Tous nos articles "Regarde"

Nouveauté : Yo.K sort Optimum

YOK_HEADER-ARTICLES

Il est de retour ! Vous souvenez-vous de Yo.K  ? Maître ès chouquettes, le MC nous avait tapé dans l’oreille alors qu’il faisait la première partie d’Ayo il y a bien trop longtemps déjà. Allez, pour le plaisir, on se refait un petit Run, extrait de son EP d’alors, Incipit.

Regardez : Yo.K – Run

En ce mois de mai et après une longue trêve, il nous revient avec un second EP fait maison, Optimum. Composé de 7 titres, cet EP disponible en ligne gratuitement est frais comme il faut et est le deuxième volet de ce que Yo.K annonce comme une trilogie (ces rappeurs et leurs trilogies…). Sur Guadalupé ou Lola, il se raconte et alors que Ctrl+Alt+Suppr en courte intro suivi de notre morceau favori, Wesh, sont plus légers et permettent au rappeur de jouer sur et avec les mots. Pour compléter le maxi, Trois Rivières, OSPLC et Requiem abordent des sujets divers et variés, de la drague en passant par un hommage à sa maman.

Plus abouti qu’Incipit peut-être parce qu’il est en partie plus intime, Optimum permet à Yo.K de continuer à se livrer et de montrer sa vision musicale sur ces quelques pistes, sans pour autant se prendre trop au sérieux mais en franchissant un nouvel échelon dans son écriture et toujours soutenu à la prod de notamment son acolyte Mad Shearz.

Autre partie du projet, la sortie mensuelle d’un clip illustrant un des morceaux du maxi. Pour ce lancement, c’est la vidéo de Trois Rivières que Yo.K nous propose, vous offrant ainsi l’excellente définition de son rap au cours du 3ème couplet.

Regardez : Yo.K – Trois Rivières

Rira bien qui le dernier weshera, on vous recommande l’écoute du projet via son site web : après tout, il ne vous coûtera rien !

Pour aller plus loin :

Beny Le Brownies et son EP Pre Dora

BENY_HEADER-ARTICLES« Les blancs me traitent comme noir, les noirs me traitent comme blanc c’est complexe, m’en veulent parce que mes sapes viennent tout droit d’ABS, refuse de porter toute leur conneries contre-culture j’fais du skate. »
Pourquoi chercher une introduction lorsque le MC le fait si bien ! Beny le Brownies, rappeur d’Annecy, la vingtaine, nous présente Pre Dora, EP 12 titres dont le but est de nous faire découvrir l’univers si différent de ce personnage bien loin de l’image du rap en France.

Regardez : Beny Le Brownies – Molarre Trash

Pas de bling bling ou d’histoire de gangster, le gars est vrai ! Un rap dans lequel il expose visions et réflexions sur son train de vie, ce qui l’entoure, ceux qui l’entourent, partageant ses pensées du moment sans aucune prétention. A coup de références connu ou beaucoup moins (Vice magazine, Earl sweatshirt et son album Doris, les blazes de ses potes, le magasin ABS…), il nous entraine dans son quotidien tout au long du projet dans lequel Molarre Trash et sa boucle de piano semble être le rayon de lumière, mais aussi le son le plus mélancolique (on pourrait aussi nommer l’interlude Syndrome De Peter Pan dans cette catégorie, mais plus pour cette instru qui semble être inspiré de l’univers musical du jeu vidéo Final Fantasy VII). Car en effet, le titre phare de cet EP n’est pas forcément le plus représentatif de l’ensemble de ce dernier, puisque les ambiances pesantes et obscures, grâce à de nombreuse production minimaliste et efficace, nous offrent une atmosphère dérangeante tout au long de Pre dora, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Regardez : Beny Le Brownies – HAHO ft Harry Vederci

On y découvre aussi son collectif Francis Trash, où se retrouve producteurs, rappeurs, photographes, vidéastes, etc… C’est donc bel et bien un univers artistique parfaitement développé et contrôlé tout du long par le rappeur et ses acolytes qui nous est présenté, on le ressent d’ailleurs à l’écoute. En effet, contrairement aux sorties actuelles où le besoin d’un single ou de différent thème musicaux sont souvent présent, ici, le contenu s’écoute en continue, pas besoin de sauter de morceau, c’est une bande son qui s’offre à nous, pénétrant notre cerveau sans contrainte.

Regardez : Beny Le Brownies – Hjerne

Dernier clip en date, Hjerne (« cerveau » en danois) avec son aspect psychédélique, nous confirme une dernière fois l’apport que le rappeur pourrait avoir dans le rap français. Alors oui, la comparaison avec Earl Sweatshirt est facile, rappeur sombre, membre d’un collectif, délire skateur, il est en plus nommé de nombreuses fois sur le projet. Mais malgré les nombreuses similitudes, et le fait que le rapprochement se fera facilement, la différence est tout de même présente, mais pour la voir, il va falloir écouter ces 12 titres !
En tout cas, si Beny « écoute Chum quand il fait vraiment noir », pour notre part, c’est Pre Dora qui soul notre oreille dans ces moments sombres.

