Tous nos articles "Regarde"

Découvrez : Soul Square et ses millésimes

Soulsquare_HEADER-ARTICLES

Décidément Nantes regorge de talents, puisque c’est de là que vient le collectif Soul Square. On y retrouve dans sa composition le discret Permone : sorte de cerveau beatmaker, un homme qui s’exprime avec ses machines. L’architecte Arshitect qui est derrière tout le visuel du groupe en plus d’être un dénicheur de sample léché qui va bien. L’ancien, Guan Jay qui, en plus d’avoir de la bouteille hip hop, n’hésite pas à prendre le micro pour arranger la foule. Tout ce beau monde se fait connaitre d’abord en 2005 sous le nom de Drum Brother avec une compilation de remix d’artiste comme Talib Kweli ou encore les Jackson Five.
Le concept est simple, ils prennent des a capellas de morceau en retravaillant à leur façon les instrumentales. C’est à partir de là que les trois sont rejoint par Atom de C2C, on le rappelle quintuple champion du monde et orfèvre du turntablism. Il s’ensuit des Ep ainsi que des nouveaux remix d’artistes français tels que Hocus Pocus, Jazz Liberatorz qui nous emmènera à la sortie sur le label Kif Records de Live and Uncut. Sur ce premier album, Soul square reprend la recette du cocktail jazz/hip hop/soul qui a fait leur succès mais avec cette fois ci des compositions originales. Côté casting, nous avons des collaborations avec des rappeurs peu ou pas connus, comme un canadien Justis ou un suédois Blezz. Côté son, nous vous proposons d’écouter un extrait de l’album, l’anecdote dit que c’est le morceau qui encra définitivement Atom dans le groupe.

Ecoutez : Soul Square – Live and Uncut

Fort de ce premier opus bien accueilli par le public, Soul Square enchaine en 2012 avec un nouveau projet Millésime série volume 1, illustré par une belle bouteille d’alcool sur la pochette. On entend parfois que pour acheter un cd il faut que l’objet soit réussi, pour Soul Square c’est chose faite et le contenu de l’album devrait finir de vous convaincre ! Musicalement on retient l’apparition d’un nouveau rappeur Racecar, originaire de Chicago. L’idée ce cette série d’Ep (puisqu’il y a un volume 2 dont nous allons vous parler), c’est de mettre en avant l’univers d’un rappeur en y apportant leur couleur musicale. On vous laisse regarder le clip du titre One Time sorti pour la promo de l’album.

Regardez : Soul Square – One time

A l’écoute on retrouve l’esprit de certains morceaux d’Hocus Pocus en un peu plus jazz et street. Le flow élastique et la plume de Racecar apportent une touche plus américaine également. Le but étant pour eux de rendre hommage à ce hip hop des années 90 et à l’univers jazz et soul dont il vient. On sortira du lot le titre My Home dont l’instru nous a particulièrement plu. Les morceaux sont vraiment bien travaillés, le sample ne dure pas juste quelques secondes, il est recomposé voir décomposé sur sa longueur.
Sorti il y a quelques semaines, Millésime série volume 2, propose cette fois ci pour illustrer son millésime sur la pochette, une bouteille de Bourbon, et on se demande si on va apprécier ce breuvage comme le 1er volet. Là encore, c’est un hommage au hip hop des années 90, et pour ce volume 2 ils ont mis en avant l’univers d’un mc canadien : Jeff Spec. L’intro sonne un peu rock avec cette ligne de guitare, mais reste profondément hip hop, voici le clip dont vous saurez apprécier la démonstration de air guitare, nous en sommes surs !

Regardez : Soul Square feat Jeff Spec – Jeff Zep

Le flow de Jeff Spec est plus moderne que Racecar. Sur 1-2-1-2 on voit le clin d’œil aux « micro test » que scandent les djs et les mcs lors des soirées et des concerts. Do you est un hommage à De la Soul avec un supplément d’âme plus moderne à travers le gimmick vocodé. Who’s real et Strange Things sont des déclarations d’amour à Guru et ses compilations Jazzmataz. On ressent les amateurs de bons sons ainsi que leurs références derrière. Il y a peut être un petit côté trop sage, trop respectueux, cela manque peut être un peu de folie, mais on passe un bon moment à l’écoute de ce deuxième volume. Au final Soul Square se démarque des productions tendances des beatmakers actuels et c’est tant mieux car chez STO on aime cette diversité. Les puristes apprécieront, les autres trouveront ça peut être un peu répétitif et ne les fera pas sauter partout mais ce qui est sur c’est que cela vous fera assurément  bouger la tête d’un air approbateur et c’est déjà très bien.

