Adam « MCA » Yauch nous a quittés

 

Vous connaissez tous ce sentiment, quand dès le lundi les mauvaises nouvelles se succèdent, dans une atmosphère étrange où l’on se dit « vivement le weekend » pour mettre ça dernière nous. Cette semaine-ci en est une et malheureusement, le weekend n’apporte pas de soulagement.

Hier soir, la nouvelle du décès d’Adam « MCA » Yauch, membre fondateur des Beastie Boys avec Adam Horovitz et Michael Diamond a plongé dans une infinie tristesse le monde du hip hop et de la musique. En commençant par le punk et glissant prudamment et efficacement vers le rap jusqu’à la sortie l’an dernier d’Hot Sauce Committee Part Two, les Beastie Boys ont été à l’origine d’un mouvement culturel et musical qu’on apprécie tous tant aujourd’hui.

L’aventure commence en 1981 quand Adam Yauch, après voir décidé quelques années plus tôt de monter à New York un groupe d’hardcore punk, se joint à Michael Diamond et deux musiciens pour former ceux qu’on connaitra alors comme les Beastie Boys. 1983 marque l’année où Adam Horovitz rejoint le groupe et ils proposeront alors leur premier titre rap, Cooky Puss, qui fait référence à Cookie Puss, un personnage imaginé par une marque de crème glacée : la critique, la satire et l’humour sont déjà en place et ne quitteront plus jamais le groupe.

Leur premier album Licensed To Ill, sorti en 1986, marque également leur signature chez Def Jam pour l’un des tous premiers contrats du label fondé deux années plus tôt. Classique du genre, Licensed To Ill est l’exemple parfait de l’album qui marque son temps et ne vieillit pas, devenant même l’album rap le plus vendu des années 1980, notamment grâce au tube (You Gotta Fight) For Your Right (To Party !) :

En 1988, le trio signe chez Capitol Records et nous propose Paul’s Boutique puis Check Your Head quatre ans plus tard, sur lequel les Beastie Boys reviennent en partie à leurs racines punk sur Time For Livin, reprise de Sly & The Family Stone. Les années 1990 verront également la sortie d’Ill Communication, quatrième album du groupe qui renoue alors avec les premières places dans les classements et fait un carton avec leur single Sabotage et son clip complétement Beastie dirigé par Spike Jones. Leur opus suivant, Hello Nasty, sera marqué par Intergalactic et sa vidéo qui nous montre encore un peu plus l’esprit décalé et loufoque du trio, et leur permettra de remporter deux Grammy Awards en 1999, faisant du groupe le premier à ramener à la maison un prix rap et un prix musique alternative. Le début des années 2000 marque aussi la sortie de quelques projets solos pour chacun des membres, qui reviendront en force ensemble avec un message politique fort après les attentats du 11 septembre. Activistes, il n’avaient pas hésité auparavant à faire entendre leur voix quant à la stigmatisation de certaines communautés et en 2003, ils montrent leur désaccord avec la guerre en Irak et la politique de Georges W. Bush en enregistrant In A World Gone Mad, avant de sortir To The 5 Boroughs, leur sixième album studio.

Ecoutez In A World Gone Mad des Beastie Boys :

Suivra la parenthèse instrumentale The Mix-Up puis Hot Sauce Committee, album d’abord reporté puis oublié à la faveur d’Hot Sauce Committee Part Two : c’est en effet au cours de l’été 2009 qu’on apprend la maladie d’Adam Yauch, qui oblige le groupe à annuler des concerts et reporter l’enregistrement de l’album. Après un long traitement, le groupe revient en force en 2011 avec le tant attendu Hot Sauce Committee Part Two, album qui combine tout ce que l’on aime chez les Beastie Boys : des intrus percutantes, des délires et de la pertinence dans le texte et surtout, leur marque de fabrique, des clips réussis dont le film Fight For Your Right Revisited, reprenant l’un de leurs premiers succès pour montrer que deux décennies plus tard, le groupe est toujours là et n’oublie pas d’où il vient.

Réalisé par MCA lui-même, ce court-métrage placera les Beastie Boys sur orbite et fera de 2011 l’année au cours de laquelle Hot Sauce Committee Part Two offrira des titres immanquables, de Make Some Noise à Don’t Play No Game That I Can’t Win. Passionné par la réalisation, Adam Yauch profitait de sa société de production Oscilloscope Laboratories pour sortir en 2008 son premier film, un documentaire sur le monde du basketball intitulé Gunnin’ For That #1 Spot.

L’intronisation des Beastie Boys au Rock And Roll Hall Of Fame il y a quelques semaines seulement marquait leur nom à tout jamais dans la légende de la musique, parce que si les Beastie Boys, c’est du rap depuis plus de 20 ans, leur travail est tel que non seulement ils ont été les pionniers du mouvement musical dans les années 1980, mais ils ont offert tout au long de leur carrière un contenu neuf, culotté et innovant prenant part à un pan entier de l’Histoire de la musique. L’absence d’Adam Yauch à la cérémonie laissait envisager le pire quant à la maladie qui était entrée dans sa vie en 2009, la triste nouvelle d’hier confirmant ce pressentiment.

On  ne sait pas aujourd’hui ce qu’il adviendra des Beastie Boys, et si le monde de la musique vit cette annonce du décès d’Adam Yauch comme une onde de choc avec des hommages qui se multiplient sur la toile depuis hier, une chose est sûre : le groupe et MCA continueront de nous faire bouger la tête et nous appeler à la révolte pour longtemps encore.

La musique a perdu l’un des ses plus grands hier soir à seulement 47 ans. Qu’il repose en paix.

Mots-clés : , , , , ,

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article. Soyez le premier à en laisser un !

Laissez un commentaire