Tous nos articles sur "semaine floetry"

Interview : Marsha Ambrosius

Afin de clôturer définitivement le chapitre de la semaine dédiée à Floetry, nous avons une petite surprise pour vous (enfin si vous nous suivez sur Facebook ou Twitter, vous étiez un peu au courant), il s’agit de l’interview de Marsha Ambrosius que vous connaissez aussi sous le nom de Songstress à l’époque où le groupe neo-soul était encore actif. Quatre ans après la fin de l’épopée avec Natalie Stewart son binôme de l’époque, revoilà Marsha Ambrosius seule et au sommet de son art, avec un album qui cartonne aux USA, c’est donc l’occasion pour nous d’en savoir plus sur les aspirations de l’ex-Floetry,  sur son état d’esprit actuel quant au succès de Late Nights & Early Mornings et de recueillir ses mots sur la séparation du groupe, allez c’est parti.

STO : Quel est ton ressenti après la sortie de ton album il y a peu ? Quel regard portes-tu sur la nouvelle carrière que représente Late Nights & Early Mornings pour toi ?

Marsha Ambrosius : Je suis très enthousiaste. C’est clairement un nouveau départ pour moi. Mais en même temps je suis reconnaissante pour tout ce que j’ai appris, du début de ma carrière jusqu’à aujourd’hui,  ainsi je peux apprécier mon expérience solo de la meilleure des façons.

STO : Tu as collaboré et écris pour plusieurs grands artistes mais il n’y a aucun « featuring » sur cet album : est-ce un choix et pourquoi ?

MA : Je pense que j’ai suffisamment participé aux chansons de certains artistes et j’ai aussi beaucoup écrit et produit pour d’autres. Je savais que quand j’allais faire mon propre album, ce serait MON album. Les seules collaborations qu’on trouvera dessus concerneront l’écriture, avec Alicia Keys, Sterling Simms et Lauryn Hill. Pour les producteurs,  il y a Dre & Vi (NDLR : Andre & Vidal Harris), Focus, Canei, Just Blaze… C’est ce qui en fait un album avec pas mal de collaborations au final. Et puis au lieu de chercher les artistes les plus populaires du moment (pour le chant), je préfère me débrouiller seule avec mon travail.

STO : Comment pourrais-tu résumer ton histoire avec Floetry ? Les interviews à ton sujet se font rares en France et beaucoup de personnes se posent la question de savoir quel regard tu portes sur ton passé.

MA : Floetry était tout simplement le partenariat créatif de deux personnes différentes qui ont eu à travailler ensemble à un moment  donné. J’avais une chanson intitulée Fantasize, sur laquelle je voulais qu’un poète pose, et en fait tout est parti de ça. J’ai beaucoup travaillé ces dernières années, ça a forgé la personne que je suis devenue aujourd’hui et avoir fait partie de Floetry est quelque chose dont je suis très fière.

STO : Quel regard portes-tu sur la carrière de Floacist ? Où en sont vos relations ? Peux-tu imaginer revenir sur scène avec elle un jour ?

MA : On a toujours été deux personnes très différentes, et je lui souhaite le meilleur dans tout ce qu’elle entreprendra. Depuis qu’elle a quitté le groupe fin 2006 pour se lancer dans une carrière solo, on ne s’est pas parlé. Quand tu arrives dans ce business très tôt comme on l’a fait, après trois albums et tout ce que l’on a réalisé, tu deviens la personne que tu dois être, et s’éloigner, se perdre de vue, ça peut être une des conséquences à tout ça. Alors du coup, on ne peut plus se voir autant qu’on se respecte.

STO : Envisages-tu de sortir officiellement ton album en France ou en Belgique ? Il est disponible en import mais pas dans les bacs. Prévois-tu une tournée en France ou en Europe ?

MA : Oui, je pense faire bientôt quelques dates pour promouvoir l’album. Mais avant toute chose, je dois achever ma tournée promotionnelle aux Etats-Unis.

STO : Un dernier mot, quel est ton état d’esprit en ce moment-même ?

MA : Je suis juste HEUREUSE !


Propos recueillis par Mike,
traduction/localisation par Mimouna

Que devient Floetry ?

