Tous nos articles "Regarde"

Hyleen Gil : un clip, un album, un concert

HYLEEN_HEADER-ARTICLESSouvenez-vous, nous vous la présentions l’année dernière, depuis Hyleen Gil avait partagé avec vous ses choix musicaux et nous avions eu la chance de la voir se produire à New York. La jeune chanteuse française fait son petit bonhomme de chemin et la rentrée 2014 est pleine de petits cadeaux pour vous. Alors dans l’ordre : son premier clip vient de sortir, pour annoncer la sortie de son premier album U & I, qu’elle défendra sur la scène du New Morning le 20 septembre prochain, pas mal n’est ce pas ?
Ne perdons pas de temps et regardons ensemble le clip du titre Can You Love Me en featuring avec Omar, rien que ça.

Regardez : Hyleen Gil featuring Omar – Can You Love Me

Tout en simplicité elle vous emmène dans son univers frais rempli de soul, ce qui donne évidemment très envie d’en écouter plus. Son album est déjà en pré-commande alors n’hésitez pas, vous aurez même le droit à 2 titres bonus. En plus d’Omar elle a travaillé avec des noms comme Frank McComb, Chris Dave ou encore Marcus Parker, c’est du bon, du très bon, et même s’ils ne seront pas sur scène avec elle, venez aussi l’applaudir sur scène le 20 septembre au New Morning.

Pour aller plus loin:

Critique : These days, l’album transitoire d’Ab-Soul

absoul_HEADER-ARTICLES

Si nous pensions qu’avec les succès de Kendrick Lamar et le très bon album de SchoolBoy Q, Interscope choisirait de mettre en lumière le moins célèbre de l’écurie Top Dawg Entertainment : Ab-Soul, il n’en est rien pour le moment ! C’est donc sous son label indépendant TDE et après avoir menacé de leaker s’il ne sortait pas plus rapidement, que l’opus These Days est venu nous titiller les oreilles. 2 ans après son dernier album Control System, nous nous demandons si cet opus ne servirait pas de test à Ab et son écurie afin de continuer la succès story de ce fleurissant label.

Les 4 premiers sons de cet opus ne vous éloigneront pas de l’univers de l’artiste. Ab-Soul, rappeur dit conscient, fait un bilan de sa situation personnelle et de sa vision du monde qui l’entoure et notamment l’argent, la perte de son ex-petite amie, sa maladie. Dans ces 4 morceaux l’empreinte TDE est présente dans les productions et on y retrouve la dernière recrue du label : SZA sur God’s Reign, ou encore SchoolBoy Q sur Hunnid Stax. Ces morceaux sont empreints des sujets favoris du rappeur : la drogue, la religion, l’argent, la fête, la nature, qui nous montre son talent derrière le micro et à l’écriture notamment sur les morceaux Dub Sac et Tree of life.

Regardez :  Ab-Soul feat SchoolBoy Q, Mac Miller – Hunnid Stax

Mais c’est avec la suite du projet que Ab-Soul risque de vous perdre surtout si vous êtes un fervent fan du natif californien. Les morceaux World Runners et Nevermind That sont assez loin de ce qu’on attend et ce n’est pas la présence de l’absent Lupe Fiasco et le bankable Rozay qui apporteront leurs lots d’originalité. Sur le morceau Twact, nous nous interrogeons sur le coté mainstream de ce morceau qui nous rappelle les sons des YG, Tyga, Kid Ink ou Chris Brown. Bien que peu gênant, l’essai n’est pas très concluant et si nous pouvions nous le permettre, nous lui conseillerions de rester un peu plus fidèle à lui même. Nous mettrons une mention spéciale pour le morceau Just Have Fun, surtout pour la deuxième partie qui n’est autre que le morceau These Days mais en beaucoup plus léger et qui vous donnera envie d’un bon moment de camaraderie très festif au bord d’une piscine ou autour d’un bon barbecue.

Écoutez : Ab-Soul feat The O’My’s – These Days

Après ce petit moment d’égarement, Ab-Soul continue de tester de nouvelles choses mais reste fidèle à son univers. Ainsi après l’interlude Kendrick Lamars, qui est le pendant du morceau de Ab-Soul Outro sur le projet Section 80 de K.Dot, Ab-Soul pousse la chansonnette sur Closure. Ce morceau en dérangera plus d’un à cause de sa musique et ces paroles empreintes de chagrins étouffants. Soul y évoque la disparition de son ex-petite amie et ses relations difficiles depuis avec la gente féminine. On notera la présence de Jhéne Aiko sur les refrains qui renforce le coté détresse et angélique qui plane dans ce morceau torturé.

