Tous nos articles sur "kid cudi"

Album : défiez la gravité avec Kid Cudi

KIDCUDI_SAT

Le voyage du Moon Man reprend : on l’avait découvert et adoré il y a déjà 6 ans avec A Kid Named Cudi, qui petit à petit nous emportait dans l’univers d’un rappeur de Cleveland qui n’est plus inconnu de personne, Kid Cudi. Avec la sortie de l’album Satellite Flight: The Journey to Mother Moon, Scott Mescudi reprend son parcours là où on l’avait laissé non pas après Indicud, mais Man on the Moon II: The Legend of Mr Rager. Voire même plus tôt. Annoncé sans grande précision quant à sa sortie, teasé par un extrait proposé ça et là, officialisé par un tracklist annonçant la couleur quant au voyage que le rappeur entreprendra sur ses pistes, c’est finalement sans délai que Kid Cudi aura sorti ce nouvel album de 10 titres le 25 février. Un voyage musical et un véritable retour au personnage initial auquel le musicien nous a habitués.

Ecoutez : Satellite Flight de Kid Cudi

N’allez cependant pas penser que Satellite Flight: The Journey to Mother Moon est du réchauffé. Non content de revenir à ces sources musicales et à son univers très spatial et aérien, Kid Cudi réussit à mixer les différents éléments qui ont composé sa musique ces dernières années. Quand certains auront eu du mal à accrocher à un WZRD ou un Indicud, ces deux albums ont aidé Kid Cudi à garder sa créativité en ébullition et certains des aspects qui ont fait de ces deux projets des détours dans son parcours se retrouvent en partie sur cet opus.

A commencer par Destination: Mother Moon, tout instrumental qui s’annonce comme un compte à rebours vers la lune, faisant par exemple écho au travail de WZRD par ses sonorités. Pas étonnant puisque ce nouvel album a entièrement été produit par Kid Cudi himself ou WZRD, son duo avec Dot da Genius. Avec Going to the Ceremony et son introduction, c’est Man on the Moon: The End of Day qu’il rappelle clairement alors que ses guitares et son flow mi-chanté, mi-parlé, pourront se rapprocher de sonorités entendues sur Indicud aussi. Deux morceaux qui mettent les choses au clair dès le début de l’écoute : oui, le Moon Man est de retour avec son univers bien à lui et sans rien renier de ses différents opus sortis depuis 2008.

Ecoutez : Copernicus Landing de Kid Cudi

Le mélancolique Satellite Flight enchaîné par l’instrumental Copernicus Landing et sa montée en puissance, annoncent l’arrivée de Kid Cudi dans le coeur du projet pour deux morceaux majeurs, et le voient atterrir dans un univers presque feutré avec l’unique collaboration de l’album. Sur Balmain Jeans, Kid Cudi signe l’un des meilleurs morceaux de l’opus et c’est en compagnie de Raphael Saadiq que la magie opère. Aux paroles très explicites, ce morceau très sensuel saura électriser l’auditeur, l’un des plus beaux titres proposé par Kid Cudi depuis ses débuts.

La suite, Too Bad I Have To Destroy You Now, permet à Kid Cudi de revenir à une combinaison qui fait son succès : rap et chant se complètent, pour redécouvrir son phrasé rapide « perdu » depuis Man on the Moon II: The Legend of Mr Rager, et ici mêlé à des refrains chantés. Une expérience typique dans le voyage du Moon Man, ce titre se fait pierre angulaire du travail de Kid Cudi depuis des années et pilier de ce nouveau projet.

Sur Internal Bleed, le côté sombre de Kid Cudi refait son apparition, pour un titre lui permettant d’exprimer sa douleur, toujours dans une ambiance parfaitement cohérente avec l’ensemble du projet et nous exposant tous les éléments de son parcours. La dernière partie du morceau, hachurée par un silence brusque, permet de mettre en avant encore une fois l’univers spatial du rappeur, pour accentuer à nouveau l’aspect cinématographique du projet.