Pour en apprendre un peu plus le rappeur et son crew francistrash, nous vous proposons de découvrir en bonus leur passage dans l’émission Sous-Culture de Radio Campus Grenoble : interview, live, freestyle à gogo !

Pour aller plus loin :

Découvrez : Pigeon John

PIGEONJOHN_HEADER-ARTICLESPigeon John fait ses grands débuts dans les années 90 sur la scène du célèbre Good Life café aux côtés d’autres jeunes talents comme le groupe Jurassic Five. Il fera ensuite ses classes à travers de nombreux concerts où son bagou, son sens du show et sa grande énergie lui permettent de conquérir un large public. Sa singulière personnalité tranche, elle lui donne une image attachante de  »gendre idéal », Pigeon John devient très demandé. On le voit notamment entre 2002 et 2006 en vedette du magazine Source mais aussi pour des publicités de grandes marques. Pigeon John, décidément très actif, en profitera pour sortir à cette même période 4 albums : Pigeon John is Clueless (2002),  Pigeon John Is Dating Your Sister (2003), Pigeon John Sing The Blues (2005), Pigeon John And The Summertime Pool Party (2006). On retrouve même un de ses titres dans le générique de l’émission de télévision américaine Infomania mais aussi dans la bande originale de jeux vidéo et enfin au cinéma avec Get Over It.

En France ses albums n’ont trouvé que peu d’écho, il faudra même attendre 2012 pour entendre parler de Pigeon John à l’échelon national. Cette date coïncide avec le succès de l’album Parker Street du groupe français General Electriks et la décision de son leader Hervé Salters de s’exiler à Los Angeles afin de monter son propre label. Pigeon John cherche en parallèle à donner un nouvel élan à sa carrière et veut trouver d’autres sources d’inspiration. Pour Pigeon John c’est alors l’occasion idéale de travailler avec Hervé Salters qui lui permet en plus pour la première fois de réaliser des musiques originelles au lieu de sample. A l’écoute du résultat, on peut dire que les deux se sont bien trouvés, on retrouve les ingrédients électro, funky, pop qui ont fait le succès de General Electriks subtilement mélangé avec l’univers plus hip hop de Pigeon John. Ce pari pas évident au départ est gagné,  l’album baptisé Dragon Slayer est un bon album qui donnera même un tube au titre annonciateur The Bomb.

Regardez : Pigeon John – The Bomb

Depuis on a retrouvé  Pigeon John,  toujours au côté de français, sur le titre Because Of You de C2C et on attend un nouvel album All the Road pour le 23 septembre.  Il est actuellement réalisé entre Berlin et la Californie, expliquant sans doute son nom, avec toujours Hervé Salters aux commandes. En attendant l’Ep Ho Yeah vient de sortir, son premier extrait Ho Yeah n’est pas désagréable à entendre mais on est un peu déçu avec la sensation d’écouter The Bomb en moins bien.

Regardez : Pigeon John – Ho Yeah

Vient le deuxième extrait Champagne On My Shoes, qui a eu le droit à un remix de 2oSyl et Atom sur un maxi sorti spécialement pour le « Disquaire Day ». De manière générale, on avoue avoir été un peu déçu par cet EP mais nous allons attendre sagement la sortie de l’album et ainsi découvrir le reste avant de se faire un avis définitif mais ce qui est sur c’est que Pigeon John arrive toujours à nous surprendre avec pour preuve ce clip original et très sympa.

Regardez : Pigeon John – Champagne On My Shoes

Pour en savoir plus :

Découvrez : Jasz

JASZ_HEADER

JaSz, de son vrai nom, Jacinthe, est née d’un père malgache et d’une mère française, elle a grandi à Antananarivo. Elle avait pour habitude de passer ses vacances scolaires à Paris donc à l’age de 18 ans c’est tout naturellement qu’elle s’installe dans la capitale. C’est en écoutant des artistes comme Nina Simone, Nougaro, Abbey Lincoln, Gainsbourg et surtout Madeleine Peyroux que JaSz a ressenti l’envie de chanter. Mais n’en déplaise à ses proches qui s’en inquiétaient, Jasz voulait chanter dans le métro, pour elle, c’était le lieu de vie idéal pour ses chansons. Elle obtient donc son accréditation et se retrouve, en octobre 2012, entre les couloirs des stations Chaussée d’Antin et La Muette où elle interprète en anglais et en français des reprises et des chansons qu’elle a elle même composées. Sa voix est tout simplement envoûtante, d’une clarté exceptionnelle, forte et fragile à la fois. Nous vous laissons découvrir deux de ses morceaux : La Javanaise qui a été enregistré dans le métro et Love Song.