Comme vous l’avez compris lors de mes précédents articles de cette semaine spéciale, Marsha Ambrosius et Natalie Stewart font désormais chemin à part depuis 2007, au grand dam de leurs nombreux fans. Natalie aurait subitement quitté le groupe durant une tournée d’après la sortie de leur troisième album (si on compte l’album live), remplacée au pied levé par une certaine Amanda Diva, le temps d’achever les concerts déjà programmés. Soucis personnels, divergences d’opinion des deux amies de jeunesse ou opportunités de carrière solo, les vraies raisons de cette séparation sont assez obscures, mais ce qui est à peu près sûr, c’est que The Floacist et The Songstress seraient en froid depuis cette époque et aujourd’hui chacune d’entre elles se concentre aujourd’hui sur sa carrière solo.

Natalie Stewart (The Floacist)

Novembre 2010, tête rasée, peau tatouée un peu partout et l’air un peu plus timide qu’à l’accoutumée, l’ancienne MC du duo sortira son projet solo, intitulé The Floacist presents: Floetic Soul. Aux oubliettes le style ghetto et rasta, ici on touche du doigt volupté et même luxure. L’album est sexy et sonne plus que jamais nu soul (sauf un ou deux titres comme Go Get It qui est un peu plus hip-hop vu que le tempo est plus speed que la moyenne) avec des instrus  travaillés, et une voix plus sensuelle que jamais. On notera la présence de Musiq Soulchild sur le tout premier morceau, Forever, le premier single de l’album. En tant que deuxième extrait, vous aurez Let Me dont le clip ici présent vous fera découvrir une Floacist presque nue, au top de son sex-appeal (et de sa boule à zéro.) L’album est un succès critique, mais n’est pas un franc succès à ce jour (classé 20ème au classement Billboard des USA lors de sa sortie.)

-
Marsha Ambrosius (The Songstress)

Pour elle, ça marche très fort ! Son album solo Late Night & Early Mornings est sorti durant les premiers jours du mois de mars et voilà qu’elle se retrouve 2ème du Billboard depuis la sortie du disque. Nouveau look pour nouvelle carrière, tout semble sourire à The Songstress depuis qu’elle a rejoint Aftermath Entertainment, le label de Dr. Dre. Exit le pseudonyme de son passé musical, voici simplement Marsha Ambrosius et son bel album sans aucune collaboration d’autres chanteurs ou rappeurs (fait carrément étrange, sachant qu’elle a écrit pour tout un tas d’artistes.) L’album est gracieux, peut-être un poil convenu et sans risque, à l’image du premier single, Far Away, dont nous vous parlions il y a peu. En vrai, seul le remix de Butterflies (le morceau qu’elle avait écrit pour Michael Jackson et le 1er album de Floetry) en fin de disque pêche un peu et retire quelques points à cet album classieux de bout-en-bout.

Au final et malgré la fin de la belle aventure Floetry, les deux anglaises auront su rebondir, changer de style vestimentaire pour trouver leur voie tout en gardant la même voix. Bien que Marsha Ambrosius soit un peu plus avantagée que The Floacist depuis le début de leur carrière, leur empreinte vocale respective à ce point différente qu’elles pourraient même partager les fans de la première heure. Choisissez votre camp ou optez pour les deux écoles quoiqu’il en soit, vous serez gagnants sur toute la ligne. Eh oui, il fut un temps ou ces deux visions donnaient une alchimie parfaite.

Floetry et les autres artistes

Pour la semaine Floetry qui s’arrêtera ce soir, je vous propose d’abord ce premier article dédié aux autres collaborations des membres du groupe avec d’autres artistes par le passé et ce en dehors de leurs disques initiaux, tandis que le dernier mot à publier ce soir sera consacré au présent l’avenir des deux chanteuses.

D’abord, nous vous proposons d’écouter Wanna B Where U R, un petit son qui qui faisait partie de la bande originale de Barbershop 2: Back in Business (film sorti en 2004 chez nous, avec Ice Cube, EVE et Queen Latifah dedans) un bon petit film d’ailleurs. Une collaboration avec Mos Def qui bouge carrément bien, d’ailleurs c’est dommage que le rappeur ne participe pas à ce clip bien chaleureux.