Ecoutez : Too Bad I Have To Destroy You Now de Kid Cudi

Derniers titres, dernières références au passé : In My Dreams 2015 et Return of the Moon Man (Original Score) achèvent de faire le pont entre la fin des années 2000 et aujourd’hui pour deux sections 100% instrumentales. Quand le premier fera simplement la jonction avec le tout premier titre de Man on the Moon: The End of Day, le second se présentera comme un final en apothéose, digne d’une bande originale de film. L’absence de paroles n’empêchant en rien une narration, Kid Cudi réussit avec sa production à nous emmener avec lui encore une fois pour un morceau de 5 minutes qui nous fait comprendre que l’aventure touche à sa fin. Troubled Boy, un titre cette fois plus terre à terre, posé et simple dans sa production, permet enfin de mettre un terme à ce nouveau périple du Moon Man.

C’est toujours tourmenté mais clairement apaisé qu’on retrouve Kid Cudi sur Satellite Flight: The Journey To Mother Moon. Libre dans sa création, soucieux de proposer un voyage de qualité à ses fans en particulier sans en faire un album inaccessible, c’est un retour aux sources pour Scott Mescudi qui fait de ces 10 titres un tremplin efficace et réussi vers le troisième voyage officiel attendu en 2015 avec Man on the Moon III.

Critique : Indicud de Kid Cudi

Kid Cudi_HEADER-ARTICLES

C’est avec une semaine d’avance comme annoncé que nous avons pu poser nos oreilles sur l’album Indicud. Si l’ex G.O.O.D Music rappeur vole aujourd’hui de ses propres ailes, ces 18 titres, entièrement produit par lui-même, sont un véritable retour au source. Kid Cudi avait prévenu qu’il voulait planer de nouveau, le moins que l’on puisse dire est que le pari est tenu. Voici ce que nous en avons retenu.

Apres une intro digne d’un générique de film, sans parole et à l’ambiance angoissante, le ton est réellement donné dès le deuxième morceau. Sur Unfuckwittable, il nous affirme qu’il en a bien fini avec le coté négatif et est désormais invincible: « You Know that I’m unfuckwittable » (traduisez : Tu sais qu’on ne peut pas me b*****). Tel un super héros, M. Mescudi nous explique comment il a surmonté seul son passé chaotique et ses addictions sur les morceaux Just What I am avec King Chip et King Wizard, au point de se sentir immortel sur le titre du même nom. Mais cette thérapie sera de courte durée puisque Kid Cudi oublie ses bonnes résolutions très vite avec la suite de Solo Dolo Part II, avec le très bankable Kendrick Lamar.

Entre 2 égotrips et loin des standards lyrics féminins habituels du rap, M.Solo Dolo nous livre sur les titres Young Girl et Girls avec Too $hort, une véritable ode aux femmes de toutes les tailles, couleurs, formes et origines au point de voir des jolies filles partout.

Ecoutez : Kid Cudi – Girls 

Après une interlude de nouveau sans parole, Red Eye, en collaboration avec Hit-Boy, est un morceau qui surprend puisque Scott Cudi est peu présent (refrain et bridge) pour laisser place au groupe Haim. Il récidivera un peu plus tard avec la chanson Beez avec RZA du Wu Tang Clan. Des morceaux qui nous font douter à savoir s’ils ont leur place dans cet album mais qui restent très sympathique à l’écoute.

Sur le morceau Mad Solar, on se réjouit de retrouver tout l’art du rappeur à mêler le chant et le rap pour nous inviter à naviguer dans son esprit solitaire, un thème de prédilection que l’on retrouve aussi sur le morceau Lord of the sad and lonely ou il se proclame ambassadeur de tous ceux qui se sentent solitaire et triste. Pour autant, le « Lonely boy » n’oublie pas ses amis sur le morceau Brothers avec ses acolytes King Chip et A$AP Rocky. Kid Cudi n’hésite pas aussi à remettre les pendules à l’heure auprès de tous ceux qui ne croyaient plus en lui avec Burn Baby Burn et Cold Blooded réglant même au passage ses comptes avec Kanye West, grand absent de cet album.

