Tous les articles de

Mac Miller nous offre Macadelic

Il y a quelques semaines, Mac Miller prouvait son amour à notre beau pays grâce à sa nouvelle mixtape intitulée Macadelic. De quelle façon a-t-il montré qu’il aimait la France ? Tout simplement en ajoutant des petits bouts de notre langue entre ou même dans les morceaux de cette mixtape ainsi qu’avec le slogan qu’il a choisi pour illustrer le Tumblr officiel de Macadelic : « L’Amour pur est une drogue dure ». Mais nous le savions déjà qu’il aimait l’héxagone. Souvenez-vous, lors de son passage à Paris, nous avions pu interviewer Mac Miller et il nous avait confié que son rêve était de venir à Paris. Maintenant, voyons ce que donne cette perle qui part déjà avec une longueur d’avance (qui a dit que j’étais chauvin ?)

Cette mixtape est un produit typique du jeune Miller, mais ce n’est pas pour autant qu’elle n’a rien d’originale, loin de là. On y retrouve dans cette tape une sorte de maturité. Les classiques sont présents avec notamment pas mal d’histoires sur ses potes qui traînent avec lui dans ses morceaux. Loud, Desperado ou encore Aliens Fighting Robots, sur lequel il est en featuring avec Sir Michael Rocks, sont de très bons exemples et seront des références pour les fans de Mac Miller qui veulent retrouver leurs marques.

D’un autre côté, nous avons des morceaux comme Fight the Feelings en featuring avec Kendrick Lamar et Iman Omani, ou bien 1 Threw 8, Angels, Sunlight ou encore America qui sont en rupture avec ce à quoi nous sommes habitués. Nous entendons la voix mais nous ne voyons plus les traits, c’est comme un tableau qui aurait perdu ses couleurs. Il faut réapprendre à l’aimer avec sa nouvelle forme. Heureusement, Mac Miller sait y faire et c’est un plaisir de le redécouvrir.

Les morceaux restants sont également atypiques, on a du mal à s’y retrouver, mais cela ne nous empêche pas d’apprécier. Love Me As I Loved You, Angels, The Question ou encore Fuck’em All (ci-dessus) réussissent à attirer notre attention et à nous propulser dans un tout nouvel univers. Que ce soit la prod, les instrus ou encore les featuring (Lil Wayne pose sur The Question), tout semble réussi et nous accroche comme lors de notre première fois. D’ailleurs, les prods sont la vraie force de cette mixtape. La diversité des morceaux est due, en partie au fait que pas moins de 13 producteurs ont été appelés pour poser leur patte sur cette galette.

Maintenant que nous avons fait ce tour d’horizon, il ne vous reste plus qu’à vous forger votre propre opinion et apprécier, ou non, Macadelic qui est disponible juste ci-dessus. N’hésitez pas à nous donner votre avis, nous sommes curieux de savoir ce que vous en pensez.

Pour aller plus loin :

Les vidéos de l’album BT 2.0 de Vicelow

Nous l’attendions depuis un moment cette Blue Tape 2.0 (BT 2.0), cet album d’un rappeur qui revient sur le devant de la scène musicale après avoir conquit le cœur des danseurs. Vicelow est là et compte bien rester. La nouvelles est tombée le 9 avril, le rappeur de 34 ans originaire de Bondy (93) a officiellement mis en vente son nouvel album sur les plate-formes de téléchargement légal.

Si vous suivez nos pérégrinations, vous avez certainement déjà vu passer les deux vidéos que nous avons déjà relayé. La première date du mois de juin 2011, c’était l’annonce officielle de la mise en marche du projet BT 2.0 qui s’est faite avec un clip mettant en scène Marvin du RAF Crew sur le son Welcome to the BT 2.0. La seconde est bien plus récente et est sortie mi-février, nous l’avions faite découvrir le jour de la Saint Valentin, il s’agit du clip de Beat Sale qui a repris les images de l’évènement I Love This Dance à La Cigale au mois de novembre dernier.

