Tous nos articles sur "rnb"

Vos Choix Musicaux #36

Encore une semaine de sautée en cet été qui se finit pas si mal finalement. On prend vos propositions d’il y a deux semaines, celles que vous avez faites sur la page Facebook de Soul Ton Oreille, on retient celles qui ont suscité le plus d’adhésion et elles seront au nombre de trois chaque semaine. La thématique de la dernière fois était le RnB : quelles sont ces perles d’hier et d’aujourd’hui (enfin surtout d’hier à priori) que vous avez retenu pour notre oreille à tous ? Voyons ça tous ensemble.

Le choix d’Elie S. :

Donell Jones (feat. Styles P) – Put Me Down

Le choix de Saïd E As :

Jagged Edge (feat. Nelly) – Where The Party At 

Le choix de Christ Off :

Ciara – Like A Boy 

Emeli Sandé : Our Version Of Events

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Emeli Sandé est écossaise. Cette jeune chanteuse née d’un père zambien était destinée à une belle carrière de neurologue mais l’appel de la musique a été le plus fort. Après avoir écrit pour plusieurs artistes tels que Alicia Keys,  Leona Lewis, Tinie Tempah ou Alesha Dixon elle sort en mars dernier son premier album Our Version of Events sur Virgin Records. Nominée pour plusieurs prix elle remporte un Brit Awards et voit son album classé disque de platine au Royaume-Uni. Voilà pour l’intro bio.

Mais parlons un peu plus de cet album. 14 titres composent Our Version Of Events avec, pour ouvrir le bal, Heaven, celui qui l’a fait connaître. Et ça commence plutôt bien. La voix est forte et subtilement douce à la fois, sans fausse note ni chichis. C’est juste assez pour succomber à son charme vocal et la voir comme digne héritière de feue Whitney Houston.

Regardez : Emeli Sandé – Heaven

My Kind Of Love est plus doux et plus mélancolique, la voix se fait plus rauque et toujours cette puissance. Where I Sleep et Mountains suivent, l’un aux sonorités asiatiques, si on tend un peu l’oreille, l’autre plus lancinant. Et voilà que la dynamique de Heaven nous manque. Clown continue sur cette lancée transie où l’émotion d’Emeli Sandé, accompagnée d’un simple piano, nous emporte. Puis vient Daddy où l’on retrouve cette énergie vibrante d’Emeli Sandé et Maybe, ce joli slow qu’on aurait pu danser dans les boums de notre jeunesse, avec une voix grave et intense. Suitcase, l’histoire d’une rupture incomprise, et Breaking The Law, en guitare acoustique et tout en douceur. Enfin arrive Next To Me qui envahit les ondes depuis quelques mois. Un morceau énergique avec lequel Emeli Sandé nous reconquiert par sa puissance vocale.

Regardez : Emeli Sandé – Next To Me

River, au piano cette fois, délicat. Une autre chanson d’amour, une déclaration qui sonne comme une comptine qui nous berce et nous rassure. Lifetime, Hope, une chanson d’espoir comme son nom l’indique, et Read All About It part III, au piano voix, pour clôturer la fête qui aura finalement beaucoup ressemblé à une fin de bal de promo avec tous ces slows.

En conclusion on retiendra les deux tubes Heaven et Next To MeEmeli Sandé nous montre toutes ses capacités et son talent, tant comme auteure que comme interprète, et le très poétique My Kind Of Love. Les autres titres composant Our Version Of Events sont, pour la plupart, de jolies balades, fort bien interprétées, mais rien de révolutionnaire pour le monde de la musique. C’est nouveau, c’est frais, ça fait du bien aux oreilles mais on aurait préféré qu’Emeli Sandé se mette un peu plus en danger. Certes ce premier album est réussi mais il n’y a pas de prise de risque. Beaucoup comparent Our Version Of Events au sublimissime Unfinished Sympathy de Massive Attack. Pourtant cet album très pop et rnb n’a pas les sonorités trip hop qu’on lui prête un peu partout sur la toile. Il n’en reste pas moins que Our Version Of Events, après une seconde écoute, est un très bon album et mérite d’être écouté. Emeli Sandé a définitivement sa place dans la cour des grands. Espérons que ce diamant brut ne tombe pas dans les artifices des médias.