Enfin sur l’avant dernier morceau Afterwards nous retrouvons Michael Bolton, une collaboration déroutante à l’image du morceau qui nous replonge rapidement dans cette ambiance angoissante qu’affectionne Mescudi pour finir sur un dernier morceau exclusivement instrumental The flight of the Moon Man. 

En conclusion, Indicud est un très bon album, difficilement classable car tellement loin des sonorités actuelles du rap et surtout énigmatique à l’image de la pochette et de son auteur. Un opus qui devrait en ravir plus d’un, sauf si vous vous attendiez à retrouver le Cudi de l’ère G.O.O.D Music.

#Tweetzik : Kid Cudi – Solo Dolo part 2

Un bon petit son vient de tomber et il est signé Kid Cudi. On le retrouve avec Kendrick Lamar sur la suite de Solo Dolo (Nightmare), chanson parue dans Man On The Moon : The End of Day, le tout premier album de Scott Mescudi. De très bonne facture, Solo Dolo Part 2 rappelle qu’Indicud arrivera le 23 avril 2013 et qu’on a hâte de poser une oreille dessus.

#Tweetzik : Kid Cudi – Immortal

KIDCUDI_IMMORTAL_HEADER

Kid Cudi est de retour avec un nouvel extrait de son album à venir, Indicud. Album toujours prévu pour le 23 avril. La chanson d’aujourd’hui, Immortal, est co-produite par Dot Da Genius et renoue avec les racines du chanteur en offrant une musicalité planante sans rap, ni rock, mais toujours expérimentale.

Ecoutez : Immortal – Kid Cudi

Les articles les plus lus de 2012 sur Soul Ton Oreille

2012_HEADER

Après une année chargée, nous avons décidé de tirer un trait sur 2012 en nous rappelant les articles les plus lus lors de ces 12 derniers mois.

C’est Kid CuDi et Dot Da Genius qui ouvrent le bal avec leur expérience alternative sous le nom de code WZRD. Si le succès n’a pas été au rendez-vous dans les charts, il est difficile de nier la qualité de cet album. Ce n’est pas le clip de Teleport 2 Me, Jamie qui va venir nous contredire.

Regardez : Teleport 2 Me, Jamie – WZRD

Sur la seconde place du podium, C2C parvient à placer deux articles avec les critiques de Down The Road et Tetra. On peut dire que le groupe a eu le vent en poupe en cette année 2012 et on leur souhaite encore plein de bonheur aux platines pour 2013.

Regardez : Happy – C2C feat. Derek Martin

Plus surprenante, la troisième place de Tyga, qui signe avec Careless World un album sympathique mais loin d’être génial. On aime aussi retrouver les fêlés de Die Antwoord et leur musique bien sale qui apporte une vraie touche d’originalité et de créativité. Allez on s’en met un petit coup dans les oreilles avec Fatty Boom Boom.

Regardez : Fatty Boom Boom – Die Antwoord

Malheureusement comme à chaque fin d’année on se rappelle ceux qui ne verront pas la nouvelle année, Whitney Houston en fait partie, et visiblement sa mort vous a beaucoup touché.

Cette année a aussi été, pour nous, l’occasion d’aller à la rencontre de quelques artistes et si on vous a présenté récemment l’interview de Disiz, c’est celle d’Orelsan qui fait sa place dans notre classement, accompagné de Selah Sue que l’on a pu voir de très près lors de la présentation de son premier album à Paris l’an dernier.

La danse n’est pas en reste, représentée dans ce classement par Laure Courtellemont qui vous a manifestement beaucoup séduit avec son Ragga Jam.

Pour conclure ce classement en beauté, c’est avec la voix d’Aloe Blacc et du projet Roseaux que nous mettons un point final à cette belle année 2012, en vous souhaitant nos meilleurs voeux pour l’année qui arrive.

Ecoutez : More Than Material – Roseaux feat. Aloe Blacc

Pages : 1 2 3 4 5 6 7 Suivante