Because Music.

Organisée lundi 17 octobre, la cérémonie présidée par Gaëtan Roussel (chanteur du groupe Louise Attaque) a débuté par un concert à l’Olympia durant lequel les nommés ont pu se produire. Parmi eux nous pouvions compter : Alex Beaupain, Bertrand Belin, Brigitte, Cascadeur, Cyril Mokaiesh, L, Lisa Portelli, Sly Johnson, The Shoes et Selah Sue évidemment.

Son premier album (Selah Sue), sorti en mars dernier avait fait sensation et donné un bon coup de fraicheur sur la scène soul, particulièrement en France. Ses influences sont nées de sa découverte d’artistes telles que Lauryn Hill ou Erykah Badu ce qui lui a permis de nous présenter un beau mélange de soul, nu soul et ragga.

Très belle récompense pour elle, qui nous jugeons bien méritée, surtout lorsque l’on voit qu’en plus de son talent en studio, elle a de grandes qualités sur scène grâce à une présence impressionnante face à son public. Si vous ne l’avez pas encore écoutée, ce dont nous doutons fortement, rattrapez-vous vite !

La remise du Prix et une performance sur le titre Raggamuffin sont juste là :

Et pour rappel, le clip de l’illustre morceau de Selah Sue :

Alonzo remporte Les Voix Urbaines 2011

C’était le 6 juin dans le très beau Casino de Paris : les cinq artistes en lice pour le prix Les Voix Urbaines (et sélectionnés parmi une trentaine de jeunes talents par un jury de professionnels) se sont succédé sur la scène et quelques invités ont également fait une apparition. Tout ça pour mener à la victoire du marseillais Alonzo, visiblement entouré de son fan-club… On vous raconte tout.

Présentées par Pascal Cefran (l’animateur de Générations 88.2), on aura attendu les fameuses Voix Urbaines un certain temps… Problème de timing, organisation mal calée, toujours est-il que le top départ aura tardé. Heureusement, tout s’est ensuite bien enchainé. Et d’une bien jolie manière, puisque c’est Milk, Coffee & Sugar qui a eu l’honneur de lancer le show : prestation impeccable sur trois titres (dont Alien et Prévu Pas Prévu), le duo a montré qu’il avait bien mérité sa place parmi les cinq. Et sûrement gagné quelques supporters en cours de route.

Leur succède Monsieur Nov, aka le chinois chauve qui n’est plus chauve, qui a essayé de nous embobiner sur trois de ses morceaux, dont le fameux Jasmine dont Mike vous a parlé. Bonne performance, qui confirme la jolie voix du chanteur, mais du coup une prestation peut-être pas mémorable puisqu’on n’a rien de plus à dire (oups).

L’organisation a encore un peu péché après : pour que les musiciens de l’artiste suivante s’installent, on a eu droit à une pause relativement longue après un début déjà tardif et seulement deux performances scéniques. Mais le plus compliqué reste de juger la prestation de Djazia Satour : seulement deux titres joués pour la demoiselle, pour qui la scène semblait être immense et qui avait bien du mal à occuper l’espace. Et puis aussi un répertoire quand même bien éloigné du reste des nommés : plutôt posé, teinté de blues, qui invitait peu le public à participer (parce que pas toujours très entraînant ?) Le passage de Djazia Satour restera un moment assez bizarre malgré la bonne impression musicale perçue.

Ce qui vient après, soyons honnête, nous ne savons pas comment vous le présenter : premiers invités, le public se lève tel un seul homme (!?!), cris (on n’était pas loin de l’évanouissement pour certain(e)s), oui ce sont bien eux… Sexion d’Assaut prend la scène d’assaut (elle était facile celle-là.) Deux titres, ne demandez pas lesquels, des vêtements qui brillent, des casquettes à l’envers… Ben voilà, tout est dit en fait.

S’ensuit la plus grosse déception de la soirée pour ma part : les spectateurs revissés sur leurs strapontins pendant le show de Sly Johnson, même pendant son remuant Hey Mama. Il aura aussi interprété Slaave 2 et I’m Calling You, sans oublier un petit clin d’œil au Saian Supa Crew avec un court extrait du légendaire Raz-De-Marée. Mais tout le monde n’a pas compris la référence dans la salle…

Enfin, celui qui deviendra quelques minutes plus tard le vainqueur, celui qui aura engrangé le plus de votes du public : Alonzo, sans le reste des Psy 4 De La Rime mais avec Kenza Farah sur Crack Music, un des ses trois titres live. A noter que les deux premiers rangs étaient garnis de ses fans, limite groupies, qui ont bien évidemment explosé de joie à l’annonce de sa victoire. L’annonce, justement : nouvel invité surprise, Sefyu. Certains se seront agacés qu’il commence un morceau et s’arrête en plein milieu : beh oui, les fans étaient lancés (c’était pourtant la blague la plus drôle de la soirée). Il aura un peu pris son temps pour annoncer le grand gagnant et remettre le trophée à un Alonzo tout émotionné. Mais cela aura au moins eu le mérite de faire durer, la soirée étant pliée en 1h30, 1h45 à tout casser, ce qui semble court pour cinq artistes plus des invités. Pour avoir vu des extraits de la première cérémonie l’an dernier, le but était sûrement d’éviter les longueurs et enchainer plus rapidement les artistes pour garder un certain rythme : là, on ne pourra pas dire que les prestations ne se sont pas succédé.

Bilan : déception que Sly Johnson ou Milk, Coffee & Sugar (quasi-révélation scénique de la soirée) n’aient pas gagné, mais on sait que l’avenir va leur sourire. Frustration que la cérémonie ait été aussi courte. Désabus devant le public qui n’a même pas salué les musiciens et s’est empressé de quitter la salle une fois le vainqueur annoncé et son speech donné. Mais une cérémonie et un prix de bon augure pour les prochaines éditions, si le casting est encore soigné et si l’organisation continue de s’ajuster et de tirer vers le haut. Rendez-vous l’an prochain ?

En attendant, quelques photos de la cérémonie prises par Diane, du blog www.thacrunch.blogspot.com.

Pages : 1 2 3 Suivante