Écoutez : Ab-Soul feat Jhéne Aiko – Closure

Les morceaux Feelin’Us, Ride Slow avec Danny Brown et Sapiosexual produit par un J.Cole pas très inspiré, sont de bons morceaux mais sans grand intérêt. Stigmata, deuxième extrait de cet opus dévoilé, est un excellent morceau qui doit son inspiration au The Cross de Nas. Dans ce morceau, Soul redevient ce rappeur conscient en confiant les blessures qu’il porte comme une croix et n’hésite pas à se comparer au Christ :

I’m more than a man, I’ve been died and rose again / Left these holes in my hands, so you know who I am ( je suis plus qu’un homme, je suis mort et j’ai ressuscité / Ces trous sont incrustés dans mes mains, donc tu sais qui je suis ).

Enfin pour conclure, l’opus se termine par W.R.O.H (We really Out Here), un morceau dont nous soulignons la prouesse de fin avec ce flot de paroles et de freestyle avec son ami JMSN mais un morceau long (23min qu’en même) qui nous laisse un peu sur la fin.

Regardez :  Ab-Soul feat Action Bronson, Asaad – Stigmata

Vous l’aurez donc compris, nous sommes très mitigés sur cet opus. Si le talent est indéniable, These Days est un album transitoire avant la sortie d’une petite bombe en 2015 comme promis. Même s’il garde son univers, nous espérons cependant que Soul ne succombera pas trop à certains de ses essais et gardera son originalité et son indépendance qui lui vaut d’être encore une pépite brute avant passage dans le mixeur des majors. Un nouveau challenge que nous ne manquerons pas de suivre.

Le Dancehall au pays du Soleil Levant

bosedancehall_HEADER-ARTICL

Nous savons que la scène street dance japonaise est très représentée et reconnue dans le monde mais ce que nous imaginions moins, c’est que le dancehall a, depuis quelques années, une place de choix parmi les jeunes japonais. C’est ce que nous explique, ce documentaire réalisé par Bose (l’un des spécialistes de matériel audio) à travers leur blog #ListenForYourself.

Pourtant très loin de la culture traditionnelle japonaise, nous apprenons que le reggae dancehall, a émergé dans la culture underground des années 90 avant de devenir une vraie philosophie de vie pour certains et surtout certaines japonaises. Ce documentaire de 6 min, nous montre à travers les parcours de célèbres représentants du pays (le groupe Yokohama, Batty Bom Bom qui a gagné le concours du dancehall Queen, le groupe de fille Illmatic Gyalz) comment cette musique et culture jamaïcaine a pris une place importante dans leur vie.

Documentaire : Scène cachée – Épisode 1 : Le Dancehall au Japon

Né d’une collaboration entre Bose et Facebook, Vice, Spotify, la série Scene Unseen (scène cachée) est une trilogie de mini-films et d’autres contenus visant à faire découvrir des scènes musicales uniques dans des lieux insolites. Et le deuxième volet, qui vient de paraitre sur la toile, est consacré à la scène indépendante de Mexico qui attire de plus en plus le public international.

Documentaire : Scène cachée – Épisode 2 : La scène indépendante mexicaine

Découvrez : la soul du monde hip hop de Customary

CUSTOMARY_HEADER-ARTICLES

C’est avec plaisir que nous venons nous immiscer dans votre mois d’août pour vous faire découvrir notre dernier petit coup de cœur : Customary, mais qui est-ce vous demandez-vous ? Eh bien, c’est un rappeur et producteur américain, ayant grandi dans les environs de Washington. Très influencé par des artistes comme Blackstar, Common, JDilla ou bien The Pharcyde, il commence très jeune à produire des groupes de sa ville. Après quatre albums, dont deux instrumentaux qui lui ont valu d’être repris à des fins publicitaires par des marques comme Apple, la chaîne NBC ou Netflix, Customary revient avec un nouveau album intitulé Compassion. Nous vous proposons de vous en faire une première idée avec le premier titre qui nous a tapé dans l’oreille, Hanging on, avec son supplément clip.

Regardez : Customary – Hanging On

Un titre hip hop à la texture nu soul au message positif qui nous a tout de suite plu, tout comme le reste de l’album d’ailleurs. Sur 14 pistes, Customary va se balader et vous proposer ce projet qui lui tient particulièrement à cœur dans lequel il parle d’acceptation, de pardon, de religion et d’amour. La religion est un thème qui reviendra au long de l’album et dont vous retrouverez une représentation sur la pochette.
Aussi à l’aise en chantant qu’en rappant, il propose un univers qui parlera forcément aux amoureux du hip hop qui sent bon les années 90-2000. Voici le deuxième clip de ce projet, le titre Fear, plus sombre, tout en noir et blanc et en simplicité dont le message n’est pas dénaturé.

