Tous nos articles sur "nouveautés"

Critique : Kelis passe à table avec FOOD

KELIS_HEADER-ARTICLESEh oui, cela fait assez longtemps que vous n’aviez pas entendu parlé de Kelis mais nous avions chauffé un peu dernièrement avec Jerk Ribs, premier single de son album Food sorti le 28 avril dernier, et nous allons maintenant pouvoir vous dire ce que nous en avons pensé. Cet album étant initialement prévu pour l’automne 2013, nous nous attendions donc à un vrai travail en profondeur d’autant que nous étions un peu déçu du clip vidéo de Jerk Ribs, tout en étant satisfait du style musical.

Faire un album inspiré de la nourriture, concept étrange… Mais pour que ça marche il aurait peut être fallu pousser le vice jusqu’au bout; et en finesse si possible. On aurait aimé que l’ensemble des titres ait un rapport avec un aliment, quitte à créer un album qui suivrait le déroulement d’un repas par exemple, ça aurait été une métaphore peu originale mais y’a de quoi faire en source d’inspiration ! Pour le coup, déception au niveau des textes car nous n’avons pas vraiment l’impression que l’idée soit exploitée à son maximum et cela rend l’album fade au niveau littéraire. A croire que le seul véritable rapport avec la nourriture soit son Food Truck qu’elle a baladé un peu partout.

Regardez : Kelis ‘s Food Truck

Pour ce qui est de la musique, on retrouve la recette cuivre et cordes chère au R’n'B de la fin des années 70, qui donne vraiment un côté très rétro, mélangé à des sons électroniques, c’est une instrumentation assez intéressante. Il y a également un gros contraste avec la voix très chaude de Kelis et le souffle que l’on entend quand elle chante, ce qui est peu répandu dans la soul, où les chanteuses sont souvent adeptes de performances vocales assez impressionnantes en terme de décibels. Est ce qu’on peut aller jusqu’à lui coller une étiquette de nu soul, sans doute un peu mais son timbre original ressort joliment dans cet ensemble instrumental, quoi qu’un peu étouffé sur certaine piste trop électronique ou bien avec trop de chœur en même temps. Petit plaisir tout de même avec le titre Rumble qui fait bien son travail, bien que nous n’ayons pas vraiment adhérer avec le clip, nous vous laissons juger par vous même.

Regardez : Kelis – Rumble

Globalement les pistes sont sympas, mais pas exceptionnelles, le tout manque de cohérence. Un retour moins réussi que ce que nous pouvions attendre, la faute à la production, au temps, à l’inspiration on ne sait pas, mais on est loin de Milkshake ou Trick Me. D’ailleurs nous ne résistons pas à faire un petit retour en arrière avec Milkshake.

Regardez : Kelis – Milkshake

La demoiselle enchaine actuellement les concerts, plusieurs dates aux US mais aussi en Europe et en Australie, peut-être que c’est sur scène que cet album prend tout son sens, il ne faudra donc pas hésiter à aller la voir en concert si vous en avez l’occasion.

Pour aller plus loin :

Les HornDogz débarquent avec #WOOOF

whoof-l-album-des-horndogz-sort-aujourd
On en parlait déjà il y a quelque mois de leur duo avec Benjamin Siksou, Cab Calloway Flow, les HornDogz ont débarqué le 31 mars sur la sphère du bon son avec leur album #WOOOF et ça envoie du très lourd.

Horndogz c’est trois musiciens avec un historique musical assez impressionnant. Etant trois des membres fondateurs de la Malka Family, groupe de funk à la française qui relie la fin des années 80 au 21° siècle, ils ont tournés un peu partout dans le monde et ont notamment accompagné sur scène des personnalité dont la notoriété n’est plus à prouver comme Alpha Blondy ou George Clinton, papa de la funk psychédélique.

