Tous nos articles sur "rnb"

Beyoncé – 4

Des Destiny’s Child à la diva qu’elle est aujourd’hui, on ne peut pas dire que Beyoncé n’a pas mûrie en tant qu’artiste. Trois ans après I am… Sasha Fierce, c’est donc dans cette continuité que B. remet le couvert et nous délivre 4, son quatrième effort solo.  Plus personnel que les précédents opus mais tout aussi impersonnel à la fois, c’est un peu le paradoxe auquel nous confronte cet album. Un album que l’on aimera ou détestera, sans un véritable juste milieu.

Oubliez les Single Ladies, Irreplaceable et consorts, 4 ne contient quasiment pas de hits radio à l’exception du désormais célèbre Run The World (Girls), au sample de Major Lazer et son Pon De Floor. Composé de 12 titres (sans inclure les bonus disponibles avec l’édition deluxe), 4 est essentiellement un récital de ballades amoureuses comme l’illustre parfaitement 1+1, premier morceau à ouvrir l’album. « Make love to me » s’écrie Beyoncé sur un morceau qui en laissera plus d’un indifférent, moi le premier. Non pas par sa prestation, puisque 4 est très certainement son album le plus abouti sur ce point, frôlant la perfection vocale, mais plutôt par cette accessibilité que l’on retrouvera tout au long du CD. Ce fait de vouloir rendre chaque titre accessible à la masse, rendant impersonnel ce qui devrait l’être.  Cette touche qui faisait de Hello ou encore If I Were A Boy de véritables perles n’est plus sur 4, et c’est comme ça que l’on se retrouve avec une majorité de titres aseptisés comme I Care ou I Miss You, poussant les mauvaises langues à résumer la chose comme un album de « chouineuse ». Mais je n’irai pas jusque-là.

Si vous croyez que les choses vont empirez, rassurez-vous, c’est loin d’être le cas. Le principal problème de 4 évoqué ci-dessus est bien le seul. Ainsi, on se retrouve vite avec Countdown au rythme entrainant et où, surprise, Beyoncé fait du Beyoncé, ce qui tranche radicalement avec la direction générale adoptée dans la première partie. On y retrouve même un sample de Uhh Ahh des Boyz 2 Men pour le fameux « countdown ». Assurément le titre fort de l’album. Ensuite, on enchaine très vite avec End of Time, qui n’est pas sans rappeler Off The Wall de Michael Jackson. B. à son summum pour sûr, et on n’est pas prêt d’oublier cette ligne de drums qui fera assurément bouger vos fesses comme pour Todrick Hall ! I Was Here par contre tape dans le registre initial, à savoir une ballade de plus, mais celle-ci a toutefois le mérite d’être diablement plus prenante que les autres. La diva y pousse la voix à la perfection et met tout le monde d’accord. Beyoncé est au top, cela ne fait aucun doute. On regrettera toutefois quelques ratés, comme Party en featuring avec Andre 3000 et Kanye West à la production, titre qui avait tout le potentiel pour être un hit en puissance mais qui au final peine à convaincre. De même pour Best Thing I Ever Had, un morceau sympathique mais qui ne cesse de me faire penser à une pale copie d’Irreplaceable.

En conclusion, 4 est loin d’être un mauvais album, mais il est également loin d’être une réussite totale. On regrettera une première partie peu convaincante, mais on appréciera d’autant plus la seconde (et surtout Countdown pour ma part). Mais quant on sait que même le pire de Beyoncé reste au-dessus de la soupe que l’on nous sert tous les jours, il n’y vraiment pas de grandes craintes à avoir, même pour les plus sceptiques d’entre nous. Alors si vous n’y avez toujours pas jeté votre oreille, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Frank Ocean – Love Crimes

Membre du collectif OFWGKTA (qui compte également Tyler, The Creator dans ses rangs), le petit Frank Ocean commence mine de rien à faire parler de lui. Et pour cause, le natif de la Nouvelle-Orléans a tout simplement une voix en or. Et pour peu que votre oreille ne connaisse pas le jeune homme, ce n’est qu’une question de temps avant que cette dernière ne soit enjouée.

Aujourd’hui on vous propose donc de découvrir Love Crimes avec la vidéo ci-dessous. Réalisés par The Look and Listen (et produit par notre ami J.Hyphen), ces visuels mélangent inspirations musicales et celles du monde de la mode pour un résultat agréable à l’oeil et à l’oreille. On vous laisse donc découvrir tout ça tranquillement et on revient très vite sur Soul Ton Oreille pour reparler de Frank Ocean !

Frank Ocean – Love Crimes x The Look and Listen

Love Crimes from The Look & Listen on Vimeo.