Vicelow - Noir A Lunettes épisode # 1

Pour ceux qui ne seraient pas inscrits sur Facebook et qui ne passent pas leur vie sur Youtube ( il paraît que ça existe, encore une légende urbaine ?) Soul Ton Oreille vous offre une petite session de rattrapage des petits cadeaux que Vicelow nous a fait pendant les trois semaines qui ont précédé la sortie de BT 2.0. En effet, chaque jeudi pendant trois semaines, nous avions droit à un avant-goût de ce qui nous attendait avec une petite partie de freestyle pour agrémenter le tout. Vous retrouverez donc ces clips juste en dessous et pour télécharger l’album, ça se passe à la fin de l’article et la critique de BT 2.0 arrivera d’ici le début de la semaine prochaine.

Vicelow - Noir A Lunettes épisode # 2

Pour aller plus loin :

Clip : Aoki + Cudi + Barker = WTF ?!

Non, vous ne rêvez pas, voici trois noms de grandes stars qui ont décidé d’unir leurs pouvoirs magiques pour nous offrir un morceau accompagné d’un clip complètement «What The Fuck» comme ils disent là-bas.

Intitulé Cudi the Kid, ce morceau est un savant (fou) mélange des styles de ces trois artistes. Steve Aoki a posé une instru électro bien lourde comme il sait si bien les faire. Le genre de celles sur lesquelles on le retrouve souvent en train de sauter dans tous les sens hissé sur sa table de mixage en s’égosillant dans un micro. Kid Cudi a lui prêté sa voix à ses compères pour poser des paroles qui racontent une histoire qui semble le concerner personnellement, c’est du moins ce que l’on pourrait croire. Sa participation sur ce morceau…original, n’est pas une grosse surprise étant donné les allers-retours dans différents styles musicaux auxquels il nous a habitués. Enfin, Travis Barker, après son changement de cap du punk au hip-hop, ne surprend plus personne. Ce genre de projet lui colle même à la peau tellement il est extrémiste (le projet).

Enfin, sur ces bonnes paroles, nous allons vous laisser profiter de ce morceau sur lequel nous avons vraiment du mal à nous mettre d’accord.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Daffysam, le chasseur des temps modernes

Aujourd’hui, c’est plus qu’un nouveau talent que nous allons vous présenter, c’est un réel coup de cœur. Daffysam fait partie de ces artistes qui arrivent à littéralement vous envoûter. Vous avez tous vécu ça au moins une fois, lorsque vous écoutez un son et que vous ne pouvez plus rien écouter d’autre. Eh bien c’est exactement ce qu’il se passe avec son maxi intitulé City Hunter. Dès la première écoute, nous avons été comme happés dans un trou noir de bonheur acoustique et impossible d’en décrocher. C’est pour cette raison que nous vous en parlons aujourd’hui.

Tout d’abord, qui est Daffysam ? Ce jeune chasseur des (grandes) villes nous vient de la cité phocéenne. Auteur, compositeur et interprète, il est issu de la génération qui a grandi avec autant d’influences hip hop qu’électro. Débrouillard, il pose ses paroles sur des instrus qu’il crée en majeure partie lui-même. Ce qu’on aime chez lui, c’est qu’il arrive à marier les « poum pac » avec du scratch et des samples « new school ». Voilà ce qui fait sa force, mais ce qui nous pousse à vouloir l’écouter, c’est sa capacité à insérer un univers tout entier dans chaque morceau qu’il nous offre.