En tant que Floetry, il y a une ou deux autres collaborations notables, comme celle avec Earth, Wind & Fire en 2005 pour le titre Elevated (à retrouver sur le dernier album de l’illustre groupe, Illumination) ou une autre avec Blackalicious sur leur titre Automatique, mais c’est surtout en solo que les deux anglaises trouveront de quoi se démarquer, surtout The Songstress à vrai dire.

Marsha Ambrosius en tant que parolière et chanteuse sera régulièrement sollicitée tout au long de sa carrière, notamment auprès de Nas, (The) Game, Busta Rhymes, Q-Tip et Jamie Foxx pour sa voix mais aussi côté écriture pour  Michael Jackson comme nous l’avons vu dans la semaine avec Butterflies, Kelis, Jazmine Sullivan et Alicia Keys pour le morceau Go Ahead si on se contente des artites le plus connus.

Après la dissolution de Floetry en 2007, Natalie Stewart et Marsha Ambrosius ont été assez silencieuses (et là on pense surtout à Natalie alias The Floacist pour le coup.) Les raisons de la séparation du duo n’est pas clairement évoquée par l’une ou par l’autre malgré les interviews qu’on peut lire ça et là, mais parions plutôt sur la belle opportunité de carrière solo de l’une face à l’autre et d’opinions divergentes quant à l’avenir du groupe.  En ce qui concerne leur actualité respective, on en parle un peu plus tard…

Floetry – SupaStar feat. Common

Flo’Ology, le deuxième et dernier album studio de Floetry est sorti en novembre 2005. Le groupe est là à l’apogée de son art et après avoir vendu des centaines de milliers de leurs deux CD précédents (avec Floetic leur premier album et le disque live Floacism) et voilà qu’arrive SupaStar en tant que morceau ambassadeur de l’album à l’époque de sa sortie, seul titre où elles inviteront un autre artiste, Common en l’occurrence.

Voilà donc un clip en noir et blanc, sobre et pas plus marquant que ça (tant au niveau de la musique que de de l’ésthétique), si ce n’est qu’on notera que Natalie Stewart aura quitté son style vestimentaire hip-hop-reggae pour une garde-robe un peu plus sexy. Marsha Ambrosius elle, aura sa revanche stylistique un peu plus tard (voir son dernier clip) puisqu’aujourd’hui elle fait un plus « bimbo » qu’en 2005. Pour le reste, l’album Flo’Ology m’aura un peu moins marqué que le tout premier, mais qu’on ne s’y trompe pas : la qualité est plus que jamais au rendez-vous, c’est juste que je le trouve un peu moins inspiré, plus lent aussi. Comme titre notable, vous pouvez noter Lay Down, qui est délicat et juste en tout points et quoiqu’il en soit pour le reste, c’est votre oreille qui décidera.

Floetry – Getting Late (version live)

La semaine Floetry continue plus que jamais ! Floacist et Songstress (Natalie Stewart et Marsha Ambrosius) sont de retour avec cet extrait de ce concert, tout simplement magistral. Getting Late est un titre issu de Floetic, leur premier album (impossible de mettre une date sur cette vidéo par contre) et encore une fois, on se rend compte à quel point la voix de Marsha est surpuissante et que le tempo donné par le rap velouté de Natalie est plus qu’essentiel dans ce duo de folie.

Cela aussi pour vous dire qu’entre les deux uniques albums du groupe, il y a eu cet album live nommé Floacism « Live » et sorti en 2003. Il doit bien valoir le coup d’oreille celui-ci tiens !

[Mise à jour 18/03/2011] : Après quelques recherches, il s’avère que la vidéo a été tournée à la Nouvelle-Orléans dans un endroit qui s’appelle The House Of Blues (Lousianne, États-Unis) en 2003 et que, justement, c’est ce concert qui a été repris pour l’enregistrement de l’album Floacism « Live.«  Et puis comme sur la vidéo, les chanteuses sont habillées de la même façon que sur la pochette de l’album, ceci confirme cela…

Pages : 1 2 Suivante