Tous nos articles "Explore"

Battle Next Urban Legend 2014 : c’était mortel !

BNUL2014_HEADER-ARTICLES

Du côté de Sevran (région parisienne), il y avait des votes ce week-end. Les élections municipales en effet, mais aussi pour les prétendants à la troisième édition du Next Urban Legend et de ses battles ; Perrine vous présentait l’événement il y a quelques jours.

Tandis que la ville de Sevran nous livre sa fournée d’images, nous vous laissons plus bas nos images maison ainsi que nos impressions. En un mot, c’était terrible !

Nous sommes arrivés à la fin des qualifications, peu après midi. Peu de monde à ce moment-là, mais c’était bien avant la pause et la validation des différents danseurs qui allaient s’affronter lors de duels en 1 contre 1 côté hip-hop, break, popping, et locking. Début des hostilités autour de 15h30, juste après la présentation des 4 membres du jury, des danseurs qui sont là pour décider si oui ou non les 2 ou 3 dizaines de danseurs retenus iront plus loin ou non.

Tout au long de l’après-midi et sous l’œil bienveillant du maître de cérémonie (qui avait la classe, façon Shaft), des DJs (qui passaient tellement de bons sons !) et des invités à se produire sur scène, que ce soit les jeunes danseuses pleines d’énergie qui étaient là pour introduire les vétérans qui jugeaient les prestations scéniques ou bien le beatboxeur CJM’s qui a fait une double démo saluée d’une ovation du public. Extrait. (Le son sature à mort, mais c’est pas de notre faute !)

Regardez : la performance live de CJM’s au Battle Next Urban Legend 2014

Revenons à nos b-boys et b-girls : impossible de tous vous les présenter (on ne se rappelle plus des noms, faut dire la vérité) mais globalement c’était de haute volée. On retiendra avant tout une ambiance survoltée mais globalement un peu plus sage que dans bien d’autres battles. Les grands gagnants nommés sont Ness du côté popping, Dany Dan pour le break, Manu au locking (qui avait déjà remporté les éditions précédentes 2012 et 2013 du Next Urban Legend). Par contre nous avons loupé l’info concernant le gagnant côté hip-hop et c’est bien dommage car nous avons dû partir un peu avant la fin (confirmez-nous cela si vous avez l’info.)

Nous reviendrons l’an prochain quoiqu’il en soit, on vous invitera à y passer dès que nous aurons des infos sur la prochaine édition, toujours à Sevran en Seine-Saint-Denis.

On y sera : Battle Next Urban Legend 2014

BNUL2014_HEADER-ARTICLES

Si tu aimes la danse et ceux qui se battent pour ça, cet évènement est pour toi ! En effet, le samedi 22 mars aura lieu à Sevran la 3ème édition du Battle Next Urban Legend. L’idée de ce concours : imposer sa danse face aux autres adversaires et ainsi pouvoir devenir La Nouvelle Légende Urbaine 2014. Ce projet est porté par l’association Next Urban Legend et un groupe de jeunes danseurs de l’Espace François Mauriac, désireux de mettre en lumière leur passion pour la danse. A travers cet évènement, ils cherchent à encourager l’apprentissage de ses disciplines, fédérer les jeunes autour d’un projet commun et promouvoir la culture hip hop. Un état d’esprit qui nous parle évidemment : on vous laisse prendre connaissance du teaser.

Regardez : Teaser Battle Next Urban Legend 2014

Des présélections auront lieu dans la matinée du samedi 22 mars, desquelles sortiront 6 vainqueurs dans chaque catégorie pour participer aux phases finales. Les danseurs s’affrontent individuellement dans leur style de danse respectif, parmi les 4 proposés à savoir : le locking dont le représentant dans le jury sera Junior Almeida, le popping dont le représentant sera Claise M’Passi, le break dont le représentant sera David Colas et le hip hop dont le représentant dans le jury sera Dedson.

Par la suite, les vainqueurs de chaque catégorie s’affronteront lors d’une finale pour ne sacrer qu’un seul champion. Pour cette phase finale, chaque danseur devra dévoiler au public sa sensibilité artistique. L’artiste se retrouvera donc seul face au public avec une musique, sa danse et des expressions corporelles exprimant ses émotions, ce qui fait prendre tout son sens à la devise de la battle : « Peu importe ton style, impose-toi avec ta danse ! ».

