Découvrez : la succes story Bernhoft

 

C’est une jolie succes story que nous allons vous conter. Nous vous présentons Jarle Bernhoft, 35 ans, norvègien. Il chante, écrit, est un multi-instrumentiste, a un style vestimentaire plutôt sympa (et le même coiffeur que Janelle Monae), bref il a tout du gendre parfait.

bernhoft-soultonoreille

Son nom ne nous est familier que depuis quelque mois et pourtant il n’en est pas à son premier tour de main dans la musique. Mais c’est vrai qu’il est rare de voir les talents scandinaves arriver jusqu’à nous. Pourtant lorsque cela arrive, il s’agit de grands artistes. Nous pensons là au collectif de producteurs et paroliers Stargate composé de deux norvégiens, qui écrivent depuis 1999 les hits des plus grands chanteurs/euses (Neyo, Rihanna, Joe, Beyonce entre autres).

Mais revenons à nos élans (animal peuplant les forêts norvégiennes) : le début de la carrière de Bernhoft commence dans un groupe, Explicit Lyrics, puis à la fusion de celui-ci avec un autre, Span, composé en plus de lui d’un guitariste et d’un batteur. Le groupe sortira deux maxis et deux albums qui connaîtront un certain succès en Norvège mais le groupe se séparera finalement en 2005.

Lorsqu’il s’est rendu compte qu’il pouvait tout faire tout seul, c’est là qu’a commencé la carrière solo de Bernhoft. Au début, il collabore principalement avec des artistes norvégiens et sort son premier album en 2008 : Ceramik City Chronicles. Cet album a été mis dans la catégorie pop sur un certain service de musique « illimitée », mais lorsqu’on entend cette espèce de soul incroyable dans sa voix on a vraiment du mal à l’enfermer dans ce genre, surtout quand la basse et autre pédale wahwah viennent confirmer cet avis. En voici un bel exemple, le titre Streetlights :

Non-content de faire de la bonne musique, Bernhoft est aussi très bon sur scène et nous le prouve en sortant en 2010 : 1:man, 2:band, un album composé pour moitié de titres live.

Et nous voilà déjà en 2011, année durant laquelle il sort son 2ème véritable album solo, Solidarity Breaks, que nous ne saurons que trop vous (obliger) recommander d’écouter. Sorti en janvier 2011 en Norvège, il cartonne et caracole en tête du top 30 norvégien pendant 9 semaines la même année.

Mais comment est-il arrivé jusqu’à nos oreilles alors que nous ne savions rien de tout cela, vous demandez-vous ? Eh bien ce sont les producteurs du Ellen DeGeneres Show qui ont découvert une vidéo de lui sur Youtube et l’ont invité sur le plateau de l’émission en septembre dernier. Il y présenta le tube incontournable de cet album, le magique C’Mon Talk, et une standing ovation plus tard les frontières de la Norvège s’ouvrirent au monde entier.

Un succès est tout à fait mérité puisque l’album est d’une grande qualité. Toujours avec sa voix remplie de soul, il a fait un album totalement dans l’air du temps, savant mélange de ce qu’il se fait de meilleur aujourd’hui : juste ce qu’il faut d’électro, une pointe de pop, des rythmes que l’on retient, de l’énergie, le tout orchestré par sa voix teintée de soul. A noter, une jolie reprise du titre de Tears for Fear, Shout et une mention spéciale pour les titres A Bad Place To Reside et Prophet.

Vous l’aurez compris, Bernhoft est entré directement dans la liste des chouchous de Soul Ton Oreille et nous espérons que cela sera pareil pour vous. En tout cas on attend la suite avec impatience.

BONUS : sa superbe prestation sur le plateau de notre Taratata national :

Pour aller plus loin :

- Le site officiel du chanteur

Mots-clés : , , , , , ,

Commentaires Feed

  1. Milene - 03/03/2012 à 20 h 43 min

    C’est pas mal du tout ça

    Répondre

    1. perrine - 04/03/2012 à 11 h 11 min

      T’as vu ça ?! Carrément bon !!

      Répondre

Laissez un commentaire