Tous nos articles sur "album"

Le retour du vrai RnB avec les vétérans Joe et Tank

tankstronger_HEADER-ARTICLE

Ça crie dans tous les sens : le RnB, celui des années 90-2000, qui sentait bon le love, le sexe, la fête, celui qui nous faisait vibrer avec des vrais voix non auto-tunées, est mort et enterré six pied sous terre. Si le RnB a beaucoup évolué, en bien ou en mal selon votre opinion, pour autant nous vous certifions que le cœur de cette musique bat encore. Pour preuve, cet été sortait les albums de deux icônes qui ont marqué le RnB masculin : Tank et Joe.

  • Le retour gagnant de l’extraordinaire crooner Tank

Pour les novices et les plus jeunes, Tank de son vrai nom Durell Babbs est un compositeur qui a travaillé pour Omarion, Chris Brown, Monica, Aaliyah, T.I, etc. Il est aussi connu pour son groupe TGT (Tyrese, Ginuwine et Tank ) avec qu’il a sorti un album Tree King en 2013, élu meilleur album RnB de l’année.

Regardez : TGT – Sex Never Felt Better

Dans ce nouvel album, intitulé Stronger, vous ne trouverez donc pas d’auto-tune, mais de vraies chansons festives et de vraies balades old school qui gardent une fraicheur actuelle. Cet album est vraiment à découvrir, autant pour la voix extrêmement sexy du chanteur que pour vous apprendre ce qu’est le RnB. Nos chansons coup de cœur : Dance With Me, Hope This Makes You Love Me, I Gotta Have It.

Écoutez : Tank – Dance With Me

  • Le RnB est de retour avec Joe

Figure emblématique du RnB des années 2000, vous ne pouvez pas ne pas connaitre Joe Thomas et son fabuleux et incontournable tube  I Wanna Know !

Écoutez : Joe – I Wanna Know

L’an dernier, Joe avait sorti un très joli album DoubleBack : Evolution of RnB qui nous démontrait déjà que le RnB pouvait rester fidèle à ce qu’il était avant, tout en profitant des nouveautés actuelles. Avec son album Bridges, Joe confirme donc son attention d’œuvrer dans ce sens. Cet album thérapeutique pour lui (et pour nous aussi) est à écouter sans modération de préférence au coin d’un feu. Nos chansons coup de cœur : Dilemma, Do A Little Dance, First Lady

Écoutez : Joe – Bridges

Si après écoute, ces deux albums ne vous ont toujours pas convaincu que le RnB a toujours bien sa place dans le paysage urbain d’aujourd’hui, nous vous garantissons qu’ils auront le mérite d’ambiancer très chaleureusement vos soirées d’hiver.

Pour aller plus loin :

Autour de Nina, l’album hommage à Nina Simone

autourdenina_HEADER-ARTICLE

Les albums rendant hommage fleurissent actuellement dans les bacs, à croire qu’il n’y a plus que ce genre d’album qui se vend en France. Après Jean-Jacques Goldman, Renaud, l’avorté hommage à NTM (et heureusement que celui-ci n’est pas sorti !), Universal Classic & Jazz  a décidé de s’attaquer à une grande artiste du jazz : Nina Simone.

Nina Simone de son vrai nom Eunice Kathleen Waymon, est une figure emblématique du jazz qui a marqué toute une génération. En plus de son incroyable talent artistique, Nina s’est battu toute sa vie contre l’inégalité raciale notamment dans ses textes comme le titre Mississippi Goldman. Mais son instabilité, sa maladie (elle était bipolaire), abandonnée par ses pairs, ruinée, désabusée par la vie et l’amour, ne lui donnent pas la reconnaissance et la renommée dont elle pouvait prétendre et même le succès tardif de sa reprise de My Baby Don’t Care for me ne pourront rien y changer.

Regardez : Nina Simone – My Baby Don’t Care For me

Et pourtant la carrière de Nina Simone a influencé beaucoup d’artistes. De nombreux titres de la diva ont été samplés : Jay Z et Kanye West ont samplé Feeling Good pour leur titre New Day sur Watch The Throne. Abd Al Malik a samplé Sinnerman pour son titre Gilbratar, Take Care Of Business a été samplé par Oxmo Puccino pour son titre Tiroir Caisse (remix), Hey, Buddy Bolden par Youssoupha pour le titre l’Effet Papillon et plus récemment Strange Fruit par Kanye West pour son titre Blood on the leaves.

