Tous nos articles sur "jay-z"

Jay Z et Beyoncé, le concert mégalo-grandiose

OTR_HEADER-ARTICLES

Vendredi soir, direction le Stade de France où avait lieu le concert le plus attendu des rois du Hip-Hop, Jay Z et Beyonce, On The Run Tour. La foule arrive de toute l’Europe : des sosies de Jay Z, des Beyonce « lowcost » en haut talons et robes ultra courtes, des parents venus accompagner leur fille et son groupe de copines hystériques, des fans avec des t-shirts à l’effigie du couple ou reprenant la célèbre phrase féministe Flawless (comprenez : sans défaut). Dans le stade, des écrans avec une phrase mystérieuse « Ceci n’est pas la vraie vie » font patienter une foule venue voir le concert de l’année. Les caméras de HBO, chaîne télévisée américaine, sont là ce soir pour filmer. Après 1h15 d’attente, les lumières s’éteignent, un court film montre le couple en mode gangster, pour laisser place aux premières notes de 03 Bonnie & Clyde, point de départ de leur vie et d’un show qui s’annonce grandiose.

Ce concert est digne d’une grande production : strass, paillettes, chorégraphies millimétrées, tenues courtes et affriolantes de grandes maisons de couture pour madame. Jeans, t-shirts, manteau de cuir, parfois avec un bonnet, une casquette ou un chapeau, lunettes, grosses chaînes en or, décors classes sans fioriture pour monsieur. Les deux artistes se baladent comme des poissons dans l’eau, devant un public conquis, qui reprend de bon cœur les chansons avec un anglais très approximatif. Les titres s’enchainent et la bonne ambiance est de la partie. Nous passons d’un Crazy in love endiablé à un Niggas in Paris qui met le feu. Des tableaux entrecoupé de mini films représentant un couple en cavale, réunit pour le meilleur, l’argent, la mégalomanie et le pire. Pendant 2h45, les Carter se font la part belle, enchainant leur succès : Big Pimpin, Clique, 99 problems, Diva, Singles Ladies, Run The World. 42 chansons se succéderont en un rien de temps, en duo ou solo, laissant peu de place aux fans pour reprendre leur souffle et apprécier véritablement les morceaux.

Pourtant, ce show gigantesque parfois peine. Les passages sur les écrans sont trop présent et casse la dynamique du show. Ce concert manque de respiration, de simplicité, et d’interactivité avec un public qui s’endort parfois. Nous aurons le droit à un minimum syndical : « Est ce que ça va Paris?! » , « Chantez! » , les arrêts des deux artistes pour réclamer des ovations de la part du public, un brin égocentrique mais mérité tout de même. L’acoustique et les quelques couacs techniques n’aideront pas à fluidifier ce show un peu trop lourd pour ce stade. Nous le savons aussi, ce soir le public est pro Beyonce. Be danse, chante, invite pour un petit Flawless des familles sa nouvelle copine Nicki Minaj, qui rend le public hystérique. Mais ne comptez pas sur l’Anaconda girl pour mettre le feu, aussitôt son set fini, aussitôt reparti. Et oui la star, c’est Beyoncé. Une star qui malgré son talent indéniable, nous fait un petit playback complétement assumé sur son titre Partition. Elle semble un peu fatiguée, distribuant des sourires qui manquent de sincérité. Une attitude et une prestation loin de son concert à Bercy l’an dernier. C’est que nous la sentons un peu crispée notre Queen Bey.

Pourtant, sur le titre Why don’t you love Me, elle se lâche complément et balaie en un instant toutes nos craintes et se permet sur la reprise de Lauryn Hills Ex-Factor de nous mettre complétement d’accord et de lui trouver un tas d’excuses sur ce fameux playback. Quant à son mari, certains diront qu’il est l’invité, la pause entre les changements de tenues de sa femme. Même si nous le sentons parfois un peu seul, car le public n’est pas aussi familier avec son répertoire, le boss de Roc Nation, n’a rien à envier à sa femme. Seul sur scène sans danseurs ni artifices, décontracté, il met tout le monde d’accord et enflamme le stade comme il l’avait fait l’année d’avant à Bercy, lui aussi.