Retour sur celle que l’on appelle BeeKay

BRIDGET KELLY - EVERY GIRL sur Soul Ton OreileC’est un certain 11 Septembre 2009 que Jay-Z, en boss de Roc Nation, décidait de présenter Briget Kelly, sa toute nouvelle protégée lors d’un concert donné en l’honneur de la commémoration des événements tristement célèbres du 11 Septembre 2001. On parle là d’une sacré initiation pour la chanteuse jusque là inconnue au bataillon, qui se retrouve pour son premier show à assurer à la place d’Alicia Keys les refrains d’Empire State Of Mind, véritable carton de 2009 devant un Madison Square Garden plein à craquer. Tout le monde se demande alors qui est cette brunette au pommettes prononcées et à la frange symétrique qui accompagne la légende de Brooklyn. Sa performance ayant convaincu, elle sera alors embarquée en tournée par Jay-Z afin de l’assister sur le nouvel hymne de New York lorsque la virtuose du piano ne pourra faire acte de présence. Cette expérience sans doute inoubliable pour la récente signature de Roc Nation s’apparentant sûrement à un rêve, en particulier pour une native de Manhattan n’omet cependant pas d’estampiller Bridget Kelly de ce tampon de doublure officiel d‘Alicia Keys.

Regardez: Jay- Z – Empire State Of Mind feat Bridget Kelly (live)

Comme ses confères J. Cole et Rita Ora signés eux aussi chez Roc Nation depuis 2008, il faudra beaucoup de patience à Brigdet Kelly avant de délivrer un premier projet. Un public témoin, lors de ces scènes, de son potentiel peut être acquis de sa formation à LaGuardia (école d’art renommée dont elle est  diplômée et sur laquelle est basée la célèbre fiction Fame), est partagé entre les comparaisons inévitables avec Alicia Keys et l’attente d’en voir plus. Elle annonce précipitamment après son show au Madison Square Garden l’arrivée d’un album en 2010 et balance dans la foulée quelques teasers alléchants de ce qu’elle nous réserve, assez pour éveiller la curiosité sans trop en dévoiler. Citant parmi ses influences Alicia Keys, Pink ou encore Alanis Morissette, le premier opus de Bridget Kelly devrait prendre selon elle une direction musicale plutôt agressive, elle définie son style comme une rencontre entre le rock et le rnb. Et avec Jay-Z comme mentor on se doute que la chanteuse ne bénéficie pas des mêmes connexions qu’un bleu ordinaire. On s’attendra à retrouver sur l’album de la chanteuse des collaborations avec des personnalités respectées du milieu notamment Ryan Leslie mais aussi Linda Perry, No I.D. et David Hodges membre de Evanescence.

Regardez; Ryan Leslie & Bridget Kelly – Sound Of A Heartbreak

L’album ne sortira évidement pas en 2010. Bridget Kelly qui avouera l’avoir un temps jugé fin près, décidera de se replonger sur sa confection. Sur les conseils de son mentor Jay-Z, elle lui accordera plus de temps afin de le perfectionner. L’opus supposé être autobiographique prendra alors une direction plus émotionnelle que le rock agressif prévu puisqu’il se calquera sur l’humeur de la chanteuse qui a évolué depuis. Il sera donc question d’un Ep gratuit intitulé Every Girl afin de rendre l’attente plus agréable. Tout semble s’arranger pour Bridget Kelly, avant qu’un imprévu ne vienne perturber la sortie de ce nouveau projet, nous l’appelleront « l’Affaire Thinking About Forever« . Ce chef d’œuvre posté sur Life + Times, blog de Jay-Z, accompagné de quelques mots afin de présenter l’artiste et signé de son « modeste » pseudonyme Andy WarHov, aurait déjà été publié la veille sur le blog du collectif Odd Future mais cette fois chanté par leur crooner Frank Ocean. Tout cela fini par semer la confusion et ce n’est que des mois plus tard qu’une Bridget Kelly amère acceptera de révéler ce qu’il s’est passé. On apprendra alors que l’équipe de la signature Roc Nation a en effet engagé les services de Frank Ocean qui écrira Thinking About Forever pour elle. Malheureusement, pendant que l’on peaufinait les derniers détails de l’Ep Every Girl sur lequel le titre figurera, le chanteur choisissait de revenir sur son contrat en dévoilant sa démo ici nommée Thinking About You, allant alors classer la version de Bridget Kelly au rang de reprise. Le public ensuite ne pourra s’empêcher de prendre partie pour le meilleur interprète qu’il aura défini.