Écoutez : Nina Simone – Sinnerman               Sample: Abd Al Malik – Gilbratar
                        

Écoutez :  Nina Simone – Feeling Good         Sample : Jay Z & Kanye West – New Day
                        

C’est donc assez logiquement que 10 artistes influencés par la diva, ont pris leur plus belle voix pour réinterpréter à leur manière ses plus grands succès. Parmi les artistes, vous retrouverez Ben L’oncle Soul pour un parfait Feeling Good, Keziah Jones pour Sinnerman, Gregory Poter pour Black is the color, mais aussi Lianne La Havas, Sophie Hunger, Hindi Zahra, Youn Sun Nah, etc.

Regardez : EPK – Autour de Nina

Autour de Nina s’annonce donc comme un très bel hommage à une artiste et femme incomparable et rien que pour cela nous vous encourageons demain, lundi 10 novembre, à découvrir et acheter cet album.

Pour plus d’informations :

Critique : These days, l’album transitoire d’Ab-Soul

absoul_HEADER-ARTICLES

Si nous pensions qu’avec les succès de Kendrick Lamar et le très bon album de SchoolBoy Q, Interscope choisirait de mettre en lumière le moins célèbre de l’écurie Top Dawg Entertainment : Ab-Soul, il n’en est rien pour le moment ! C’est donc sous son label indépendant TDE et après avoir menacé de leaker s’il ne sortait pas plus rapidement, que l’opus These Days est venu nous titiller les oreilles. 2 ans après son dernier album Control System, nous nous demandons si cet opus ne servirait pas de test à Ab et son écurie afin de continuer la succès story de ce fleurissant label.

Les 4 premiers sons de cet opus ne vous éloigneront pas de l’univers de l’artiste. Ab-Soul, rappeur dit conscient, fait un bilan de sa situation personnelle et de sa vision du monde qui l’entoure et notamment l’argent, la perte de son ex-petite amie, sa maladie. Dans ces 4 morceaux l’empreinte TDE est présente dans les productions et on y retrouve la dernière recrue du label : SZA sur God’s Reign, ou encore SchoolBoy Q sur Hunnid Stax. Ces morceaux sont empreints des sujets favoris du rappeur : la drogue, la religion, l’argent, la fête, la nature, qui nous montre son talent derrière le micro et à l’écriture notamment sur les morceaux Dub Sac et Tree of life.

Regardez :  Ab-Soul feat SchoolBoy Q, Mac Miller – Hunnid Stax

Mais c’est avec la suite du projet que Ab-Soul risque de vous perdre surtout si vous êtes un fervent fan du natif californien. Les morceaux World Runners et Nevermind That sont assez loin de ce qu’on attend et ce n’est pas la présence de l’absent Lupe Fiasco et le bankable Rozay qui apporteront leurs lots d’originalité. Sur le morceau Twact, nous nous interrogeons sur le coté mainstream de ce morceau qui nous rappelle les sons des YG, Tyga, Kid Ink ou Chris Brown. Bien que peu gênant, l’essai n’est pas très concluant et si nous pouvions nous le permettre, nous lui conseillerions de rester un peu plus fidèle à lui même. Nous mettrons une mention spéciale pour le morceau Just Have Fun, surtout pour la deuxième partie qui n’est autre que le morceau These Days mais en beaucoup plus léger et qui vous donnera envie d’un bon moment de camaraderie très festif au bord d’une piscine ou autour d’un bon barbecue.

Écoutez : Ab-Soul feat The O’My’s – These Days

Après ce petit moment d’égarement, Ab-Soul continue de tester de nouvelles choses mais reste fidèle à son univers. Ainsi après l’interlude Kendrick Lamars, qui est le pendant du morceau de Ab-Soul Outro sur le projet Section 80 de K.Dot, Ab-Soul pousse la chansonnette sur Closure. Ce morceau en dérangera plus d’un à cause de sa musique et ces paroles empreintes de chagrins étouffants. Soul y évoque la disparition de son ex-petite amie et ses relations difficiles depuis avec la gente féminine. On notera la présence de Jhéne Aiko sur les refrains qui renforce le coté détresse et angélique qui plane dans ce morceau torturé.