Le public est aussi venu voir des signes du fameux divorce ou non. Là encore, nous nous demandons si tout n’est pas millimétré. Les premières notes de Drunk In Love résonnent. Le Stade est incontrôlable. Les deux artistes s’échangent des petits regards amoureux et des gestes tendres. Sur Beach is Better, Jay Z change les paroles et laisse entendre que sa femme est de nouveau enceinte. Puis, vient le moment règlement de compte : après que Jay Z nous ait livré un Song Cry très jazzy et anthologique, Beyoncé refait un peu des siennes sur Resentment sur le même passage au moment ou elle dit « je sais qu’elle est attirante mais…  » puis d’un signe, se montre comme pour redire « y a pas photo, je suis beaucoup mieux« . Un running gag lassant à vrai dire, et qui se ressent dans tout le stade mais de courte durée puisque la diva enchaine avec un Love On Top comme pour dire l’amour triomphe toujours, ouf !!. Le concert s’achève sur un Young Forever et Halo avec des images de leurs moments intimes (mariages, vacances, photos de familles) et de leur adorable baby Blue avec cette dernière phrase « Ceci est la vraie vie ».

2h45 se sont écoulés, Beyoncé déclare que c’est la meilleure tournée de sa vie et remercie son mari qu’elle aime énormément. Jay Z encense sa femme qu’il aime par dessus tout et demande un max de bruit pour elle. Le couple demandera aussi du bruit pour les danseurs frenchy, les Twins, avant de remercier le public et de lâcher un très commun « Paris, nous t’aimons ! », puis le couple s’en est allé bras dessus bras dessous sur les notes de Lift Off.

Pas de rappel, les lumières se rallument, le public a les oreilles bien fatiguées par un son très médiocre d’un stade qui n’est pas fait pour les concerts, mais les yeux remplient d’étoiles. La machine Carter a fait le job ce soir, tous les ingrédients d’un bon film étaient réunis. La foule en délire devant les caméras des télévisions venues recueillir les impressions à la sortie, ne peuvent pas contredire.

Ils sont riches, talentueux, contrôle tout et parfois un peu trop. Mais ils ont conquis en deux soir 152 000 spectateurs venus pour deux dates uniques et exceptionnelles en France. Un concert qui restera sans nul doute le concert qu’il ne fallait pas louper, en tout cas ce week-end. Mais pas de panique, pour ceux qui n’auraient pas pu ou voudraient voir ce qu’ils ont loupé, le concert sera retransmit le 21 septembre en crypté sur Canal + et le 01 octobre sur D8.

#Tweetzik : Beyoncé et Jay Z en concert

Les rumeurs étaient donc bien vraies, Les Carters ont annoncé leur tournée commune On The Run Tour. Une tournée exclusivement américaine pour le moment qui commencera le 25 juin à Toronto pour se terminer le 5 août à San Francisco. Il est fort à parier, en tout cas nous espérons fortement chez Soul Ton Oreille, que Jay-Z et Beyoncé annoncent une tournée mondiale qui passerait bien entendu par Paris.

Ontheruntour

On y était : Jay Z a séduit Bercy

Jay Z_HEADER-ARTICLES

Plus d’un an après le Watch The Trone Tour, Jay Z a posé ses valises dans notre capitale pour deux dates uniques de son Magna Carter World Tour. Après de bons échos sur sa première date, c’est depuis les gradins que nous avons pu juger de sa performance le vendredi 18 octobre. Nous vous racontons.

Arrivés à Bercy vers 20 heures, nous découvrons une salle tranquille qui se remplit doucement au rythme d’un DJ que l’on ne nous présentera jamais. C’est au bout d’une bonne heure et quart, que les lumières s’éteignent enfin. Des flashs de lumière blanche nous font découvrir une scène en forme de cube où se trouvent quatre musiciens. Une voix off annonce l’arrivée du maître des lieux. L’impatience grimpe !