Regardez: Bridget Kelly – Thinking About Forever (version acoustic)

En octobre dernier sortait finalement Every Girl propulsé par le titre Seek and Destroy. La première chose qui frappe à la vue de la jaquette de Every Girl, c’est le nombre de nom apparaissant au crédit de la composition de l’Ep. Bridget Kelly n’est l’auteur d’aucun titre de son projet. Every Girl réuni les écrivains les plus en vogue du moment, parmi eux Ne-Yo, Ester Dean, James Fauntleroy II, Frank Ocean ou encore The Dream. L’emploi de ces noms qui seront placé en évidence en tant qu’unique élément de promo pour le projet, supposé être personnel de surcroît passera mal auprès du public. Peut être est ce le facteur qui empêchera l’auditeur de lui donner une écoute juste et cela sera bien dommage. Every Girl est un projet de qualité. À mis chemin entre le rock et le rnb, on y sera agréablement surpris par les capacités vocales de Bridget Kelly. Sur les morceaux Seek and Destroy, Every Girl et Love You After All on retrouvera notamment grâce à sa voix rocailleuse l’aspect agressif que la chanteuse avait auparavant prédit. Puis sur les balades Thinking About Forever et Stranger To Love elle fera démonstration de ses qualités d’interprète. La mention coup de cœur sera attribuée à In The Morning et White Lies pour leur écriture soignée. Ses deux titres prennent même des allures de story telling, Whites Lies nous évoque un peut la saga Trapped In The Closet de R. Kelly.

Regardez: Life +Time présente Bridget Kelly

Vous l’aurez compris nous somme séduit par l’Ep Every Girl de Bridget Kelly. La combinaison des genres rnb et rock lui assure un style singulier et on espère que l’album toujours en préparation se jouera sur ce terrain. Si nous avons relevé un bémol, il s’agira du fait que les titres n’aient pas été écrit par elle. Cette pratique plutôt courante est, peut être à tord, diabolisée par les puristes, voilà pourquoi les plus grands chanteurs qui y ont recours auront tendance à ne pas le mettre en avant. C’est peut être ici que l’équipe de Bridget Kelly aurait peut être fait un faux pas, se servir de ces grands noms n’est pas la meilleure stratégie de campagne. Après l’épisode Thinking About Forever, c’est un autre scandale qui viendra entacher l’image de Bridget Kelly et il implique cette fois la chanteuse de Young Money, Shanell Woodgett. La protégée de Lil Wayne qui est en effet l’auteur du titre White Lies affirmerait ne pas avoir été consultée pour l’utilisation de son morceau et comme toute adulte mature c’est via son compte Twitter qu’elle fera part de son mécontentement. Et plus tard lorsqu’en pleine interview radio il sera demandé à Bridget Kelly le nom de l’auteur du titre Stranger To Love celle-ci se verra dans l’incapacité de répondre.

Regardez: Bridget Kelly – Interview

Depuis sa sortie, Every Girl ne semble pas suffisamment exploité, on déplore une réalisation de clip quasi inexistante. Le travail de promo autour de ce projet de qualité est difficile à comprendre, néanmoins Bridget Kelly se produit sur scène, ce qui devrait lui être bénéfique. La chanteuse de Roc Nation était dernièrement à l’affiche de l’Essence Music Festival à la Nouvelle Orleans où elle décidait de dévoiler deux titres inédits. Le public eu donc l’honneur de découvrir en avant première This Is Love premier single de son album à venir ainsi qu’un second extrait intitulé Special Delivery. Bridget Kelly annonçait dernièrement que son opus était bouclé. Bien que charmé par la nouvelle nous préférons ne pas nous emballer, qui sait, nous seront peut être prochainement surpris par une livraison spéciale.

Regarder: Bridget Kelly -Special Delevery

Pour aller plus loin:

Fr. Ocean : l’homme mystérieux et sa plume

FRANK OCEAN - NOSTALGIA ULTRA sur Soul Ton OreilleSi nous choisissons d’être franc avec vous, nous vous avouerons que tout ce buzz autour de Frank Ocean a un peu freiné notre envie de donner une chance à sa musique, et l’affiliation de ce personnage complexe au collectif controversé Odd Future n’a rien arrangé. En passionnés de musique que nous sommes, il nous était impossible d’ignorer plus longtemps celui qui était qualifié de génie par les critiques. Après plusieurs mois de résistance, c’est avec prudence que nous nous sommes lancés et il faut dire que nous avons été agréablement surpris par sa charmante voix mais surtout par cette plume subtile, atout faisant défaut au rnb aujourd’hui. Et si nous n’avons pas trouvé plus tôt l’occasion d’aborder le très encensé Nostalgia Ultra, la sortie imminente du premier album de Frank Ocean intitulé Channel Orange est un bon prétexte pour passer en revue les œuvres précédentes de celui qui compte parmi les espoirs du rnb.

