Tous nos articles sur "rap français"

#Tweetzik : Le retour de Lino d’ärsenik

9 ans après son premier album Paradis Assassiné, la moitié du groupe mythique des années 90 ärsenik marque son grand retour avec 12ème Lettre, premier extrait percutant et clippé de son futur album solo qui devrait sortir cette année. Pour marquer ce retour, Lino a fait appel à tous les MCs qui ont marqué et marquent toujours le rap français : son frère Calbo, Disiz, Zoxea, Joey Starr, Youssoupha, 2Bal 2Neg, Busta Flex, Passi et encore bien d’autres que nous vous laissons découvrir.

Regardez :  Lino – 12ème Lettre

Lunikar explique son projet – le titre Dreamin’

LUNIKAR-HEADER_SOULTONOREILLELunikar a bien vu que nous le suivions depuis quelques temps, c’est pourquoi il s’est tourné vers nous afin de nous faire participer à son projet d’explications des titres de son prochain EP qui sortira le 31 mars prochain. Nous vous en avions déjà fait découvrir les 2 premiers extraits.
Le concept c’est : une explication de titre par jour et par média, aujourd’hui c’est notre tour et c’est du track 3 qu’il vous donne l’histoire et les explications.

« Dreamin’ est une production signée Chef Scout, qui en a fait un titre très dynamique et énergique à l’ambiance planante accompagné de saxo pour embellir le tout.
De l’égo trip pur et dur. Le son me faisait penser au style d’A$ap, style avec lequel mes fans ont tendance à faire un lien d’ailleurs. Le son de base était totalement différent et dans la production j’ai trouvé cette boucle que j’ai choisi d’utiliser. J’ai réédité le son et vous entendrez le résultat final sur ce titre.
J’ai ensuite découvert ce que faisait Redburry sur Soundcloud, j’ai énormément accroché et nous voilà en collaboration sur ce son. Son couplet qui ouvre le morceau est vraiment surprenant. Moi je commencerai ma partie avec cette phrase « N’oublie pas que l’homme est proche de l’insecte », qui est pour moi assez parlante. Je parlerai des autres artistes, de leur égo démesuré et de leur manière de changer d’attitude lorsqu’ils te voient avancer plus vite qu’eux, à vouloir participer aux projets juste pour le buzz. Je ne ferai pas parti de ceux qui changent pour faire le buzz, et c’est un sujet que je reprends souvent dans l’EP car c’est important pour moi de faire passer ce message.
La cover pour ce morceau a été faite par Johann Dorlipo, le titre correspondait très bien à l’image nuageuse et planante qui s’en dégage. »

Pochette Luni 5

En espérant que c’est petite introduction vous aura donné envie d’écouter Dreamin et de découvrir l’EP de Lunikar dans son intégralité lorsqu’il sortira le 31 mars 2014.

Pour aller plus loin :

#Tweetzik : Set & Match – Billet Bleu

Le trio Set & Match vous propose leur dernier clip Billet Bleu, le concept du titre : un hymne au billet de 20€, le minimum vital du français moyen, le billet de la fête mais aussi de la galère. On aime beaucoup le titre, l’instru avec ses sonorités indiennes nous fait clairement bouger la tête et on vous invite à la bouger aussi. Et si vous voulez la bouger encore plus, vous pouvez aller les voir en concert samedi 29 mars au Pan Piper à Paris.

Regardez : Set & Match – Billet Bleu

Disiz, le dernier volet Transe-Lucide

DISIZTLUCIDE_HEADER-ARTICLES

Le voyage de Disiz à travers sa trilogie Lucide est terminé, le dernier volet Transe-Lucide étant sorti il y a peu de temps. Il fait partie des artistes que nous apprécions particulièrement et que nous suivons avec assiduité, nous ne cachons pas d’ailleurs, que nous étions impatient de découvrir le contenu de cet album. En effet, nous n’avions pas réussi à le suivre avec Fuck Les Problèmes, bien qu’il s’agisse d’un titre qui lui tienne à cœur, et nous nous interrogions sur le reste. Même s’il n’est pas foncièrement mauvais, c’est le volet qui globalement nous a le moins plu. Il est la synthèse des deux premiers, la conclusion de l’introspection d’un homme sur sa vie et sa vision du monde, ce qui est tout à fait louable, mais musicalement nous attendions autre chose et lyricalement nous avons été déçus, même si les sujets abordés sont intéressants.

La première partie, la plus sombre, est celle qui nous a le plus plu. Banlieusard Syndrome ouvre très bien l’album, l’instru sonne bien hip hop avec son flow ainsi que le texte réaliste qui aborde sans stigmatisation les populations de banlieue.

Écoutez : Disiz – Banlieusard Syndrome

Miskine continue l’ouverture et suit bien la logique de ce que peut aborder Banlieusard SyndromeKamikaze et son instru façon musique 8 bits nous plaît et on l’imagine comme étant le Bète de Bombe de cet album, la touche marrante et décomplexée. Arrive Rap Genius, single de l’album, qui soit on l’aime soit on ne l’aime pas. L’instru lancinante qui aide à transporter l’auditeur dans un état d’esprit qui correspond bien à ce long discours de 7:31 minutes.