Pour en savoir plus :

Michael Kiwanuka : dernier clip vidéo

Mkiwanuka_HEADER

Michael Kiwanuka est de retour et ça fait plaisir ! Il y a deux ans, on vous présentait son premier album Home Again qui nous avait enchanté. Cet album lui a valu de nombreux éloges et lui a valu le très prisé BBC Sound en 2012. On aime sa voix angélique, un tantinet éraillée qui se pose sur un son folk-soul minimaliste. On compare souvent sa voix à celle d’Otis Redding ou encore Marvin Gaye. Ces tonalités venues de l’age d’or de la soul sont précisément ce qui fait la force de ce chanteur londonien de 26 ans, d’origine ougandaise : une soul-folk intemporelle.

L’été dernier, Michael Kiwanuka s’est rendu à Nashville pour y enregistrer son dernier EP de deux titres, You’ve Got Nothing To Lose et Waitin’ Round To Die, une reprise de Townes Van Zandt. Mais au fait, pourquoi Nashville, Tennessee, USA ? Pour Jack White, pardi ! Ce grand guitariste, pianiste, chanteur, acteur et producteur américain dont Michael Kiwanuka est fan depuis son adolescence. En 2001, Jack White crée sa maison de disques Third Man Record à Detroit puis en 2009, elle déménage à Nashville. C’est donc avec plaisir et admiration mutuelle que Jack White a produit le dernier EP de Mickael Kiwanuka l’été dernier.

Il y a quelques jours sortait le clip du morceau You’ve Got Nothing To Lose. Sur ce titre, Michael Kiwanuka donne des conseils de vie à son fils : « Son, don’t you turn around (…) Son, you won’t be let down (…) Open your eyes to see you’ve got nothing to lose» (dont la traduction serait «Fils, ne te retourne pas (…) Fils, personne ne te laissera tomber (…) Ouvre les yeux et vois que tu n’as rien à perdre »). Dans le clip, réalisé par James Cathcart, on y voit un homme transsexuel se préparer pour se rendre à l’anniversaire d’un petit garçon. Mais qui est cet homme dont le quotidien n’est que moqueries et rejets ? Qui est ce petit garçon ? Quel lien les unit ? On vous laisse trouver (ou pas) les réponses à ces questions en regardant le clip et on se donne rendez-vous pour la sortie du deuxième album de Michael Kiwanuka que l’on espère imminente. Bon visionnage.

Regarder : Michael Kiwanuka- You’ve Got Nothing To Lose

Rocca, entre mixtapes et nouveaux clips

ROCCA_HEADER-ARTICLES

On l’avait un peu perdu de vue. Volontairement. Après l’excellent maxi Le Calme Sous La Pluie et ses morceaux International, Génération Hip Hop ou MC HustlerRocca nous avait quelque peu déçus avec Mad Max et ses mixtapes Rocca El Chief (I et II).

Jamais fatigué, toujours plein d’envie, c’est avec Guerreros qu’il revient en ce mois de février. Avec une vidéo présentant le processus de création du titre, de l’enregistrement de l’instru à celui des deux versions (eh oui, avec  le rappeur colombien, on a pris le pli, c’est français et espagnol derrière le micro !), c’est un MC chef d’orchestre qu’on découvre, nous permettant de voir comment il travaille en studio.

Regardez l’EPK de Guerreros – Rocca :

Toujours le même constat avec Rocca : un univers propre, avec ses sonorités latines évidemment mais aussi un flow reconnaissable entre mille. Bien que la qualité de ses projets récents soit variable, on est toujours contents de l’entendre. On vous laisse donc écouter ce nouveau morceau en entier dans la langue de votre choix et attendons de voir ce que le MC va nous proposer cette année !