Pour pimenter le tout, il y aura en plus des grands noms de la danse qui s’inviteront lors des phases finales afin de défendre leur nom, et aussi les vainqueurs de l’édition espagnole qui s’est déroulée le 15 février dernier à Madrid. Si tout ça ne vous a pas donné envie d’y aller, eh bien nous, on rend notre tablier.

Pour aller plus loin :

Jeu concours : Soirée My Grooves au Djoon

DJOON_HEADER-ARTICLESC’est le lieu parisien incontournable pour le monde de la danse, le Djoon est devenu en 10 ans le repère des meilleurs danseurs de la capitale. Le seul mantra de ces danseurs : « Seule la musique compte » et c’est une grande histoire de passion. L’underground devient mainstream et vice versa, les modes passent et la soulful garde le cap.
Après Osunlade en juin dernier, My Grooves aura l’honneur de recevoir un invité pour son prochain évènement mais nous garderons son identité secrète. Seul indice : c’est un grand nom de la scène house et il viendra partager les platines avec les résidents Afshin et Orel1 pour un set éclectique, électrique, bref, une soirée haute en couleurs qu’il ne faudra absolument pas rater !

1509027_743204885697407_1900912587_n

Ce rendez-vous inratable, dont Soul Ton Oreille est partenaire, se déroulera au Djoon évidemment, le samedi 8 mars et c’est donc tout naturellement que nous vous proposons de gagner 2×2 places pour pouvoir vous trémousser toutes la nuit sur les meilleurs sons : de soul, de hip hop, de funk, du disco, ou d’afro-beat car peu importe les attributs dont elle se pare la musique est et restera sans frontières. C’est la mission que s’est donné My Grooves : partager avec vous un peu du groove originel, ou plus simplement un peu de bonne musique, en retournant aux sources de la musique tout en vous faisant partager ce qui fera le groove de demain.
Ca vous donne envie, n’est-ce pas ? Pour cela rien de plus simple : vous n’avez qu’à nous envoyer un mail à l’adresse suivante team@soultonoreille.com avant le jeudi 6 mars 23h59 afin de peut être, être tiré au sort pour remporter 2 places pour cette soirée.

Pour aller plus loin :

Les choix musicaux de… Hyleen Gil

LESCHOIXDEHYLEENGIL_HEADERSouvenez-vous, nous vous présentions Hyleen Gil il y a quelques mois suite au concert qu’elle donnait au China. Comme c’est une artiste qui nous a tapé dans l’oreille nous suivons son actu, et sa cover de Get Lucky plait particulièrement car on en entend beaucoup parler, notamment au Japon puisqu’elle est rentré dans le Top 100 Chart à Tokyo. Son prochain Ep, qui s’intitulera U & I, sera bientôt disponible, et elle partagera ce nouveau projet avec des artistes qu’elle aime beaucoup, comme par exemple Omar, rien que ça. On a hâte de connaître les noms des autres artistes, d’autant plus que nous avons cru entendre que son dernier voyage à New York a été intéressant pour elle. Mais en attendant tout ça, elle vous propose de partager un peu plus de son univers, en vous proposant ses 3 titres de prédilection.

  • Choix n°1 : Bilal et le titre Soul Sista.

« Bilal est pour moi un vrai sorcier… Il est complètement envoûtant… Ses mélodies sont enivrantes et mélancoliques à la fois. Dans ce titre on est directement plongé dans son univers qui est à la fois chaud avec un groove laidback, une ligne de basse qui va et vient tel un boomerang et une sobriété dans l’arrangement qui montre toute son élégance. »

Regardez : Bilal – Soul Sista

  • Choix n°2 : Q-Tip et Norah Jones et le titre Life Is Better

« Ce titre réuni Q-tip et Norah Jones, est plein de fraîcheur. Avec un mélange judicieux de old school par le flow de Q-tip et de simplicité dans un refrain merveilleusement bien interprété par Norah Jones, sur une production bien « fat » comme je les aime. »

Regardez : Q-Tip featuring Norah Jones – Life Is Better

  • Choix n°3 : Snarky Puppy et Magda Giannikou et le titre Amour T’es Là ?

