Tous nos articles "Regarde"

Les Choix Musicaux de… The Groovy Project

LESCHOIXDETGP_HEADER

The Groovy Project, vous vous souvenez ? Nous vous les présentions en mai dernier et depuis le trio français continue son petit bonhomme de chemin. Jhos et Sizler sont toujours les voix, Flaev est toujours le chef d’orchestre et vous avez pu découvrir leur dernier petit cadeau à l’occasion des fêtes de Noël. Vous pouvez également les retrouver en ce moment sur différentes scènes parisiennes, notamment, le 21 janvier à l’Etage. Aujourd’hui ils viennent chacun partager un de leurs morceaux de prédilection avec vous, alors n’attendons plus et découvrez les sans plus tarder.

Le choix de Jhos : « Pour ma part j’ai choisi Pair of Wings de Justin Timberlake. La première raison est que j’admire ce chanteur car il représente l’artiste moderne 2.0, il est juste bon dans chacune des choses qu’il touche. Ensuite pour le titre, j’ai choisi celui-là car on a rarement entendu JT sur ce type de registre (acoustique épuré) qui laisse voir que le mec sait être sobre et efficace ».

Écoutez : Justin Timberlake – Pair Of Wings

Le choix de Sizler : « Pour ma part ce sera Remember the Time de Michael Jackson, car c’est une chanson qui est à la fois mélodieuse et très rythmée, j’aime toutes les harmonies vocales qui accompagnent ses refrains. Et bien entendu, comment ne pas mentionner cette vidéo magnifiquement réalisée (mise en scène, choré, décors…) : du MJ à l’état pur ».

Regardez : Remember The Time – Michael Jackson

Le choix de Flaev : « Pour ma part, mon choix se portera sur William Murphy et son titre You Are God Alone. J’aime les arrangements musicaux : un mélange de pop, des accords simples, un air avec des phrasés simples fondus dans la mélodie et des phases de gospel, ainsi que des paroles qui me parlent aussi. »

Ecoutez : William Murphy – You Are God Alone

Que devient Fabe ?

FABE_HEADER-ARTICLES

La vie est une manif, la France une vitre et moi un pavé.
Un raz de marée sur un village de politiciens,
Ils volent tellement qu’ils ne savent pas nager !
PDG d’l'entreprise de l’impertinence

Vous aurez tous reconnu le fameux titre de Fabe, L’impertinent. Avec son mythique passage « Si Jean-Marie courait aussi vite que j’l'emmerde, il serait tellement loin », ce titre de 1998 est à ranger dans la liste des classiques de l’âge d’or du rap français.

Regardez : L’Impertinent – Fabe

Le saviez-tu ? Proche de Cut Killer,  Fabe commence à faire parler de lui avec des freestyles d’anthologie au côté de Koma, Ekoué, Casey, Lady Laistee entre autres dans le Cut Killer Show sur les ondes de Nova.

L’Impertinent est extrait de son troisième album, Détournement de Son. Ce titre résume à lui tout seul ce que représente notre Fabe national : une sorte de grand frère avec un flow à la fois posé et destructeur, qui donne des leçons mais qui donne à réfléchir, un type sans concessions. Fabe c’est aussi un des plus grand punch liners que la France aie jamais connu, et qui bien avant La Fouine a titillé Booba et son groupe Lunatic avec Classique. Loin d’avoir la langue dans sa poche, il part à l’époque en guerre contre ce rap soi-disant « hardcore », égratignant au passage NTM et quelques autres rappeurs en vue alors, sur plusieurs de ses titres.

Regardez : Des durs, des boss… des dombis - Fabe

Le saviez-tu ? Fabe a grandi dans le 18ème arrondissement de Paris, du côté de Barbés. C’est là que se crée son collectif, sa famille, la Scred Connexion, avec les rappeurs Koma, Haroun, Mokless et Morad.

Ce collectif authentique existe toujours aujourd’hui reprenant à son compte et en héritage la « devise » « jamais dans la tendance, toujours dans la bonne direction », issue encore de L’Impertinent de Fabe. Pour apprécier leur musique on vous propose leur titre Parti de Rien qui résume bien l’esprit de la bande.

Regardez : Partis de Rien – Scred Connexion

Le saviez-tu ? Fabe vit maintenant à Québec, et considère désormais la musique comme un péché converti à l’islam et étudiant la religion. Vous l’avez compris, Fabe a décidé d’arrêter le rap.

Au sommet de son art en 2000,  il a depuis dit stop. A la surprise quasi-générale, c’est juste après la sortie du très remarqué La Rage de Dire, son quatrième album incluant des titres comme Excusez-Nous avec le regretté DJ Mehdi à la production ou L’Argent Facile, qu’il prend sa décision. Après une dizaine d’années loin de tout média, c’est en 2013 qu’il sort de son silence pour une interview durant laquelle il explique que la distance qu’il a pris avec le monde de la musique était pour éviter les amalgames ou que ses propos soient détournés. L’année dernière, ses fans les plus assidus ont créé une pétition pour qu’il revienne, chose assez rare pour être soulignée.

Vos choix musicaux #71, alphabet soul : Z comme…

VOS-CHOIX-MUSICAUX71_HEADER

Toutes les bonnes choses ont une fin, l’abécédaire soul n’y échappera évidemment pas. Le tour des 26 lettres de l’alphabet autour des artistes soul et nu soul d’hier et d’aujourd’hui se termine aujourd’hui avec la lettre Z. Nous voulions vous remercier pour votre participation, surtout les plus assidus qui se reconnaîtront sans doute. Découvrons maintenant ensemble qui se cache derrière cette lettre Z et continuez à partager avec nous vos coups de cœur musicaux.

