Tous nos articles sur "ep"

Critique : Black Milk – Glitches in the Break

blackmilk_HEADER-ARTICLES

On vous avait présenté Black Milk comme un brillant représentant de la scène hip hop de Détroit, conquis par ses productions soul aux beats jazzy. Pour rappel Black Milk a signé en 2006 sur le label indépendant Fat Beat Records avec qui il a déjà sorti 5 albums et collaboré avec des grands noms comme Bishop Lamont, J. Dilla, Loyd Banks ou encore Jack White et Royce Da 5’9″. On retrouve d’ailleurs ce dernier sur le très bon titre Losing Out.

Regarder Black Milk featuring Royce Da 5’9″ – Losing Out :

Le mois dernier, Black Milk est revenu dans l’actualité avec un nouvel EP intitulé Glitches in the Break qui à la première écoute nous a beaucoup plu. Black Milk nous y propose un voyage musical dans son poste de radio et dès l’introduction ça part fort avec They Are Glitches qu’on aime pour son instrumental free jazz sur fonds de sirène de police. On change ensuite de fréquence pour Dirt Bells avec sa mélodie au xylophone plus épurée qui berce parfaitement le flow de Black Milk, le tout entrecoupé de scratch.

Ecoutez Black Milk – Dirt Bells :

Pas le temps de souffler, les morceaux s’enchainent rapidement comme avec le titre suivant Ruffin, au ton plus minimaliste qui nous fait penser à du Pete Rock. Black Milk continu à faire tourner les ondes de sa radio pour s’arrêter sur Silence, un morceau sombre et mystique avec des voix samplées un tantinet flippantes. One For a Dam nous fait encore changer d’univers avec une boucle électro funk qui montre l’indéniable influence de J. Dilla dans son travail. Sur G on se retrouve dans le générique de fin d’un western avec un sifflement vaguement mélancolique comme lorsque le héros s’en va au loin sans se retourner. Le titre suivant, Cold Day est comme un clin d’œil à Questlove avec un son nu soul à la batterie.

Ecoutez Black Milk – Cold Day :

En continuant avec ReaganBlack Milk propose un non-hommage à l’ancien président américain en critiquant la politique libérale qu’il a mise en place et dont on voit les funestes dégâts bien longtemps après sur sa ville de Détroit, aujourd’hui en faillite. Break vient enfin clôturer le maxi de fort belle manière avec son riff de guitare rageur et toujours une batterie en roue libre. Très agréable à écouter, on passe d’un univers à un autre sans temps mort. Nous sentons l’artiste très inspiré par sa ville et ses influences musicales tout au long de ses 9 trop courts titres en aimant toujours autant la qualité de ses productions. Au final, Black Milk n’est pas forcément le plus connu des rappeurs mais grâce à cet essai, il s’installe de plus en plus comme un acteur essentiel de la nouvelle scène hip hop US.

Lunikar explique son projet – le titre Dreamin’

LUNIKAR-HEADER_SOULTONOREILLELunikar a bien vu que nous le suivions depuis quelques temps, c’est pourquoi il s’est tourné vers nous afin de nous faire participer à son projet d’explications des titres de son prochain EP qui sortira le 31 mars prochain. Nous vous en avions déjà fait découvrir les 2 premiers extraits.
Le concept c’est : une explication de titre par jour et par média, aujourd’hui c’est notre tour et c’est du track 3 qu’il vous donne l’histoire et les explications.

« Dreamin’ est une production signée Chef Scout, qui en a fait un titre très dynamique et énergique à l’ambiance planante accompagné de saxo pour embellir le tout.
De l’égo trip pur et dur. Le son me faisait penser au style d’A$ap, style avec lequel mes fans ont tendance à faire un lien d’ailleurs. Le son de base était totalement différent et dans la production j’ai trouvé cette boucle que j’ai choisi d’utiliser. J’ai réédité le son et vous entendrez le résultat final sur ce titre.
J’ai ensuite découvert ce que faisait Redburry sur Soundcloud, j’ai énormément accroché et nous voilà en collaboration sur ce son. Son couplet qui ouvre le morceau est vraiment surprenant. Moi je commencerai ma partie avec cette phrase « N’oublie pas que l’homme est proche de l’insecte », qui est pour moi assez parlante. Je parlerai des autres artistes, de leur égo démesuré et de leur manière de changer d’attitude lorsqu’ils te voient avancer plus vite qu’eux, à vouloir participer aux projets juste pour le buzz. Je ne ferai pas parti de ceux qui changent pour faire le buzz, et c’est un sujet que je reprends souvent dans l’EP car c’est important pour moi de faire passer ce message.
La cover pour ce morceau a été faite par Johann Dorlipo, le titre correspondait très bien à l’image nuageuse et planante qui s’en dégage. »

Pochette Luni 5

En espérant que c’est petite introduction vous aura donné envie d’écouter Dreamin et de découvrir l’EP de Lunikar dans son intégralité lorsqu’il sortira le 31 mars 2014.

Pour aller plus loin :

Découvrez : l’envoutante Jade de LaFleur

Jade_HEADER-ARTICLES

Jade de LaFleur n’est pas une petite nouvelle dans le paysage du r&b. Ex-membre d’un girl band américain Sophia Fresh, Jade Johnson est signé chez Nappy Entertainment, le label de T-Pain ou elle et son groupe connaissent un beau succès outre Atlantique. Mais très vite la demoiselle a des envies de carrière solo et se fait vite repérer par Solange pour qui elle sera choriste lors de la tournée Solange and The Hadley Street Dreams, avant de faire parti du label Saint Heron. Et en écoutant son premier EP, nous comprenons très vite pourquoi le label du nouveau r&b, a été envouté par la demoiselle.

