Tous les articles de

Mixtape : Big Sean nous fait découvrir Detroit

En attendant la sortie de son second album (qui serait apparemment prévu pour la fin de l’année), voilà que Big Sean nous gâte d’une nouvelle mixtape sobrement intitulée Detroit. Composée de 16 morceaux auxquels on rajoutera 2 bonus, on y retrouve plusieurs artistes en featuring comme Chris Brown, J.Cole, French Montana, Tyga, King Chip, Juicy J… Une belle affiche donc ! Et il en est de même pour les productions, puisque Young Chop, Lex Luger ou encore Hit-Boy pour ne citer qu’eux, sont présents sur la mixtape. Assurément de quoi tenir jusqu’à la prochaine sortie du camp GOOD Music, à savoir Cruel Summer le 18 septembre prochain.

En plus de tout ça, on vous laisse également avec le clip de RWT (qui signifie Roll Weed Time). Voilà donc pour votre dose quotidienne de nouveautés, et entre nous, c’est déjà pas mal non ? Pour le téléchargement de la mixtape, c’est juste en bas !

Regarder : Big Sean – RWT

>>>>>> Télécharger : Big Sean – Detroit (Mixtape) <<<<<<

Azealia Banks nous ramène en 1991

Si vous ne connaissez toujours pas Azealia Banks, n’hésitez pas à prendre le train en marche grâce à notre article de novembre dernier. Après avoir lâché son EP sobrement baptisé 1991, elle nous revient aujourd’hui avec le clip du morceau éponyme. D’ailleurs, la petite Azealia commence à faire de plus en plus de bruit depuis quelques mois déjà. Elle impose son style et son univers, ce qui lui permet de se démarquer très clairement de ce que peuvent faire d’autres femmes dans le milieu comme, au hasard, Nicki Minaj.

Après Liquorice et Van Vogue, voici donc venu 1991 qui ne s’éloigne pas trop de ce qui a été fait auparavant.  Un flow acerbe et une vidéo pour le moins originale, mais on aimerait toutefois qu’elle passe rapidement à la vitesse supérieur car il lui faudra bien plus que ça si elle veut se hisser en haut des charts. Peut-être pour son premier album ? L’avenir nous le dira, mais en attendant, c’est 1991 !

Regarder : Azealia Banks – 1991

Raven Sorvino revient les bras chargés !

Après Paper Girl, son premier album studio qui n’a pas manqué d’en surprendre plus d’un, voilà que Raven Sorvino nous a récemment sorti Playa Del Rey, sa nouvelle mixtape qui devrait vous accompagner pour un bon moment. Composée de 14 titres, on y retrouve une bonne partie de la scène de LA, comme le duo The Formula à la production mais aussi Ro. Blvd (qui a aussi travaillé avec Thurz que l’on vous présentait en mai dernier), Willie B de TDE (l’équipe de Kendrick Lamar, ça vous dit quelque chose ?) ou encore Casey Veggies pour ne nommer qu’eux. De quoi rajouter un peu de neuf à votre bibliothèque iTunes et d’envoyer vos oreilles du côté de Los Angeles. Et en guise de cerise sur le gâteau, on vous laisse ses deux dernières vidéos en date, à savoir Gold Chainz (tiré de Playa Del Rey) et Leimert Park Playa (tiré de l’album Paper Girl) pour une bonne journée ensoleillée !

Bonus : pour ceux l’ayant raté à l’époque, n’hésitez pas à regarder notre interview de Raven Sorvino réalisée l’année dernière !

Regarder : Leimert Park Playa – Raven Sorvino

Regarder : Gold Chainz – Raven Sorvino

Pour aller plus loin :

Hit-Boy fait ses premiers pas avec avec HITstory

Si vous ne savez toujours pas qui est Hit-Boy, alors c’est le bon moment pour découvrir le bonhomme à travers notre dossier qui retrace son parcours. Pour les autres, vous êtes peut-être au courant qu’il vient tout juste de sortir HITstory, son premier album rap (gratuit), qui lui sert d’introduction dans le monde de la rime et de la punchline. Car s’il est difficile de s’établir en tant que rappeur, ça l’est encore plus lorsqu’un producteur s’essaye à l’exercice. Mais la nouvelle coqueluche de G.O.O.D Music qui est aussi le visage derrière Niggas in Paris semble avoir plus d’un tour dans son studio, et c’est tant mieux.