« Cette collaboration avec Magda Giannikou sur ce titre est super ! La langue française c’est quand même quelque chose. Dès les premières notes j’ai pu ressentir l’âme de Monsieur Gainsbourg  se convier à  ce « family dinner ». Que de mélange et de saveur dans ce titre, et quelle interprétation ! »

Regardez : Snarky Puppy featuring Magda Giannijou – Amour T’es Là ?

Concert : 5 raisons d’aller voir Danny Brown

DB-VM_HEADER-ARTICLES

En concert le 1er mars prochain au Bataclan à Paris, Danny Brown est l’un de ces personnages dont on apprécie le son mais pas forcément l’attitude. Certains faits d’armes au cours de récents concerts ne nous ayant pas échaudés, c’est armée de son calepin que l’Oreille expatriée s’est rendue à son concert de Londres vendredi. Plutôt que de tourner en rond autour de sa prestation, voici le top 5 des raisons pour lesquelles on vous recommande d’aller le voir à Paris.

Numéro 1 : la première partie aka la raison principale ayant motivé l’achat des billets du concert ! Parce que oui, inconnu pour beaucoup toujours, c’est notre mon chouchou Vic Mensa qui essuyait les plâtres de cette tournée européenne. Comme vous le savez, le chicagoan dispose d’une place tout particulière chez STO, et l’opportunité de le voir sur scène ne se manque pas, si vous comme nous l’appréciez à sa juste valeur.

Numéro 2 : Vic Mensa toujours ! Sa prestation d’un peu plus de 30 minutes vous permettra d’avoir un aperçu de quelques nouveaux titres (quoiqu’on émet encore un doute quant au dernier nouveau titre joué, très club et trop inattendu) ainsi que de revenir sur « ses » classiques tels Orange Soda, Tweakin‘ et le plus doux YNSP avec la présence sur scène d’Eliza Doolittle. Le tout avant de finir sur un bordel monstre pour le bruyant Don’t Harsh My Mellow, le morceau qui aura mis Kids These Days sous un plus grand nombre de projecteurs. Belle présence pour le jeune MC, grosse énergie, il démontre encore une fois qu’il a l’envie et le potentiel de faire de grandes choses ! Vic, on je t’aime.

Numéro 3 : le voici, le voilà, le personnage principal de l’épisode musical du soir, Danny Brown. les cheveux en pagaille, les chicos en vrac, c’est en mode backpacker qu’il débarque sur scène. Si ses gimmicks et grimaces ont fini par nous faire nous demander s’il avait une relation particulière avec Miley Cyrus (on pense qu’il lui a tout appris du tirage de langue), il dégage d’entrée une énergie plutôt communicative, faisant se déchaîner le public hétérogène de KOKO (salle située à Camden Town à Londres pour les curieux).

Numéro 4 : le mec dispose de quelques « bangers » qui font vraiment mouche sur scène. Comme un N*ggas in Paris d’ailleurs diffusé pendant la pause et ayant déclenché la frénésie dans la salle, et particulièrement grâce à son dernier album en date, Old, Danny Brown profite de titres énergiques qui embarquent facilement le public averti. Instrus efficaces et flow maîtrisé lui permettent sur 25 Bucks, Wonderbread, Side B (Dope Song), Dip, Smokin & Drinkin, Break It (Go) ou Handstand d’emmener la salle dans sa zone. Et bien sûr, certains auront pris à la lettre les paroles de Kush Coma et Blunt After Blunt. La sécurité de KOKO les en remercie encore.

Numéro 5 : lumières sur la salle, aidé du battement de mesure du public, Danny Brown offre au milieu de sa performance un intermède sans son DJ pour poser ses barres avec aisance. Moment simple et bon, montrant une efficacité certaine pour impliquer le public, c’est cependant la seule vraie interaction qu’il aura eu avec lui. Après une heure de show, un total de 84 langues tirées et 7 relevés de pantalon (nous lançons une collecte de fonds pour financer l’achat d’une ceinture et son envoi à Détroit prochainement), il est parti comme il est venu avant un court rappel.

Avec une performance plus solide qu’espéré, Danny Brown a marqué quelques points de plus chez STO. En attendant d’en découvrir plus et de voir s’il maintient la qualité de ses projets dans le futur, et si vous ne savez pas quoi faire samedi, on vous suggère donc d’aller le voir sur la scène du Bataclan. Avec, comme le dit l’affiche, son « very special guest » Vic Mensa.

Pages : Précédente 1 2 3 4 5 ... 28 29 Suivante