 Regardez: Frank Ocean – Acura Integurl

 Frank Ocean est ce que l’on appelle une antistar. Même lorsqu’il commence à prendre en notoriété et que son nom se murmure sur toutes les lèvres, l’apparition du chanteur, avec en guise de bandana son drapeau japonais enroulé autour de la tête, se fait rare dans les médias. Si bien qu’il recevra de l’animatrice radio Angie Martinez le surnom de « l’homme mystérieux ». Ce que l’on sait de lui c’est que sa carrière débute quand il se voit forcé d’évacuer sa ville de New Orleans par l’ouragan Katrina. Pris de cours il décidera alors de visiter L.A afin de trouver un studio où il pourrait reprendre les sessions d’enregistrement brusquement interrompues. Le voyage supposé durer quelques semaines se prolongera, Frank OceanChristopher Lonny Breaux ne rentrera finalement jamais. Comme bon nombre d’artistes, il fera ses marques en écrivain de l’ombre, collaborant ainsi avec Brandy, John Legend ou plus récemment Bridget Kelly (dont nous vous parlerons très prochainement). Lonny Breaux rejoint le collectif Odd Future Wolf Gang Kill Them All (OFWGKTA) en 2009 et bien que certains de ses fans déplorent son appartenance à ce groupe provocateur, il en parle comme d’une famille liée par la créativité, et confie que le groupe a ravivé son écriture. C’est la même année qu’il fait la rencontre de Tricky Stewart qui le découvrira aux travers de démo destinées à sa clientèle circulant ça et là. Il décidera de lui donner sa chance en tant qu’artiste solo et voilà l’exilé de New Orleans devenu signature de Def Jam. Le dernier membre du OFWGKTA un contrat en major en poche pourra désormais interpréter lui même ses compositions mais voilà, rien ne se passe. Il expliquera qu’aucune relation ne s’établira jamais entre lui et son label, et bien qu’il se sente négligé par Def Jam dès le début de leur aventure, il considérera cela comme une bénédiction.

Il est donc temps pour Lonny Breaux de prendre en mains sa carrière. Pour son 23ème anniversaire en 2010 il s’offrira le plus improbable des cadeaux. En personnage complexe il ne se contente pas de prendre un pseudonyme mais engage une procédure judiciaire. De Christopher Lonny Breaux il deviendra Christopher Francis Ocean par voie légale. De la naîtra le nom de scène: Frank Ocean. Dès lors, l’artiste publiera seul son travail grâce aux réseaux sociaux. Il faut dire que Frank Ocean est productif, il postera une quantité de morceaux principalement via tumblr. Avec l’appui de Odd Future dont le nom commence à prendre de l’ampleur à cause de leur conduite immorale, il bénéficiera d’une exposition conséquente. La majorité (du moins une bonne partie) de ses titres voguant librement sur le web seront réunis sur The Lonny Breaux Collection, une mixtape non officielle composée de 64 plages.

 Regardez:  Tyler The Creator – She feat. Frank Ocean

 Frank Ocean délivre Nostalgia Ultra en février 2011. Son premier projet officiel, que le public recevra comme une véritable baffe, devra sa popularité principalement au bouche à oreille. Plus tard, la mixtape gagnera l’acclamation des critiques et on observera un phénomène étrange et assez récurrent se mettre en place. En effet, dans les classements d’albums de l’année réalisés par différents magazines, Nostalgia Ultra se disputera à plusieurs reprises les trois premières places avec House Of Balloons de The Weeknd, avec lequel la comparaison restera inévitable puisqu’ils sont tous deux considérés comme les nouveaux espoirs du rnb, ainsi qu’avec Section 80 de Kendrick Lamar. Quel est ce phénomène étrange, vous demanderez-vous ? Eh bien, ces trois projets dont nous ne remettrons pas en cause la qualité, appartiennent à des roockies et ne sont techniquement pas de réels albums, c’est dire le niveau élevé de la relève.