Lorsque vous écoutez cet opus, il vous faut écouter le morceau Jaded pour comprendre la musique de Jade. Savant mélange de notes de blues, de basses et rythmiques actuelles avec une nostalgie certaine, cet EP nous emporte dans un club jazzy de Louisiane ou se mêlent différents styles musicaux pour former des mélodies envoutantes et nostalgiques. Rien de plus naturel pour celle qui incarne parfaitement sa région natale.

Regardez : Jade De Lafleur – Jaded

Mais la musique de Jade passe aussi par les paroles et les thèmes abordés. Jade parle d’amour, de son quotidien mais aussi d’un sujet très apprécié des chanteuses r&b actuellement : la femme, son indépendance, sa sexualité et son féminisme assumée et parfois de façon très poétique et imagé comme sur l’excellent titre reggae Brown Box.

Cet Ep est donc une intelligente combinaison de musiques actuelles comme les titres Smokin In my Cars avec le producteur qui monte James Fauntleroy, ou encore le titre So long avec l’excellent D.A du groupe Chester French, et de douceur des clubs de jazz avec les morceaux Blue Notes and Green Trees ou Stormy Weather. Si vous souhaitez passer un bon moment musical et découvrir quelque chose de frais et de nouveau, nous vous encourageons à poser vos deux oreilles immédiatement sur cette nouvelle artiste qui promet de très jolies choses pour la suite.

Écoutez : Jade de LaFleur – Jaded (EP)

Découvrez l’anglais Josh Osho

joshosh_HEADER-ARTICLES

Un EP tout juste sorti, quelques collaborations de qualité ces trois dernières années et le voilà sur les routes pour présenter sa musique au public français. Lui, c’est Josh Osho, artiste soul de 22 ans venu de la capitale britannique. En 2012, il sortait l’album L.I.F.E. lui permettant alors de rencontrer un certain succès avant d’enchaîner sur des concerts et d’assurer la première partie d’Emeli Sandé ou Ne-Yo entre autres.

Extrait de ce premier album, Giants, un morceau lumineux et puissant, qui permet d’avoir un aperçu du talent de Josh Osho. Featuring à noter, celui de Childish Gambino, qu’on ne vous présente évidemment plus.

Regardez : Giants – Josh Osho featuring Childish Gambino

Autre collaboration surprenante pour une voix passée inaperçue lors de la sortie de l’album, le morceau Redemption, aux forts accents gospel, qui ne voit pas moins que Ghostface Killah poser son petit couplet, comme ça, normal. Le tout accompagné d’ailleurs d’un clip plutôt sympa qui vous fait voyager du Golden Jubilee Bridge de Londres au Manhattan Bridge de New York.

Regardez : Redemption – Josh Osho featuring Ghostface Killah

En ce début d’année, c’est son EP Roadsigns qu’il met en avant. Premier single extrait, Even In War, dont le texte fort est soutenu par un clip tout aussi poignant. Sur ce maxi 4 titres, l’atmosphère est plus posée, beaucoup plus soulful et la voix de Josh prend une toute autre dimension rappelant un certain John Legend. Npoh et Set In Stone profitent d’un accompagnement simple et sans fioritures, qu’on imagine parfaitement en acoustique, le chanteur accompagné de sa guitare pour seuls protagonistes. Concluant son EP sur Wiseman, là encore un morceau épuré, on se dit que Josh Osho a un bel avenir devant lui.

Regardez : Even In War – Josh Osho

Convaincus par ces quelques titres ? Vous n’avez alors aucune excuse pour ne pas aller voir Josh Osho sur scène : il sera à Lyon le 7 mars au Ninkasi Kafé, le 8 à La Maison Mère, à Paris le 13 à L’Orphée Club, le 14 au Quiksilver Bercy Village et le 15 au Bizz’art et enfin à Nice au B-Spot les 18 et 19 mars prochain.

Pour aller plus loin :

Actu : des nouvelles de Grems

GREMS_HEADER-ARTICLES

Le dernier projet en date de Grems, c’était son album Vampire. C’était la période durant laquelle il avait annoncé qu’il arrêtait de faire de la musique en solo. Grosse surprise pour tout le monde, personne ne comprenait alors ses déclarations et lui présageait donc une retraite anticipée. Quand il a ensuite annoncé son nouveau projet, un EP qui répondra au joli nom de Buffy et qui sortira le 24 février prochain, les critiques ont évidemment fusé, lui reprochant d’avoir voulu faire parler pour rien.

De quoi amuser Grems qui a donc précisé un détail entre-temps : il avait dit qu’il ne ferait plus d’album en solo, or c’est un EP avec toute sa clique, ses frères, qui sort : la farce ! Au-delà de ces petites histoires, nous sommes contents de pouvoir découvrir bientôt la composition de Buffy, en se demandant déjà si elle battra Vampire ? (Vanne cassée, désolés, on est déjà loin.) (Re)regardons ensemble le premier extrait dévoilé en décembre dernier, le titre Pinocchio.

Regardez : Grems – Pinocchio

Comme on vous aime bien, on vous propose également de visionner le dernier extrait de Buffy dévoilé il y a peu de temps, le titre Verre. Pour le reste, on attend donc le 24 février. On vous en reparlera.

Regardez : Grems – Verre

Pour aller plus loin :

Pages : 1 2 3 4 5 ... 8 9 Suivante