Leur maturité musicale acquise aussi bien dans le temps que dans leurs collaborations, donne à leur premier album une richesse en style musicaux naviguant entre la P -Funk, et le Hip-Hop, flirtant avec la soul. C’est grâce notamment aux nombreuses collaborations vocales et instrumentales qu’on a ce rendu plein de diversités. On peut citer Fred Wesley et Marry Griffin qui reviennent sur plusieurs morceaux, mais également le rappeur Mike Larry. C’est un album avec un suivi, le fil conducteur est bien sûr la section cuivre qui sait s’adapter au style en prenant plus ou moins d’importance, en jouant avec les rôles instrumentaux traditionnels. Bref, qu’on aime les sons posés ou les morceaux délirants qui font sauter de la chaise dès qu’on les entend, on est servi.

On retient deux aspects sur cet album : on a des morceaux qui sonne Hip-Hop et qui auraient pu utiliser des samples de soul ou de funk comme c’est très courant de le faire, et on a des morceaux qui sonnent tellement soul et funk, avec plusieurs reprises de classiques,  qu’ils pourraient être samplés dans les albums Hip-Hop de demain. On vous propose d’écouter leur reprise de Move on Up de Curtis Mayfield.

Ecoutez : Horndogz – Move on up

On a donc une pluralité des genre, la différence de l’instrumentation et des voix sur chaque morceau donne plus une impression de compilation que celle d’un album créé de A à Z en studio, ce qui est un peu dommage dans le sens où on n’identifie pas chaque morceau comme étant un titre des Horndogz.

Si il y a bien quelque chose à retenir de cette expérience musicale, c’est la symbiose entre la french touch et les styles P-funk et hip-hop. Si vous n’êtes pas convaincu(e)s, écoutez donc Paris avec Mike Larry, véritable concentré de rap groovy et de fraicheur parisienne. On vous propose une vidéo d’un live au 114 à Paris en 2011, hélas de qualité moyenne mais il y en a bien assez pour vous convaincre de vous procurer le titre en version studio !

Regardez : Horndogz ft Mike Larry – Paris 

Non content d’un album qui envoie du lourd, les curieux ou les connaisseurs qui ont assisté à leur concert à la Bellevilloise le 11 avril ont pu assister à un vrai show – ils savent comment tenir une scène et plus d’un spectateur aura tenté un pas de Breakdance …

On vous conseille donc d’aller faire un tour sur leur page Facebook pour plus d’infos sur les dates à venir !

Critique : Thrill Of The Game, l’EP de Rachel Claudio

RACHEL-CLAUDIO-THRILL_COVER

Après la sortie de deux singles, voilà venu le moment de jeter une oreille sur le dernier EP de Rachel Claudio. Nous avions plutôt hâte parce qu’on la suit depuis un bail Rachel mais on s’inquiétait de ne rien voir arriver depuis sa dernière mixtape qui commence à dater un peu maintenant.

Ça en fait, c’est si on se limite à ses sons à elle. Car en réalité on ne compte presque plus ses multiples apparitions ces derniers temps sur les sons pas toujours de très bon goût de ses copains de la scène musicale internationale. Qu’à cela ne tienne, on voulait vraiment réécouter Rachel Claudio sur des productions faites pour elle. Premier constat, bien qu’il n’y ait pas de révolution dans sa vision protéiforme de la soul music, nous sommes ravis de retrouver la chanteuse au teint marmoréen qui n’a rien perdu de son talent.

Alors voilà venus 8 chansons avec ce maxi sorti en mars 2014 et baptisé Thrill Of The Game. Plein de bonnes choses dessus mais aussi un peu de réchauffé. En réalité mis à part le fait qu’on nous re-serve le plat Eleanor Rigby - un bon titre mais déjà entendu à toutes les sauces depuis sa sortie en 2012 – cet opus a presque la gueule d’un mini-album tant il fait plaisir à l’oreille.