 Novacane sera le premier single de Nostalgia Ultra et bien qu’il n’a pas le profil ordinaire du hit de l’été, il assurera à Frank Ocean une entrée et pourquoi pas un squattage en radio.

 Regardez: Frank Ocean – Novocane

 C’est la structure de Nostalgia Ultra qui retiendra notre attention dans un premier temps. Frank Ocean y développant un thème : l’opposition de sa nostalgie à la modernité, la mixtape nous fera penser à un projet hip hop, le concept de thème étant rarement exploité dans le genre rnb. L’aspect nostalgique sera alors exprimé sur la jaquette et par ses interludes aux noms de jeux vidéo tels que Street Fighter ou encore Soul Calibur, qui auront vite fait de nous communiquer la mélancolie de l’artiste. La modernité quant à elle, se trouvera dans les productions. Si les instrumentales, sa voix séduisante et ses mélodies se chargeront de capter l’intérêt de l’auditeur, la signification des textes viendra donner du poids au travail de l’artiste. Le choix de samples éclectiques (Coldplay, Eagles, Mr Hudson, Radiohead ou encore MGMT), additionné à son écriture subtile feront quitter à Frank Ocean l’état d’artiste rnb conventionnel. Son évolution depuis l’époque « Lonny Breaux » est évidente. Il traite au travers de sa musique de ses réflexions sur la société ou alors de sujets tels que les relations humaines et se base principalement sur ses propres expériences. Se considérant avant tout comme un narrateur, il puisera dans des émotions éprouvées à partir desquelles il réinventera de nouvelles histoires. Il illustrera une sorte de fiction sur Lovecrimes ou Novacane. Le titre There Will Be Tears à contrario sera plus personnel. C’est sur Swim Good, Nature Feels ou encore Dust que son écriture imagée se révèle. Frank Ocean explique essayer avec sa musique de créer des images non visibles par l’œil, ce dernier titre reflétera ce concept, certes un peu ambigu au premier abord. La poésie de ses textes utilise le sens figuré comme un outil qui poussera l’auditeur à participer en faisant jouer son imagination.

 Regardez: Frank Ocean – Swim Good

 Aux réactions du public le label décidera de réaliser une version commerciale du projet. Celui-ci se présentera cette fois sous forme d’un Ep qui s’intitulera Nostalgia Lite. Plusieurs mois après que la date de sortie annoncée soit passée, les fans attendront toujours avec un mince espoir de voir l’Ep de leur vivant, Def Jam ne le distribuera jamais. Il apparaît donc évident que les relations entre l’artiste et le label ne se soient pas améliorées, il retournera donc à son habitude de divulguer sa musique sur la toile et pas forcément dans le contexte de projet. En plus de sa participation aux albums de Odd Future, il dévoilera des morceaux tels que Voodoo, Pyrites, Tears (4 Tears) ou encore Whip Appeal.

Écoutez: Frank Ocean – Voodoo

Heureusement pour Frank Ocean, la mixtape Nostalgia Ultra parle d’elle même. L’artiste est désormais courtisé par les stars. Il contribuera au quatrième album de Beyoncé sur lequel il écrira I Miss You. Il sera aussi l’un des rares avec Mr Hudson,et bien sur la femme du patron, à prêter sa voix sur l’album Watch The Throne de Jay- Z et Kanye West.  Ce succès lui permettra aussi d’effectuer une petite tournée de quelques dates. Elles l’emmèneront jusqu’en Europe où il se produira à Londres, mais pas à Paris car il était tombé malade. Frank Ocean parlera de ce qui lui arrive comme d’un film dont la fin peut surgir à tout moment, étant conscient de la réalité du marché, il préfère garder le contrôle sur son image.

En ce qui concerne les points négatifs que nous avons relevés, l’artiste en live ne maîtrise pas sa voix. Pour sa défense, il donnera son premier show en solo seulement en fin 2011 devant le public de la Nouvelle Orleans. Aussi son assurance peut parfois être irritante. Lorsque Don Henley le menace de porter plainte contre lui s’il rejoue sur scène le titre American Wedding, celui-ci rétorque que le membre des Eagles se sent certainement intimidé par sa reprise. Le titre en question sample Hotel California le classique titre du groupe sans leur autorisation, mais surtout sans qu’aucune modification n’ait été apportée par Frank Ocean, mis à part le texte inséré. Pour pouvoir jouer le titre lors de son passage au Festival de Coachella, il devra en changer l’instrumental, c’est une toute nouvelle version de American Wedding qui sera entonnée par Frank Ocean et son orchestre.