Regardez : Customary – Fear

Quelques featurings agrémentent le tout, Customary sait s’entourer pour parfaire ce projet. De manière générale, vous devriez vraiment apprécier cet album, plutôt très bien produit et dont l’ambiance positive s’accorde très bien avec cette période estivale. Nous vous recommandons chaudement d’aller vous le procurer sur un des fameuses plateformes de téléchargement légal et d’en profiter le plus vite possible, nous il tourne déjà dans nos oreilles en boucle.

Pour en savoir plus :

Découvrez : Guts

guts_HEADER-ARTICLES

Guts fait partie de ces artistes au parcours atypique, aujourd’hui beatmaker français, il fut hier l’un des créateurs du groupe Alliance Ethnik. On se rappelle forcément dans les années 90 du tube Simple Et Funky qui mis tout le monde d’accord, grand public et critique. Ce que l’on sait moins c’est que leurs deux albums ont été réalisé aux États-Unis, ce qui permettra à Guts de se faire connaitre outre atlantique. Après la séparation du groupe, Guts se met à produire des sons pour des artistes comme Common, Rahzel, De La Soul.  Puis, comme il le dit lui-même, il avait un peu peur et préféra donc retourner vers la France où il produit des morceaux pour des groupes comme Les Sages Poètes De La Rue avant de se lancer en solo plus en confiance en signant sur le célèbre label anglais On Wax. Son premier album de sampling Le Bienheureux sort, on y retrouve des instrus reprenant pas moins de 80 samples différents. Il ne connaît qu’un succès d’estime malgré un bon single And The Leaving Is Easy qui est repris dans la série Skin mais aussi dans de nombreuses publicités à travers le monde.

Regardez : Guts – And The Leaving Is Easy

Ensuite Guts décide de partir de son label afin de s’associer à l’artiste Manbo pour créer Pura Vida. Son but étant de mélanger des sonorités plus tropicales à la soul ainsi qu’au reggae avec pour résultat un maxi Take A Look Around You et la création d’ une boite de production Pura Vida Production. Il en suivra un nouvel album Freedom qui regroupe toujours des instrus avec énormément de sample et de diversité musicale. Celle-ci peut s’expliquer par le fait que Guts soit originaire de Paris, qu’il ait approfondi sa culture hip hop à New York, qu’il soit passé également par Londres mais aussi par la Jamaïque pour la réalisation de l’album de Big Red Raggamufin Culture et pour finir parce qu’il vit depuis 2007 à Ibiza.
Son album suivant Paradise For All, auto-produit sur son label Heavenly Sweetness, est tout autant de qualité, on retrouve toujours les mêmes ingrédients avec des morceaux toujours autant non formatés, ce qui peut expliquer en partie qu’après 20 ans de carrière on méconnaisse Guts.

Son dernier Ep Open Wide, sorti il y a quelques semaines, est une bonne surprise. Le premier extrait Open Wide est un bel hommage à Nelson Mandela, le titre a même été conçu le jour de sa mort, en featuring avec Lorine Chia dont nous avons le plaisir d’entendre la voix soul et féline.

Regardez : Guts – Open Wide

On retrouve également un titre estampillé hip hop, The Forgotten en duo avec les rappeurs de Détroit Quelle Chris et Danmerk Vessey. Le morceau est très aérien avec ses gimmicks de bruit de bouche façon Timbaland et un flow bien cool et bien trainant. L’Ep permet un retour au premier plan pour Guts qui retrouve des productions qu’on lui avait connues à ses débuts. Open Wide est une sorte d’introduction à son prochain album dont le titre Hip Hop After All confirme cette tendance de retour aux sources. La liste des titres a été dévoilée et on découvre avec plaisir le recours à de nombreux featurings comme Tanya Morgan, Rah Diga & Akua Naru, Grand Puba, Patrice, Cody Chesnutt… Pour illustrer nos propos Ma Funk, qui est le premier extrait déjà disponible en écoute, est une bombe funk avec Leron Thomas au chant. Voilà de quoi  nous donner vraiment envie de découvrir l’album mais il faudra donc un peu de patience pour découvrir la suite en septembre.

Écoutez :  Guts – Ma Funk

Pour en savoir plus :

Pages : Précédente 1 ... 3 4 5 6 7 ... 177 178 Suivante