Écoutez : JaSz – La Javanaise

Écoutez : JaSz – Love Song

C’est avec Love Song que JaSz a remporté le prix Talent Europe 1 en 2013. C’est un concours qui a lieu tous les ans dont le but est d’aider concrètement un jeune artiste en développement en lui offrant son premier album. Pour pouvoir y participer les artistes ne doivent avoir signé de contrat avec aucune maison de disques. En 2013, pour la troisième édition de ce concours, le jury était composé, entre autres, de Bertrand Harbart, le directeur du contenu éditorial de Deezer, et de La Grande Sophie. Après avoir écouté plus de 400 maquettes et délibéré pendant plusieurs heures c’est JaSz qui l’a emporté. Le jury a été séduit par le style jazz, folk et pop de la jeune artiste, par sa voix suave ainsi que par la sincérité de ses textes. JaSz, elle même, se définit comme une chanteuse-diseuse. Aimant le théâtre et la littérature, elle nous narre l’histoire de sa vie avec beaucoup de poésie et d’honnêteté.

À l’automne 2013, après avoir sillonné de nombreux bars parisiens, Jasz sortait son premier EP qu’elle a naturellement intitulé Métro. C’est d’ailleurs dans le métro qu’elle a enregistré cet EP de cinq titres. Lorsqu’elle explique au magazine 20 Minutes les raisons de ce choix, elle dit : «Je ne voyais pas comment présenter ma musique autrement qu’en l’enregistrant dans un lieu de vie. Mes chansons sont nées dans le métro, les bars, dans la rue… Les enregistrer sans l’ambiance sonore dans laquelle elle baignent me paraissait impossible.».

Pour notre plus grand bonheur, JaSz continue à se produire dans la capitale tout en travaillant sur son album. Elle était au bar Les Trois Baudet le 16 avril dernier et sera au Sunset Jazz Club le samedi 14 juin dans le cadre du festival Jazz Vocal. Nous vous laissons avec deux merveilles acoustiques comme les aiment vos esgourdes : Rushing qui est dans l’EP Métro et He que l’on espère retrouver dans son futur album. Bonne écoute !

Regarder : JaSz – Rushing

Regarder : JaSz – He

 

Découvrez le rap tout terrain d’A2H

A2H_HEADER-ARTICLESSi le rap français vous passionne comme nous, vous n’avez pas pu échapper a celui qui est considère comme l’étoile montante de rap français, A2H. Alors qu’il distille petit à petit des extraits de son prochain album Art de Vivre prévu en mai, chez Soul Ton Oreille nous avons décidé de vous en parler un peu plus.

Regardez :  A2H – Elle ne veut pas

A2H cultive un univers très éclectique, notamment dans son premier opus Bipolaire sortie en 2012. Influencé par des groupes et artistes tels que NTM, Snoop, Dre, Saian Supa Crew, A2H n’a pas toujours fait que du rap. Marre de ce rap trop « racailleux », il explore le reggae, funk, ragga pour une musique plus « consciente ». Il fait aussi la connaissance du rap alternatif de Gérard Baste du groupe Svinkels avec qui il tournera pendant un temps. De cette époque, A2H garde le coté festif et réalité que l’on retrouve dans ses textes. Mais très vite, il revient au rap et fonde en 2005 le collectif Palace. A son actif, de nombreuses mixtapes et groupes comme Coconut Sunshine, Opak Zion. Il se lancera même un peu dans l’électro. Enfin A2H participe aussi à de nombreuses scènes au cote de Grems, Nemir, Oxmo Puccino, Vicelow, Deen Burbigo et bien d’autres.

Celui qui rêve d’être considéré comme un Kanye West ou un Pharrell, a donc de multiples facettes (rappeur, beatmakers, musicien, chanteur, producteur..) qu’il exploitent abondamment dans sa musique. A l’aise sur de nombreux terrains, A2H donne une palette de couleur assez intéressante et impressionnante à son rap. De la légèreté à l’introspection, il sait habilement choisir les mots pour des textes vrais, percutants, festifs, tristes qui, avec sa voix particulière, rend le tout planant sur des productions très américaines.

Regardez : A2H feat 3010 – Jeunes et Talentueux

C’est comme si Oxmo Puccino croisait l’univers d’A$AP Rocky ou Schoolboy Q. Oui parfaitement ! nous osons la comparaison mais ce Monsieur touche-à-tout est, comme il le dit Jeune et Talentueux et son prochain opus Art de Vivre risque fortement de marquer les esprits et d’être l’album rap français de cette année.

Pour aller plus loin :

Pages : Précédente 1 ... 8 9 10 11 12 ... 177 178 Suivante