 Regardez: Frank Ocean – Interview BBC

 Channel Orange le premier album de Frank Ocean sera disponible le 17 Juillet prochain. Si nos voisins américains peuvent déjà se procurer une version digitale de l’opus via Itunes, Frank Ocean nous permet de faire une première écoute de Channel Orange sur son Tumblr.

 Pour aller plus loin:

 

 

Rochelle Jordan s’égare le temps d’un morceau

Rochelle Jordan - Losing sur Soul Ton OreilleC’est sans fournir plus d’info sur l’annulation du projet R O J O II initialement prévu pour mars dernier que Rochelle Jordan avec un court mais addictif teaser du titre P R E S S U R E annonçait la sortie d’un EP du même nom pour cet été. La chanteuse de Toronto avait pourtant déjà dévoilé deux extraits de ce qui devait être la suite de R O J O, son premier album délivré en 2011.

Regarder Rochelle Jordan – Earth To Your Brain

Près d’un an s’est écoulé depuis la sortie de son précédent projet, pourtant on a l’impression que Rochelle Jordan n’a jamais réellement quitté le paysage musical. Après un premier essai réussi avec R O J O, un album qui bien que gratuit impressionne par la qualité de son contenu, la chanteuse à la sublime afro n’a cessé de fournir des substances à son public. Il aurait été dommage de ne pas entretenir un buzz fraîchement obtenu et ça, son équipe de Protostar Entertainment, label indépendant dont Rochelle Jordan est l’une des signatures, l’a bien compris. En plus de diverses collaborations avec ses Proto-confrères, dont une apparition sur Shot By Love, album de Tara King, et plus récemment son featuring avec le rappeur Wingate sur le titre Just For The Night, l’auteur et interprète canadienne délivrait King. A en hommage à Aaliyah qu’elle compte parmi ses plus grandes sources d’inspiration. Le morceau paru à l’occasion de l’anniversaire des 30 ans de l’icône était suivi en début d’année par les titres Shot puis Here I Go supposés faire partie de R O J O II, projet dont la sortie était prévu pour mars dernier, mais qui se verra finalement annulé.

Écouter Rochelle Jordan – Shot

C’est alors doucement que la popularité de Rochelle Jordan s’étend en dehors du Canada. Après les États-Unis, la chanteuse commence à se faire un nom du côté de l’Europe, notamment à Londres et Paris où elle a récemment donné quelques concerts devant un public restreint. On reconnaît dans la musique de Rochelle Jordan qui, par ses instrumentales, dresse un calme ambiant, des sonorités peut-être propres à Toronto, car on peut le dire, il n’est pas rare qu’elle nous évoque un Drake ou encore The Weeknd, deux de ses compatriotes qui ont déjà fait leurs preuves. Cependant son RnB qui allie un parfum des années 90 à des productions modernes, lui assure une certaine singularité et permet généralement à l’auditeur de reconnaître sa patte.

Si Rochelle Jordan a décidé de réserver la suite de R O J O pour plus tard, la surprise d’un EP intitulé P R E S S U R E lui vaudra notre pardon. Un teaser du titre du même nom qui s’annonce rythmé nous prédit un projet fidèle à ce qu’elle nous a précédemment fourni. Au fond peu importe, tant que Rochelle Jordan nous procure de la bonne musique, on ne va pas se plaindre !

Regarder Rochelle Jordan – P R E S S U R E

On fait redescendre la pression avec Losing, premier single de l’EP P R E S S U R E. Le titre à la production sobre qui resitue Rochelle Jordan dans cet univers d’un RnB feutré dans lequel elle et ses deux fameux compatriotes évoluent régulièrement, est produit par KLSH son partenaire chez Protostar et aussi fréquent collaborateur. En attendant P R E S S U R E dont la date de sortie est à ce jour inconnue, il vous est possible de retrouver la majorité du travail de Rochelle Jordan sur son compte Bandcamp. D’ici là, recevez cette invitation à s’égarer signée de la voix de Rochelle Jordan, pour notre part nous ne l’avons pas regretté.

Écouter Rochelle Jordan – Losing

Pour aller plus loin :

Pages : Précédente 1 ... 6 7 8 9 10 ... 27 28 Suivante