Écoutez : Ab-Soul feat Jhéne Aiko – Closure

Les morceaux Feelin’Us, Ride Slow avec Danny Brown et Sapiosexual produit par un J.Cole pas très inspiré, sont de bons morceaux mais sans grand intérêt. Stigmata, deuxième extrait de cet opus dévoilé, est un excellent morceau qui doit son inspiration au The Cross de Nas. Dans ce morceau, Soul redevient ce rappeur conscient en confiant les blessures qu’il porte comme une croix et n’hésite pas à se comparer au Christ :

I’m more than a man, I’ve been died and rose again / Left these holes in my hands, so you know who I am ( je suis plus qu’un homme, je suis mort et j’ai ressuscité / Ces trous sont incrustés dans mes mains, donc tu sais qui je suis ).

Enfin pour conclure, l’opus se termine par W.R.O.H (We really Out Here), un morceau dont nous soulignons la prouesse de fin avec ce flot de paroles et de freestyle avec son ami JMSN mais un morceau long (23min qu’en même) qui nous laisse un peu sur la fin.

Regardez :  Ab-Soul feat Action Bronson, Asaad – Stigmata

Vous l’aurez donc compris, nous sommes très mitigés sur cet opus. Si le talent est indéniable, These Days est un album transitoire avant la sortie d’une petite bombe en 2015 comme promis. Même s’il garde son univers, nous espérons cependant que Soul ne succombera pas trop à certains de ses essais et gardera son originalité et son indépendance qui lui vaut d’être encore une pépite brute avant passage dans le mixeur des majors. Un nouveau challenge que nous ne manquerons pas de suivre.

Critique : Me.I am Mariah Carey, l’élusif album

MariahCareymeiam_HEADER-ART

Après un démarrage difficile avec les morceaux Triumphant et Almost Home que vous ne retrouverez pas sur son 14ème album, l’extravagante Mariah Carey est de retour avec Me. I Am Mariah… The Elusive Chanteuse. La diva capricieuse mais talentueuse est-elle de retour ?

Regardez : Mariah Carey feat Rick Ross, Meek Mill – Triumphant (Get’Em)

L’album débute avec une ballade soul feutrée, très sobre, Cry qui nous rappelle (pas forcément en bien) ses nombreux albums de noël. Un échauffement avant de lancer le second titre produit par l’incontournable Mike Will Made It ? Eh bien non ! Si Faded nous fait penser à l’excellent album The Emancipation of Mimi, il faudra attendre pour un beat qui bouge un peu plus. Sur le 3ème titre Dedicaded, Mariah s’accompagne du rappeur Nas et ils nous plongent dans une époque que les deux artistes regrettent. Un morceau sans grand intérêt, que nous passons rapidement.

Nous enchainons avec LE succès commercial de cet album #Beautiful avec Miguel et le petit tube en puissance,Thirsty produit par monsieur Drunk in Love, Hit-Boy. Toutefois, nous regrettons la version avec Rich Homie Quan qui nous semble apporter plus de piquant à ce titre.

Écoutez : Mariah Carey feat Rich Homie Quan – Thirsty

Ne nous attardons pas sur le titre Make It look Good produit par son fidèle ami Jermaine Duprai, avec la participation de Stevie Wonder au piano, qui fait retomber totalement l’ambiance. You’re Mine (Eternal) (7ème titre) est un morceau efficace qui, encore une fois, nous rappelle la mimi de The Emancipation. Mais Mariah a choisi, malheureusement, la version sans Trey Songz qui permettait de donner une réelle atmosphère rnb à ce titre. Nous enchainons avec l’autre tube de l’album You Don’t Know What to Do avec Wale. Un titre efficace, où nous retrouvons la Mariah de Heartbreaker, et le passage de Wale ambiance comme il se doit.

Regardez : Mariah Carey feat Trey Songz : You’re Mine (Eternal)

Mais tout ceci est de courte durée, puisque les morceaux qui suivent sont juste inexistants, à tel point que nous avons eu grand mal à les écouter jusqu’au bout : Supernatural, l’inévitable morceau sur la joie d’être mère avec les gazouillis de ses bambins. Météorite, un morceau un peu house sans rapport avec le reste de l’album. Et enfin Camouflage, le morceau trop chargé en tout (gospel, piano, vibes), beurk !

Mariah termine avec le titre Money ($ _ _ …) avec Fabulous, qui manque un peu de puissance pour être un tube et les morceaux One More Try et Heavenly, où nous retrouvons la Mariah Carey, époque Tommy Mottola mais sans la puissance des hits de l’époque. Nous pensions qu’elle s’arrêterait là mais Mariah a eu la bonne idée de nous livrer aussi des bonus : It’s Wrap avec Mary J Blige et The Art Of Letting Go, à passer directement ! Le titre pas déplaisant mais long, Betcha Gon’Know avec R-Kelly qui s’inscrit dans la pure tradition rnb des années 90.