Fuck Les Problèmes ouvre la partie du milieu, qui se dirige vers la lumière et traite d’un sujet important mais, même si le choix de l’auto-tune a un but précis pour toucher un certain public, nous n’arrivons pas à apprécier Disiz dans cette vague. On retrouve son côté subversif à travers Mc Kissinger, qui débute avec le discours polémique de Nicolas Sarkozy à Dakar. Le sample du titre C’est Beau La Bourgeoisie fonctionne très bien et on regrette que ce titre ne dure qu’à peine 2 minutes. Spirales et la douceur de la voix de Mad nous font vite oublier que nous étions restés sur notre faim. Cette touche féminine, que nous retrouvons sur plusieurs titres, est vraiment bien choisie : très aérienne et correspond très bien au thème de ce titre.

Écoutez : Disiz featuring Mad – Spirales

Burn Out est un titre à l’inspiration plus légère qui ne nous marque pas plus que cela, contrairement à King Of Cool qui fait partie des titres que nous avons le plus appréciés : bon texte, bonne instru, bon délire. Le titre a beau être moins sérieux, plus tourné vers l’égo trip, il n’en reste pas moins intéressant.

Arrivés là, nous sommes dans la dernière partie de l’album qui va faire la conclusion de la trilogie et se tourne vers quelque chose de plus lumineux mais moins appréciable. Quand Drake est devenu le symbole des rappeurs « fragiles », Disiz assume ce côté depuis longtemps (pensez à Nébuleuse sur l’album Poisson Rouge) et Kadija est ici la continuité, toujours en hommage à sa femme. Il dépeint les difficultés d’une vie de couple et la force qui en découle. L’introspection générale de ce projet prend tout son sens sur le titre Echo, très juste. C’est d’ailleurs un adjectif qui caractérise particulièrement cette trilogie dans son ensemble.

L’instru de Luv, tambour battant, nous fait bouger la tête avec un thème très cohérent avec l’état d’esprit de Disiz, ce jeune rappeur devenu un homme qui assume ses sentiments et le revendique. Le voyage touche à sa fin avec les deux derniers titres de l’album, dont l’important Complexité Française qui permet de boucler la boucle du message que Disiz souhaitait transmettre. A la première écoute de ce titre, nous n’avons pas du tout été transportés mais il prend tout son sens avec le clip, que nous vous proposons de regarder.

Regardez : Disiz featuring Simon Buret – Complexité Française

Encore une fois, le mot justesse nous vient à l’esprit car son approche de ce sujet, en effet très complexe, l’est, et les images le sont encore plus. Lui-même en tant qu’artiste, se base sur plusieurs univers ce qui crée une certaine complexité, et même si Peter Punk fait partie de Disiz, il nous manque un peu de hip hop musicalement dans ce titre, que nous retrouvons finalement dans le final, Happy End, qui comme son nom l’indique vous offre une fin heureuse sans être « gnan-gnan » pour autant car il est évidemment composé de la lucidité qui compose l’entièreté de ce projet.

Lucide marquait son retour et a été un gros coup de poing, Disiz représentant musicalement une valeur sûre dans le paysage du rap français de l’époque dans lequel nous ne retrouvions pas. Il en a été de même avec Extra-Lucide qui représentait toujours plus ou moins son retour et qui fleurait bon ce renouveau dans le rap avec aussi Youssoupha et Orelsan par exemple. Maintenant qu’il était bel et bien de retour peut être en attendions-nous trop pour ce dernier volet, qui reste malgré tout très cohérent avec l’ensemble du projet, même s’il nous a moins plu musicalement.

Qu’on se le dise, Disiz est définitivement de retour pour ceux qui en doutaient encore et il n’a pas rigolé sur sa manière de revenir. En espérant que ça mette un peu la pression à d’autres qui se contentent de peu dans leur musique.

Joke – Max B pour la Stud Live Session #1

JOKESTUD_HEADER-ARTICLES

Joke, on ne sait pas trop quoi en penser, car à certains moments on aime beaucoup ce qu’il fait, comme avec le titre Louis XIV ou encore Journée, sorti en 2012 et qui nous avait permis de le découvrir. Puis à un autre, on aime beaucoup moins, nous pensons notamment au titre Miley en featuring avec Dosseh. De manière générale, son travail nous intrigue, on apprécie son flow et le fait qu’il soit dans une recherche esthétique dans ses clips qui le sortent du lot mais parfois certains de ses textes et choix d’instrus l’en sortent clairement moins.

Quoi qu’il en soit, KassDED, la chaîne Youtube hip hop, vient de proposer un nouveau concept de web-émission, Stud Live Session. Un mercredi sur deux vous pourrez découvrir une session live rap 100% inédite. Des MCs ont réinterprétés un de leur titre avec des musiciens dans le célèbre Studio Davout à Paris. Joke est le premier à s’essayer à cet exercice, et c’est très réussi, lui sur un tabouret qui pose tranquillement son titre Max B entouré de musiciens.

Regardez : Joke – Max B (Stud’ Live Session #1)

Pour aller plus loin :

Pages : 1 2 3 4 5 ... 9 10 Suivante