Les premiers extraits (Jay-Z Interview et Old School Caddy) laissaient place au «pourquoi pas», et aujourd’hui, HITstory affirme clairement le potentiel d’Hit-Boy qui en a surpris plus d’un, moi le premier. Composé de 11 titres au total, l’album voit ses 6 premiers morceaux produit par Hit-Boy lui même, alors que les suivants (sauf le dernier signé par Hit’ également) nous viennent de différents producteurs comme Bink! avec Jay-Z Interview. Assurément, les meilleurs titres sont ceux produit par notre star du jour. Peut-être parce qu’Hit-Boy n’est autre que l’un des producteurs les plus prometteurs à ce jour. Peut-être aussi sommes nous plus impressionné par la carte «compositeur/interprète». Quoi qu’il en soit, ça démarre fort avec le morceau éponyme. Son piano, ses violons, les voix et sa lente montée en puissance pour le reste du projet mais néanmoins sûre, Hit-Boy nous délivre avec HITstory la parfaite introduction à ses débuts. Puis vient Brake Lights, qui peut sonner comme une seconde introduction également mais qui complète plutôt bien HITstory et lance définitivement l’album. Encore une fois, on est immédiatement enjoué par le beat qui doit beaucoup à ses drums 808, tout comme ses notes de piano qui ne manqueront pas de vous faire frissonner. C’est également la meilleure performance vocale d’Hit-Boy, une performance calée à merveille sur la progression de l’instrumentale et qui en devient tout simplement grisante de seconde en seconde et ce, jusqu’à la dernière.

Regarder : Hit-Boy – Jay-Z Interview

Affilié à G.O.O.D Music, on y trouve également des featurings avec des membres du label comme Big Sean sur Option, Kid Cudi avec Old School Caddy ou encore John Legend pour WyW. Et si l’on retiendra plus les performances de Cudi et Sean que celles d’Hit-Boy sur les morceaux concernés, en revanche, on continue de retenir ses beats. Toujours au point, on ne peut qu’imaginer ce que le californien prépare pour l’équipe G.O.O.D. D’ailleurs, et si l’on s’en tient strictement aux sons réalisés par Hit-Boy, cet album gratuit est déjà bien au-dessus de tout ce qui s’est fait cette année. Et c’est là que vient le cas de Fan, dont l’instru’ ressemble étrangement à celle de Niggas in Paris. En gros, c’est la même en version accélérée. Mais quand on se souvient que l’artiste a du ralentir une de ses instrus après demande de Kanye West pour donner naissance à Niggas in Paris, se dire que le beat de Fan ne serait ni plus ni moins que le fameux morceau-phare de Watch The Throne ne semble pas si improbable. Quoi qu’il en soit, Fan et ses «drumrolls» est l’un des meilleurs titres présents sur HITstory. Tout comme le suivant, She Belongs To The City, magnifique en tout point de vue avec, encore une fois, une mention spéciale à la partie instrumentale maitrisée à la perfection.

Et si la seconde partie de l’album (non produite par Hit-Boy en ce qui concerne les morceaux 7 à 10) et un peu en deçà de la première, elle n’en reste pas moins correcte, sans compter Jay-Z Interview qui fait toujours son petit effet. On notera également Busta Ass Niggas avec Bun B et Chip Tha Ripper, qui envoie du lourd comme il se doit.
Avec HITstory, Hit-Boy a fait ses débuts en tant que rappeur. Il y a du potentiel, c’est indéniable (surtout dans sa manière de narrer ses histoires), mais il a aussi besoin de faire passer plus d’émotions par sa voix, besoin d’encore plus de confidence et de varier son flow plus souvent. Le genre de détails qui peut ennuyer très vite et qu’il va falloir corriger très vite aussi. Mais comme dit plus haut, ce sont ses premiers pas, et le projet global est plus qu’encourageant pour la suite. Le premier rappeur/producteur à exploser depuis Mr. West ? L’avenir nous le dira, en attendant, faites péter les enceintes et saoulez votre oreille comme il se doit !

>>>> Téléchargement (gratuit) : Hit-Boy – HITstory <<<<

[MAJ] Hit-Boy, la relève d’une génération ?

Hit-Boy pour ceux qui ne le connaitraient pas encore, est l’un des producteurs les plus en vue du moment. Chauncey Hollis de son vrai nom, il a à son actif une liste de hits impressionante et qui l’est d’autant plus lorsque l’on sait qu’il a seulement 25 ans. Jay-Z et Kanye West (Niggas in Paris, c’est lui), Rihanna, Justin Bieber, Lil Wayne, A$AP Rocky, Eminem, 50 Cent, Mary J Blige et on en passe, beaucoup aimeraient être dans ses baskets en ce moment. Et son travail ne date pas d’hier.

Ainsi, le jeune Chauncey s’est lancé dans la composition à l’age de 16 ans. Très vite, il puisera sa principale inspiration dans Scott Torch et sa faculté à changer de style de production. « Il pouvait faire Me Myself and I pour Beyoncé et le lendemain il faisait Lean Back pour Fat Joe, qui est l’un des plus gros titres club qu’on ai jamais eu. C’était mon inspiration, de ne jamais sonner pareil » s’exclame Hit-Boy au cours d’une interview. Il devient donc actif dans l’industrie dès 2007, période durant laquelle il fonde Surf Club, collectif regroupant plusieurs artistes dont notamment Chase N.Cashe, BCarr et Chili Chill. La suite, elle se passe sur MySpace (eh oui) où Polow Da Don lui envoie un simple message : « Let’s get this paper » (en d’autres termes, faisons de l’argent.) Alors qu’il commence déjà à travailler avec des artistes comme Snoop Dogg50 Cent et son G-Unit en 2008, ce n’est qu’en 2010 avec Drop The World de Lil Wayne et Eminem que son nom commencera à véritablement résonner dans l’industrie. Mais le plus gros reste à venir puisque la même année, c’est lui qui signe Christmas in Harlem, morceau tiré de la série des G.O.O.D Friday de Kanye West. La connexion entre les deux s’est faite grâce au cousin de Kanye qui était devenu ami avec Hit-Boy. Il finira par être signé sur G.O.O.D Music avant de réaliser My God pour l’une des autres recrues du label : Pusha T. Un grand pas a été fait.