Regardez : Mariah Carey – The Art of Letting Go

S’il y a quelques jours sa copine Jennifer Lopez, qui fait aussi un flop avec son nouvel album, a déclaré très modestement sur les ondes d’une radio US : « Mariah et moi, on a fait ce que font les gamins en ce moment . Vous savez, on a connu l’époque où tu sortais quelque chose et que c’était directement numéro un et l’album aussi était premier. [...] Nous sommes à un stade diffèrent de notre carrière. On a un statut différent que ceux qui doivent se prouver des choses à eux-mêmes et qui se disent « mon truc doit être numéro un maintenant ». On n’a plus besoin de ça, nous »

Pas sûr que la diva de Heros partage le même avis. Le retour de la reine incontestée des années 2000 est un vrai échec. Mariah essaie de reprendre les ingrédients qui lui assuraient d’être numéro un à chaque fois, mais à force de trop mélanger les genres et de vivre sur ses acquis, elle nous propose un album non terminé, ennuyeux et assez fade à notre goût. Et ce ne sont pas les ventes inexistantes et les 2 ou 3 titres avec les « gamins du moment » qui nous ferons mentir.

Nous vous conseillons donc d’aller sur votre plateforme de streaming préférée pour vous faire votre avis, et nous, nous parions sur un retour très vite de la Queen Mariah.

Critique : Kelis passe à table avec FOOD

KELIS_HEADER-ARTICLESEh oui, cela fait assez longtemps que vous n’aviez pas entendu parlé de Kelis mais nous avions chauffé un peu dernièrement avec Jerk Ribs, premier single de son album Food sorti le 28 avril dernier, et nous allons maintenant pouvoir vous dire ce que nous en avons pensé. Cet album étant initialement prévu pour l’automne 2013, nous nous attendions donc à un vrai travail en profondeur d’autant que nous étions un peu déçu du clip vidéo de Jerk Ribs, tout en étant satisfait du style musical.

Faire un album inspiré de la nourriture, concept étrange… Mais pour que ça marche il aurait peut être fallu pousser le vice jusqu’au bout; et en finesse si possible. On aurait aimé que l’ensemble des titres ait un rapport avec un aliment, quitte à créer un album qui suivrait le déroulement d’un repas par exemple, ça aurait été une métaphore peu originale mais y’a de quoi faire en source d’inspiration ! Pour le coup, déception au niveau des textes car nous n’avons pas vraiment l’impression que l’idée soit exploitée à son maximum et cela rend l’album fade au niveau littéraire. A croire que le seul véritable rapport avec la nourriture soit son Food Truck qu’elle a baladé un peu partout.

Regardez : Kelis ‘s Food Truck

Pour ce qui est de la musique, on retrouve la recette cuivre et cordes chère au R’n'B de la fin des années 70, qui donne vraiment un côté très rétro, mélangé à des sons électroniques, c’est une instrumentation assez intéressante. Il y a également un gros contraste avec la voix très chaude de Kelis et le souffle que l’on entend quand elle chante, ce qui est peu répandu dans la soul, où les chanteuses sont souvent adeptes de performances vocales assez impressionnantes en terme de décibels. Est ce qu’on peut aller jusqu’à lui coller une étiquette de nu soul, sans doute un peu mais son timbre original ressort joliment dans cet ensemble instrumental, quoi qu’un peu étouffé sur certaine piste trop électronique ou bien avec trop de chœur en même temps. Petit plaisir tout de même avec le titre Rumble qui fait bien son travail, bien que nous n’ayons pas vraiment adhérer avec le clip, nous vous laissons juger par vous même.

Regardez : Kelis – Rumble

Globalement les pistes sont sympas, mais pas exceptionnelles, le tout manque de cohérence. Un retour moins réussi que ce que nous pouvions attendre, la faute à la production, au temps, à l’inspiration on ne sait pas, mais on est loin de Milkshake ou Trick Me. D’ailleurs nous ne résistons pas à faire un petit retour en arrière avec Milkshake.

Regardez : Kelis – Milkshake

La demoiselle enchaine actuellement les concerts, plusieurs dates aux US mais aussi en Europe et en Australie, peut-être que c’est sur scène que cet album prend tout son sens, il ne faudra donc pas hésiter à aller la voir en concert si vous en avez l’occasion.

Pour aller plus loin :

Pages : 1 2 3 4 5 ... 20 21 Suivante