Regardez : Rachel Claudio – Eleanor Rigby (Extended Version)

Le maxi commence avec la suite de Blow My Mind (un titre présent dans Claudiography) nommée Be Brave, une jolie chanson mélancolique qui rend bien honneur à sa grande sœur. Thrill Of The Game que l’on connaît déjà lui emboîte le pas et laisse place à Jupiter (Thank You Bob), un hommage à Bob Marley inspiré par son titre Turn Your Lights Down Low sorti en 1977. Là, Rachel Claudio est accompagnée de Ben L’Oncle Soul qui n’en fait pas trop – une fois n’est pas coutume – et c’est tout à son honneur. Là où contre toute attente le titre précédent ne sonne pas du tout reggae, le morceau Long After que l’on trouve deux chansons plus tard mélange très bien influences soul et sons caribéens. Enfin nous retiendrons les deux merveilles de cet EP que sont No Misdemeanors et Maggot Brain, des chansons qui à elles toutes seules font le sel de ce disque dématérialisé.

Pour finir, notre sentiment général est que Thrill Of The Game est bien plus accessible que les dernières productions signées Rachel Claudio. Des paroles plus profondes pour des sons moins expérimentaux, mais qui vont assurément vers une reconnaissance de son art auprès d’un public plus large. Peut-être deux légers bémols pour chipoter, allez : le fait qu’il n’y ait presque que des sons synthétiques une fois encore (eh oui, l’ère du numérique fait du mal aux vrais instruments) et puis le manque de voix féminines qui accompagneraient la voix de notre Rachel Claudio adorée. Faut dire que le featuring avec Milla Brune était plutôt réussi et qu’on aurait bien aimé voir d’autres chanteuses sur cet EP. Qui sait, peut-être sur un album prochain ?

Thrill Of The Game, un single pour Rachel Claudio

RACHEL-CLAUDIO-THRILL_COVER

Après une apparition à l’émission The Voice l’an dernier, événement qui suivait d’une certaine manière la sortie de sa mixtape C.L.Audio Tape, Rachel Claudio la voix australienne du « hip-hop jeu » revient avec un nouveau maxi (EP). Il est nommé Thrill Of The Game, à savoir le même nom que son single sorti en début d’année.

L’EP arrive le 17 mars prochain et est à pré-commander sur iTunes. D’ici là, vous pouvez d’ores et déjà y choper le titre Eleanor Rigby, chanson qui était en accès libre jusqu’à il y a peu dans la dernière mixtape et qui a donc été virée pour être repackagée dans ce nouvel opus. Au total 8 titres seront à découvrir et puisqu’on l’apprécie beaucoup chez Soul Ton Oreille, on a juste hâte de jeter notre esgourde sur le disque dématérialisé.

RACHEL-CLAUDIO-THRILL-OF-THE-GAME_SOULTONOREILLEPour aller plus loin :

Childish Gambino au coeur de l’actu

Notre bien-aimé Childish Gambino ne cesse de revenir dans l’actualité depuis quelques semaines. Alors que récemment on découvrait et appréciait son duo avec Jhene Aiko sur Bed Peace, c’est aussi avec l’annonce de son prochain album, Because The Internet, que Childish est revenu sur le devant de la scène. En plus de ça, il a fait parler de son autre lui, Donald Glover, le comédien, après avoir annoncé son départ de la série Community et son apparition uniquement dans quelques épisodes à venir, disant au revoir à un show en perte de vitesse mais qui l’aura rendu particulièrement populaire grâce à son rôle de Troy Barnes (et sidekick du non moins célèbre Abed).

Aujourd’hui, c’est avec un nouvel extrait de son album qu’on a plaisir à réentendre le chouchou de l’équipe. 3005 est selon ses propos, l’un de ses morceaux les plus personnels : après avoir lu ses déclarations récentes sur Instagram dans lesquelles il exprimait son mal-être et justifiait en partie son départ de Community, on est heureux de l’entendre et on attend avec impatience son album le 10 décembre prochain, aussi important soit-il pour essayer de deviner quel tournant l’artiste aux multiples talents va donner à sa carrière. Ecriture, comédie, cinéma, musique… Les portes lui sont ouvertes, tout comme nos yeux et nos oreilles.

Ecoutez 3005 de Childish Gambino :

Pages : 1 2 3 4 5 ... 28 29 Suivante