Regarder : Pusha T - My God (produit par Hit-Boy)

Mais l’année 2011 est assurément la plus importante de toute sa carrière. C’est celle qui va définitivement l’établir comme une des personnes avec qui travailler dans la musique d’aujourd’hui, le révéler au grand jour. Et surtout avoir le plus gros hit de l’album le plus attendu de l’année, voir de la décennie. Watch The Throne et son tube Niggas in Paris ont définitivement propulsé la carrière du petit Chauncey dans la stratosphère. Au cours d’une interview, il nous explique même l’influence de Kanye et le rôle que ce dernier a joué lors de la conception du morceau. « Il arrive à donner vie à ses projets exactement comme il les imagine. Par exemple, j’étais en train de faire ce beat [Niggas in Paris] que j’avais en deux parties distinctes et il me dit « Yo, je ne sens pas trop cette partie, je ne l’aime pas, mais garde l’autre et ralentit le rythme ». Au début je me disais qu’il gâchait la vibe du morceau, mais je l’ai fait, et quand je l’ai fait, j’ai compris : c’était complètement fou ». La suite, on la connait. Et tout comme Scott Torch, Hit-Boy est plus que versatile puisqu’après avoir signé un tube pour le Throne, il enchainera très vite avec Lay it On Me pour Kelly Rowland, un tout autre registre.

Les affaires roulent de mieux en mieux et il n’est qu’une question de temps avant qu’il ne s’associe avec l’une des nouvelles têtes montantes : A$AP Rocky. Le rappeur de Harlem, après avoir crée la sensation avec sa mixtape LiveLoveAsap, prépare son premier album, et qui mieux que Hit-Boy pour en faire le premier single ? La collaboration donnera alors naissance à Goldie, dont Hit-Boy avouera plus tard que le beat était initialement prévu pour Jay-Z. Mais lorsque les deux ce sont réunis en studio, il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre qu’A$AP était celui qu’il fallait pour cette instru’. Cerise sur le gateau, le clip du morceau a en partie été tourné chez nous en France, à Paris. Un pays que semble décidément apprécier le rappeur d’Harlem, puisqu’un français (Soufien3000) a même deux productions à lui sur LiveLoveAsap.

Regarder : A$AP Rocky - Goldie 

Tout ceci nous amène à une autre facette du californien d’origine, puisqu’il se met aussi à rapper ! Un exercice extrêmement difficile lorsque l’on s’établit d’abord en tant que producteur, ce qui ne semble toutefois pas inquiéter Hit-Boy. Plus tôt dans le mois, il a donc révélé au grand jour Jay-Z Interview, son premier morceau en tant que rappeur qui lui sert également à tâter l’eau et observer la réaction du public. Et si initialement le beat du morceau devait être tiré de son catalogue, ce n’est que lorsqu’il a commencé à travailler avec Bink! qu’il a changé d’avis, puisque la production n’est autre que l’oeuvre de ce dernier. Peut-être était-ce calculé pour que les gens se concentrent uniquement sur le rap de Hit-Boy ? On ne sait pas vraiment, mais toujours est-il que, sans faire de grandes étincelles, Hit‘ peut rapper et s’en sort même plutôt bien, ce qui est encourageant pour la suite sur un terrain où nombreux sont ceux à avoir échoué (Swiss Beatz, s’il te plait, reste loin d’un micro). Et si vous vous demandez pourquoi Jay-Z Interview comme titre, c’est tout simplement parce que Mr.Carter lui-même a trouvé que c’était une bonne idée et a approuvé. La chance dis donc. Produisant au passage Right Here pour Justin Bieber et son album Believe (de quoi bien remplir son compte en banque vu le carton qu’il fait), il s’apprête désormais à sortir très prochainement son nouveaut titre en tant que rappeur, produit par ses soins cette fois. Baptisée Old School Caddy, on y retrouvera Kid Cudi en guise de featuring et une chose est sûr : on a hâte d’entendre ce que ca va donner.

Regarder : Hit-Boy - Jay-Z Interview

Pour aller plus loin :

Mise à jour : nouveau son de Hit Boy featuring Kid Cudi – Old School Caddy

 

Pages : 1 2 3 4 5 ... 23 24 Suivante