Ecoutez : Guerreros de Rocca (français) – (espagnol)

Pour aller plus loin :

Découvrez l’anglais Josh Osho

joshosh_HEADER-ARTICLES

Un EP tout juste sorti, quelques collaborations de qualité ces trois dernières années et le voilà sur les routes pour présenter sa musique au public français. Lui, c’est Josh Osho, artiste soul de 22 ans venu de la capitale britannique. En 2012, il sortait l’album L.I.F.E. lui permettant alors de rencontrer un certain succès avant d’enchaîner sur des concerts et d’assurer la première partie d’Emeli Sandé ou Ne-Yo entre autres.

Extrait de ce premier album, Giants, un morceau lumineux et puissant, qui permet d’avoir un aperçu du talent de Josh Osho. Featuring à noter, celui de Childish Gambino, qu’on ne vous présente évidemment plus.

Regardez : Giants – Josh Osho featuring Childish Gambino

Autre collaboration surprenante pour une voix passée inaperçue lors de la sortie de l’album, le morceau Redemption, aux forts accents gospel, qui ne voit pas moins que Ghostface Killah poser son petit couplet, comme ça, normal. Le tout accompagné d’ailleurs d’un clip plutôt sympa qui vous fait voyager du Golden Jubilee Bridge de Londres au Manhattan Bridge de New York.

Regardez : Redemption – Josh Osho featuring Ghostface Killah

En ce début d’année, c’est son EP Roadsigns qu’il met en avant. Premier single extrait, Even In War, dont le texte fort est soutenu par un clip tout aussi poignant. Sur ce maxi 4 titres, l’atmosphère est plus posée, beaucoup plus soulful et la voix de Josh prend une toute autre dimension rappelant un certain John Legend. Npoh et Set In Stone profitent d’un accompagnement simple et sans fioritures, qu’on imagine parfaitement en acoustique, le chanteur accompagné de sa guitare pour seuls protagonistes. Concluant son EP sur Wiseman, là encore un morceau épuré, on se dit que Josh Osho a un bel avenir devant lui.

Regardez : Even In War – Josh Osho

Convaincus par ces quelques titres ? Vous n’avez alors aucune excuse pour ne pas aller voir Josh Osho sur scène : il sera à Lyon le 7 mars au Ninkasi Kafé, le 8 à La Maison Mère, à Paris le 13 à L’Orphée Club, le 14 au Quiksilver Bercy Village et le 15 au Bizz’art et enfin à Nice au B-Spot les 18 et 19 mars prochain.

Pour aller plus loin :

Disiz : au revoir Extra-Lucide, bonjour Transe-Lucide

DISIZTRANSELUCIDE_HEADER-ARTICLES

La trilogie de Disiz est bien en place désormais et son dernier volet Transe-Lucide est sur le point de sortir (le 3 mars prochain). Comme vous l’avez vu avec quelques uns des extraits déjà sortis, cet opus s’annonce plus électro, plus sombre, foncièrement différent des deux premiers volets qui se suivaient plus d’un point de vue musical. Il clôture d’ailleurs Extra-Lucide avec le dernier clip de cet album, le titre Porté Disparu, hymne à l’amour version banlieue que nous vous proposons de regarder maintenant.

Regardez : Disiz – Porté Disparu

Maintenant que la page Extra-Lucide est tournée, il faut attendre la sortie de Transe-Lucide pour se faire un avis. Dernièrement, il a tout de même dévoilé un passage du titre Sayonara, dont l’artwork est lui faisant son beau sourire de chameau ! Ce qu’il aime particulièrement, c’est être sur scène face à son public : alors pour vous donner envie d’aller le voir sur scène, voici un petit teaser qui devrait finir de vous convaincre, si encore toutefois vous vous posiez la question.

Regardez : Disiz – C’est Ma Tournée 2

Le compte à rebours est lancé, l’album sera dans les bacs le 3 mars, et Disiz sera sur la scène du Bataclan à Paris le 19 mars. Des dates à marquer dans vos agendas !

Pages : Précédente 1 ... 8 9 10 11 12 ... 172 173 Suivante