Regardez : Zaki Ibrahim – Go Widdit

Ecoutez : Zap Mama featuring Erykah Badu – Bandy Bandy

Découvrez : Élodie Rama et son projet Strange Island

STO_HEADER-ARTICLES-ELODIERAMAEn quête de nouvelles douceurs musicales ? Découvrez le mini album d’Élodie Rama, Strange Island. Son nom vous dit peut-être quelque chose… En effet, on l’a connaît aux côtés de Hocus Pocus et au sein du groupe Blue Apple Quartet, ce dernier qui en hommage au label Blue Note, revisite des classiques de jazz, parmi lesquelles on retrouve le magnifique Cheek to cheek - repris avec brio par Élodie et Ledeunff

Aujourd’hui, Élodie Rama se lance en solo avec un premier mini album, Strange Island, dont le titre est inspiré de l’île aux fleurs, la Martinique. Créatrice dans l’âme, aussi bien dans la musique que dans les arts visuels, la chanteuse puise ses thèmes dans le métissage et s’inspire de différentes sonorités appartenant au jazz, à la soul, au reggae, aux musiques électroniques ou encore au hip hop. À l’aise dans la langue française et anglaise, la jolie Nantaise, nous propose huit titres dont trois remix empreints de douceur et d’onirisme.

Avec son atmosphère engourdi, le morceau Strange Island nous transporte dans un univers où l’harmonie règne en maître. Jugez plutôt…

Regarder : Élodie Rama – Strange Island

Chaque chanson apporte son lot d’images et de textures, comme si elles avaient été pensées comme des toiles. Le parcours d’Élodie Rama dans les arts visuels aurait-il déteint sur sa manière de composer et créer sa musique ? Possible. Quoi qu’il en soit, les sonorités amènent notre ouïe à la rencontre de notre imaginaire et les images prolifèrent.

Écouter : Élodie Rama – Clair Obscur

La voix d’Élodie Rama, infusée dans la douceur, veille au chevet d’un univers sophistiqué et poétique pour le plus grand plaisir de nos petites oreilles.

Quant aux remix qui figurent sur Strange Island, ce sont 20syl - qu’on ne présente plus -, Le Parasite et Dtwice que l’on retrouve. Chacun d’entre eux s’approprie l’un des titres de l’album, dans des registres bien différents. Quand 20syl choisi de remixer City of Hope dans une veine hip-hop voire électro, Dtwice penche plutôt du côté du downtempo.

Difficile donc de classer cet album dans un genre particulier (si toutefois nous devions le faire), en ce cas, le mot « hybride » se prête – à mon sens – spontanément à Strange Island, tant les ambiances et sonorités sont variées.

Inutile d’en dire davantage, il faut parfois se faire taiseux et taciturne car c’est à votre tour de vous faire saisir l’ouïe par la musique d’Élodie Rama. Sachez tout de même que vous n’êtes pas à l’abris de laisser échapper une symphonie de réjouissant « aaaaah ! » à l’écoute de cet album… rien d’inquiétant, c’est l’effet Strange Island.

Pour aller plus loin :

Découvrez : la soul magique d’Opé Smith

Opesmith_HEADER-ARTICLESAlors qu’il a séduit, en fin d’année, le public du Nouveau Casino lors de la première partie du concert de Ben L’Oncle Soul, nous ne pouvions pas rater l’occasion de vous présenter une voix soul envoûtante, celle d’Opé Smith.

Chanteur depuis sa tendre adolescence, Opé perfectionne sa soul dans des chorales gospel, jusqu’à l’âge de 18 ans. En 2005, il intègre le collectif That’s Soul, ainsi que Gospel pour 100 voix ou il chantera pendant quelques années. Parallèlement, il commence à travailler sur ses propres compositions. Il fait aussi des rencontres décisives comme C2C ou Beat Assailant mais la plus importante reste celle de Ben l’Oncle Soul, qu’il accompagne en tant que choriste sur sa dernière tournée et ainsi que sur le dernier album de l’artiste. Ce dernier rend d’ailleurs très bien la pareille à Opé puisqu’il fait les chœurs sur le titre I Believe in you. Mais c’est le single Another Day que nous vous proposons de découvrir tout de suite.

Regardez : Opé Smith – Another Day

C’est en novembre dernier qu’Opé Smith s’émancipe et sort son premier EP éponyme. 6 titres en anglais dont une reprise qui nous emmènent sur les routes old school de la soul. Dans ce maxi, nous retrouvons la soul des années 50 sur l’excellent titre The Barbershop Tune ou les années 70 avec le titre Get This Freakin’On. Bien sur, Opé ajoute à tout cela son style moderne, ses influences, son énergie et sa magie qui font que ce projet s’écoute et se réécoute inlassablement.

Écoutez : Opé Smith – The Babershop Tune ( Acappella)

Vous l’aurez donc compris, chez STO nous pensons que c’est le must-have de ce début d’année et nous attendons avec impatience son premier album rapidement. En attendant, Opé Smith sera au Réservoir (à Paris) le 11 février et nous vous conseillons d’aller le voir !

Pour aller plus loin :

Pages : Précédente 1 ... 7 8 9 10 11 ... 167 168 Suivante