City Hunter nous raconte ses voyages dans les trois plus belles mégapoles du monde, à savoir Tokyo, New York et Paris. Trois titres qui nous font voyager pendant presque 15 minutes au rythme de sons propres à chaque ville. Lors de notre passage dans la capitale américaine, on apprécie de se retrouver avec un rythme calme, posé, qui laisse place à des paroles en anglais produites par Creestal et en français par notre serviteur. Pour visiter Tokyo, la ville en perpétuel mouvement, Daffysam a décidé de jouer sur la modification d’instruments classiques pour représenter la culture technologique qui règne sur l’archipel nippon. Enfin, pour nous humbles français, nous attendions beaucoup de son morceau sur Paris. Encore une fois, nos oreilles sont complètement soulées grâce à un texte puissant, une ligne de chant qui sort des sentiers battus et de ce que produit la nouvelle génération de rappeurs français.

CITY HUNTER EP by DAFFYSAM

Enfin, vous l’aurez compris, ce voyage aux trois coins du monde est un véritable régal pour nos oreilles et nous espérons sincèrement qu’il en sera de même pour vous. Le maxi est en écoute dans son intégralité sur SoundCloud.

De plus, vous pouvez tenter votre chance pour gagner l’un des 3 EPs mis en jeu sur Soul Ton Oreille. Comment gagner ? C’est simple, rendez-vous dès à présent sur notre page Facebook pour tenter votre chance !

Pour aller plus loin:

Découvrez : Scratch Bandits Crew

SCB - 31 NovembreBeaucoup d’amoureux de la musique apprécient le scratch à sa juste valeur, malheureusement beaucoup d’autres ne savent simplement pas que des gens aiment se casser les phalanges sur des vinyles rayés jusque dans leurs plus profondes rainures. Aujourd’hui, nous allons vous présenter trois de ces spécimen qui répondent au doux nom de Scratch Bandits Crew (SBC). Supa-Jay, Geoffresh et Syr sont ces trois chevaliers de l’apocalypse musicale qui, comme ils le disent si bien, « adorent naviguer sur d’autres mers. »

Car oui, même dans le djing il y a des différences de styles. Certains aiment sortir les vieux vinyles de soul et les mixer pour en faire quelque chose de frais, de neuf. D’autres, comme SBC, préfèrent tout créer de A à Z. Lorsqu’ils ont besoin d’un son, ils savent précisément ce qu’ils veulent et ne vont pas le chercher dans tel ou tel autre morceau. Non monsieur, non madame, ils vont le créer eux-mêmes ! Ils prennent leurs petites mains, leurs voix, font appel à d’autres collaborateurs et sont fiers de revendiquer un véritable esprit créatif. Celui-ci leur permet donc de créer des morceaux tels que Heart Beat, le premier extrait de leur album 31 Novembre qui sortira le 9 avril prochain (logique !). On retrouve dans ce son une douceur extrême qui contraste énormément avec ce qu’on connait du scratch. Cet art brut, presque agressif lorsqu’on ne le connait pas ou peu, devient quelque chose de doux et de très agréable à l’oreille :

Mais ce n’est pas tout, en plus de souler nos oreilles, Scratch Bandits Crew a poussé son imagination dans ses retranchements pour nous offrir des expériences live de folie. Pour régaler ceux qui ont fait le déplacement pour les voir, ils sont allés jusqu’à inventer leurs propres instruments. Pour les décrire, on ne saurait trouver d’autres mots que les leurs. On parle donc de « dispositifs inédits, comme la guitare-scratch et la derbouka-lampe, ou encore le scratch lunaire, un prototype de « scratch controlled instrument » unique au monde. Des nouvelles lutheries électroniques qui transforment les shows en événements hybrides et mutants. » Rien que ça !

Enfin, maintenant que vous savez à qui vous avez affaire, il ne vous reste plus qu’à vous laisser envoûter par leurs sons, leurs rythmes, leur esprit et leur âme. D’ailleurs, ils ont mis un peu de tout ça dans le remix de Break Ya Neck (Busta Rhymes) qu’ils ont mis en ligne pas plus tard qu’hier.

Pour aller plus loin :

Pages : Précédente 1 ... 14 15 16 17 18 ... 28 29 Suivante