Todrick Hall et Beyoncé voient la fin des temps

Run The World (Girls), le premier single qui illustrait le retour de Beyoncé est déjà largement adopté par la planète entière. Ensuite est apparu le mois dernier le 2ème single Best Thing I Never Had avec un clip où on la découvrait en tenue légère avant de revêtir sa robe de mariée (tous les prétextes sont bons, on prend !), cela comme pour confirmer plus que jamais sa position d’incontournable sur la scène RnB, avec un album tout récemment sorti, 4 et qui marche… Fort.

Et là, les danseurs se déchaînent, reprennent et illustrent à leur sauce les morceaux du dernier opus du leader des Destiny’s Child. Dernière revisite en date, celle de Todrick Hall alias Toddy, qui fait tout pour qu’on parle de lui. Il nous vient du Texas, revient tout juste de l’émission-casting musical American Idol aux Etats-Unis où il a été finaliste lors de la dernière saison, un chanteur/danseur qui en veut et qui le revendique, au point de vouloir se retrouver dans le casting de Glee comme il le dit en vidéo sur sa chaîne Youtube et à qui veut bien l’entendre.

Aujourd’hui, c’est avec un « flash mob » (un rendez-vous surprise préparé pour créer l’évènement si vous voulez) sur End of Time de Beyoncé qu’il est en passe de réussir sa mission de conquête du monde : des dizaines de danseurs se trémoussent dans un magasin Target (une grande chaîne, un concurrent de WalMart) devant des clients médusés, agréablement surpris visiblement. Epiphénomène ou pétard mouillé ? L’avenir nous le dira, avant la fin des temps prévue pour 2012 visiblement. Allez fini la loquacité, place à la musique !

Tony Williams – Priceless

Tony Williams, vous connaissez sûrement. Vocaliste de Kanye West (et oui, encore lui), il s’apprête à sortir son tout premier album solo, King or The Fool, d’ici la rentrée. En attendant son premier véritable single à paraitre sous peu, voici Priceless, véritable bijou qui n’a pas fait le cut final pour l’album. On vous laisse vous faire votre idée sur le morceau, mais personnellement, c’est ce que j’appelle du véritable RnB. Un bon retour aux bases, sans autotune aucun, pour un résultat détonnant. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire : cliquer sur play !

Tony Williams – Priceless

Télécharger : Tony Williams – Priceless
Lisez également notre interview exclusive !

The Weeknd bouleverse le RnB

The Weeknd c’est un malaise oppressant, incessant, une vague de désir qui ne s’arrête qu’une fois la mixtape House of Balloons écoutée jusqu’au bout et dès qu’elle se termine, on en redemande, encore et encore, jusqu’à satiété.

Vous avez certainement dû voir sur Youtube des vidéos composées d’illustrations noir & blanc, laissant apparaître des corps à demi-nus, des visages floutés et autres formes très révélatrices de l’anatomie humaine signées Xo, non ? Alors les cours de rattrapages commencent dès maintenant et je vais tacher de jouer la maîtresse. The Weeknd aka Abel Tesfaye c’est avant tout une voix, une voix qui vous touche là, juste ou ça fait mal… Et qui insiste. Ce canadien se fait vite connaître via trois chansons diffusées sur Youtube, Loft Music, What you need et The Morning (Rafik vous faisait découvrir deux de ces clips il y a peu.) Il aura fallu un tweet venant du célèbre Drake pour propulser sur le podium, cet artiste rnb pas comme les autres : solidarité canadienne ? Peut-être pas.

Outre la voix de l’artiste, ce qui différencie The Weeknd parmi tous les autres groupes du genre, pardonnez-moi, c’est que lui et son équipe savent faire de la musique ; vous le comprendrez très vite en écoutant House of Balloons. Commencez en douceur avec le premier morceau intitulé High for This (reprise dans le dernier et court trailer du « final season » de la série Entourage, à découvrir ci-après) comprenant un beat post-dubstep, des paroles osées voire provocantes, vous commencerez alors à comprendre la puissance de ce groupe. Ensuite, continuez la balade en écoutant le second titre What you need et si vous avez l’impression de tromper votre conjoint(e) rien qu’en écoutant cette chanson, c’est normal. Au fur et à mesure de l’album, les chansons sont de plus en plus osées, le tempo progresse mais ne régresse pas, quelques guitares sèches, des basses profondes et le malaise continue.

Vous l’aurez compris, The Weeknd est l’artiste du moment, au-délà de ces quelques lignes, vous entendrez parler très prochainement de lui partout, c’est évident. Rappelons que House of Balloons est le premier opus d’une trilogie, autant dire que les deux autres opus sont plus qu’attendus. Profitez de cet aller simple au temple du vice.

Ecouter : The Weeknd – The Morning

Regarder : teaser de la saison 8 de la série Entourage

Pour aller plus loin :

- Le site de The Weeknd pour télécharger House of Balloons.
- L’espace Tumblr de Xo et The Weeknd.

Pages : Précédente 1 ... 17 18 19 20 21 ... 27 28 Suivante