Basket, jeans, tee-shirt noir, blouson noir, chaines en or qui brillent, casquette des Nets, Jay Z arrive en toute simplicité et commence a verser son flow pour chauffer une salle en effervescence avant d’emporter la foule avec le mythique 99 Problems. La foule conquise se laisse aller dès les premières notes de Holy Grail et chante d’une seule voix les passages d’un Justin Timberlake que nous aurions aimé voir sur scène. Jay Z enchaîne ensuite les titres : Crown, FuckWithMeYouKnowIGotIt, Picasso Baby, Beach is Better, Tom Ford… pour finir sur No Church In The Wild. Une première partie qui s’arrête assez brutalement, et nous nous demandons, un peu frustrés, si c’est déjà fini. Puis une lumière s’abat sur l’un des musiciens et nous découvrons, stupéfaits, Timbaland, pourtant annoncé comme première partie mais que nous n’attendions plus.

Une prestation lourde de 15 minutes pendant laquelle Timbaland, fatigué, dans son délire, veut nous montrer qu’il est le plus grand beatmaker du monde. La température de Bercy baissera assez rapidement malgré des extraits de ses gros succès avec Missy Elliot, Aaliyah ou encore Justin Timberlake et même un nouveau titre de son prochain album Shock Value 3, laissera le public indifférent.

Les premières notes de Big Pimpin résonnent, Jay Z réapparaît, plus déterminé que jamais, et la foule se remet de suite dans le bain. S’en suivent Dirt Off Your Shoulder et Just Wanna Love U (Give It 2 Me) qui nous enflamment. Sûrement nostalgique de Watch The Trone, H.O.V.A demande à faire des cercles dans la fosse au moment de Niggaz in Paris, puis il enchaîne avec Run This Town, Clique, SomewhereInAmerica avec un petit passage freestyle au moment du fameux « Twerk Miley Miley Twerk ! », repris en cœur par la foule.

Regardez : Jay Z – Big Pimpin – Live à Bercy du 18 octobre

Le moment le plus fort de cette deuxième partie restera le temps de communion pris par l’artiste pour son public. Pendant une bonne vingtaine de minutes, le roi de Brooklyn clame son amour à la foule en repérant et projetant sur grand écran ses fans : « I can see you with your Brooklyn T-Shirt. I Like That ! » (« Je te vois avec ton tee-shirt Brooklyn. J’aime ça ! »). Entre les maillots à la gloire du rappeur, les jolies jeunes filles, un garçon sans tee-shirt, un petit bout de chou de 8 ans tout timide de se voir sur grand écran et aussi des drapeaux français avec des déclarations, Jay Z prend son temps et conclura de manière plutôt classe cette petite séance: « I love every single one of you » (« j’aime chacun d’entre vous »). Il enchaînera enfin avec l’hymne Empire State Of Mind et le tube Numb (Encore).

Regardez : Jay Z salue ses fan – Live à Bercy du 18 octobre

Puis tout s’éteint de nouveau : nous pensons dans un premier temps à un problème technique. Étrangement, la foule restera plutôt calme. Entre hésitation et attente, nous cherchons à comprendre ce qu’il se passe. Ayant pris le temps de mettre un tee-shirt blanc, Jay Z revient au bout de 10 minutes sur les titres Hard Knock Life et Izzo (H.O.V.A) pour ce qui semble être un rappel. Il prendra le temps de saluer à juste titre ses 3 talentueux musiciens et le légendaire (selon ses mots) Timbaland. Pour conclure, le Sinatra du rap nous demandera d’allumer nos téléphones, pour nous faire chanter dans ce champ de lucioles le refrain de Forever Young. Il s’en ira comme il est apparu : sobrement avec le drapeau français en guise de cape et un « Love You, Paris ».

Jay Z aura donc investi le Palais Omnisports de Paris Bercy deux soirs de suite et nous nous accorderons à dire que l’ambiance n’était pas celle d’un Watch The Trone mais plus à l’image du rappeur : imposante, sans chichi, avec son compte d’ego tout de même. Une grosse claque, une dinguerie de plus d’1 heure pendant laquel Jay Z a fait le travail et nous en a mis plein la tête, avec l’envie de le revoir très vite en France.

