Tous nos articles sur "aaliyah"

Les Choix Musicaux de… Lunikar

LESCHOIXDELUNIKAR_HEADER

Qui dit rentrée, dit retour de notre rubrique Les Choix Musicaux de… et on a choisi de demander 3 morceaux à un rappeur français qui est le chef d’une meute de loups. Vous avez trouvé ?  Notre jeune loup n’est autre que Lunikar dont on vous a parlé dernièrement pour la sortie de son EP Limpide et de son dernier clip Hautes Sphères extrait de la Wolftape. Il partage aujourd’hui avec nous 3 sons de prédilection que nous vous laissons découvrir :

Regardez : Aaliyah – We Need A Resolution

Ecoutez : Vanessa Da Mata – Bau

Ecoutez : Sade – By Your Side (The Neptunes Remix)

Aaliyah, princesse du RnB partie trop tôt

A bien des égards, 2001 est une année qui sera rentrée dans l’histoire. Surtout pour de tristes raisons. Tout le monde se souviendra évidemment des attentats du 11 septembre et des événements qui ont suivi et perdurent d’ailleurs. Musicalement, on a eu cette même année la tristesse d’apprendre la mort d’Aaliyah, partie trop tôt, trop brutalement. Et le vide laissé dans le paysage musical depuis est énorme.

Aaliyah Dana Haughton avait plus d’une corde à son arc : chanteuse, mannequin et actrice, la belle native de Brooklyn a commencé à faire parler d’elle dès l’âge de 10 ans, avec une apparition dans un show américain, Star Search, où elle y interprète My Funny Valentine. A 12 ans seulement, elle signe chez Jive Records et R. Kelly devient son mentor, écrit et produit son premier album : Age Ain’t Nothing But A Number. Les titres Back & Forth, Age Ain’t Nothing But A Number et At Your Best, reprise des Isley Brothers, marqueront le succès de l’album qui se vend à plus de 3 millions de copies aux Etats-Unis, et est certifié double disque de platine. Succès entâché par le mariage supposé puis avéré d’Aaliyah avec R. Kelly, alors que la demoiselle n’a que 15 ans.

Ce scandale aura provoqué le départ de la chanteuse de chez Jive, et elle signe chez Atlantic dès 1996 pour la sortie de One In A Million. C’est le début d’une belle collaboration et amitié entre elle et Timbaland ainsi que Missy Elliot. Huit millions d’albums vendus dans le monde et quelques tubes plus tard (4 Page Letter, Got To Give It Up, Hot Like Fire), Aaliyah finit ses études d’art dramatique et se tourne vers le cinéma et le mannequinat, avec une apparition dans une série télé et des participations à des bandes originales (dont celle de Dr Dolittle avec Are You That Somebody).

Les années 2000 marquent l’explosion d’Aaliyah devant la caméra avec Romeo Must Die, un Roméo Et Juliette des temps modernes, où elle partage l’affiche avec Jet Li et DMX (sans oublier son rôle dans La Reine Des Damnés). Elle est même castée pour la suite de Matrix. Côté musique, elle sort son troisième album, ΛΛLIYΛH, et est productrice exécutive de la BO de Romeo Must Die. Elle signe quatre titres pour le film, dont un de ses plus gros succès, Try Again, produit par Timbo.

Définitivement entrée dans l’âge adulte, sa voix et ses prestations sont plus qu’assurées et les chansons festives côtoient les titres plus mélancoliques. Finis aussi les baggys et les lunettes qui masquent le visage, place à une Aaliyah ultra féminine et glamour. ΛΛLIYΛH est aussi l’album qui correspond le mieux à la chanteuse selon ses propres déclarations à l’époque. Sur celui-ci, elle n’hésite pas à mélanger les influences avec notamment des incursions vers le rock (What If en est le parfait exemple). Encore une fois, les tubes sont là : We Need A Resolution, More Than A Woman, I Care 4 U ou le magnifique I Refuse ne font que confirmer l’importance d’Aaliyah sur la scène RnB.

Rock The Boat et son clip aux décors paradisiaques resteront malgré tout un triste souvenir, puisque c’est en quittant le lieu de tournage qu’Aaliyah et sept membres de son équipe prennent place dans l’avion qui va s’écraser quelques mètres plus loin. Appareil surchargé, pilote alcoolisé et drogué, les Bahamas et la perte d’Aaliyah (à seulement 22 ans) marquent en ce 25 août 2001 la fin d’un cycle, après avoir grandement contribué à renouveler le RnB durant les années 1990 avec des intrus plus électroniques, définitivement plus modernes, mais sans perdre la douceur de sa voix cristalline. « Street but sweet ».

Les hommages plus ou moins appuyés se sont succédés après son décès et encore récemment. Parmi eux, la vidéo de Miss You avec une ribambelle d’invités venus lui tirer une dernière révérence, une chanson entièrement dédiée par les Boyz II Men, et aussi un joli salut de la part de Timbaland au cours de la tournée FutureSex/LoveShow de Justin Timberlake en 2007. Il faut bien avouer qu’hormis son travail avec JT et quelques autres rares projets, Timbo a perdu la magie de ses collaborations avec Baby Girl. Et on veut bien admettre qu’elle est difficile à remplacer. We All Miss You Aaliyah.

Découvrez : Rochelle Jordan

Rochelle Jordan, elle nous vient tout droit de Toronto. Influencée par une palette d’artistes tels que Drake, Aaliyah ou les Neptunes, pas besoin de préciser que la petite a déjà du goût. Mais plus concrètement, elle vient de sortir R O J O, son premier EP gratuit. Ses différentes inspirations se ressentent énormément sur le projet, et ce n’est franchement pas pour nous déplaire tant le résultat est fort réussi. 15 titres, c’est ce qui vous attend plus bas, à écouter ou télécharger, mais sans modération !

Télécharger : R O J O – Rochelle Jordan