Vos sorties du mois d’octobre

OCTOBREC’est déjà le mois d’octobre ! Encore un mois où vous n’aurez pas le temps de rester chez vous ! STO a sélectionné pour vous quelques rendez-vous à inscrire dans vos agendas !

  • IRMA-CONCERT-DIVAN-DU-MONDE-PARIS_SOULTONOREILLE-2Si vous êtes dans la région lyonnaise, Irma sera en concert  le 3/10 au Ninkasi, dans le 7ème arrondissement de Lyon. La chanteuse repérée par le label My Major Company interprètera les hits de son album Letter To The World sorti en 2011.
  • Le festival Le funk prend les Rennes organisé par la compagnie Engrenage continue jusqu’au 20 octobre. Le samedi 12 octobre aura lieu la Block Party « Can’t Touch This ». Au programme : danseurs, beat boxers, DJ et Mc’s, du street basket, du graff, des jeux géants et un mini bal funk. Rendez-vous sur l’Esplanade Simone de Beauvoir à Rennes, de 14h à 20h, et c’est gratuit !
  • De retour à Paris pour deux dates exceptionnelles, Jay Z défendra son dernier album Magna Carta Holy Grail sur la scène du Palais-Omnisport de Paris Bercy les 17 et 18 octobre. Tous les amateurs de hip hop vous le diront, le concert de Jigga est un rendez-vous à ne pas manquer. Il reste encore des places, alors s’il vous reste un peu d’argent (parce que ce n’est pas donné), faites-vous plaisir !
  • Du 16 octobre au 16 novembre, la Sarthe vous propose la 27ème édition du BEBOP. Un festival itinérant lors duquel vous pourrez notamment découvrir le duo pop-soul Ruby’s All Shine le 17 octobre à l’Espace Athéna de la Ferté Bernard.
  • Si vous vous demandez quoi faire le 19 octobre vers les Sables d’Olonnes, le Cotton Pub vous accueille pour sa soirée Soul & Groove avec Soulway. C’est de 20h à 23h et l’entrée est gratuite alors n’hésitez pas !
  • Ben l’Oncle Soul est de retour, Perrine nous en parlait il y a peu. Vous pourrez déjà le retrouver sur scène à Nantes, au Cargo 9 le 22 octobre. De quoi passer un bon moment soul !
  • Le 24 octobre, si vous êtes en Auvergne, plus précisément à Clermont Ferrand, vous pourrez allez applaudir Ayo à la Coopérative de mai. Après JoyfulGravity at Last et Billie-Eve, elle revient avec Ticket To The World, un quatrième album qui sortira le 4 octobre.
  • DANA WEBEt si vous êtes à Paris ce soir-là, c’est le concert de  Laëtitia Dana au Nouveau Casino qu’il ne faudra pas manquer ! Accompagnée pour la première fois d’un full band, elle nous présentera son EP IBOGA, un univers aux touches hip hop et soul jazzy.

 

 

Voilà pour le programme du mois d’octobre, amusez-vous bien ! On se retrouve dans un mois pour les rendez-vous incontournables de novembre !

Les choix musicaux de… Little Shao

LESCHOIXDELITTLESHAO_HEADERLittle Shao. Il est le photographe que tous les danseurs veulent. Nous vous l’avions présenté en début d’année, et son ascension est loin de s’être arrêtée depuis. Tout l’été il a parcouru le monde et les différents évènements de danse les plus prestigieux. Il était au Brésil pour le Festival de Danses Urbaines Rio H2K 2013, en Angleterre pour le HDI Summer Camp 2013 ou encore en Italie durant The Week pour le Street Fighters World Tour.  Il aime le hip hop comme nous, alors nous avions très envie qu’il participe à cette rubrique et c’est avec plaisir qu’il a accepté. Voici ses choix.

Ecoutez : Justin Timberlake – Strawberry Bubblegum

Ecoutez : Mayer Hawthorne featuring Kendrick Lamar – Crime

Ecoutez : Jay Z – Tom Ford

Pour aller plus loin :

Pages : 1 2 3 4 5 ... 8 9 Suivante