DJ Mehdi nous a quittés

 

Hier, on se réveillait en songeant à Tupac, quinze ans après sa tragique disparition. Le même jour, on se couchait en pensant à DJ Mehdi, parti tristement à seulement 34 ans ce maudit 13 septembre.

De son nom à la ville Mehdi Favéris-Essadi, DJ Mehdi aura grandement participé à développer avec succès deux courants musicaux bien distincts mais finalement cousins grâce à des magiciens qui comme lui essaient de casser les barrières entre les genres et n’hésitent pas à s’ouvrir aux autres courants.

D’abord figure du mouvement hip hop, Mehdi a contribué à faire exploser le rap sur la scène française lorsqu’il était DJ de Different Teep puis d’Ideal J, le collectif fondé par Kery James. Il produit aussi pour de nombreux autres artistes de la scène rap française parmi lesquels 113, pour qui il réalise la quasi totalité des albums Les Princes De La Ville et 113 Fout La Merde, cartons du groupe de Vitry-Sur-Seine.

Et c’est déjà là que son métissage rap / électro débarque, prémisses de son passage vers l’électro pur quelques temps plus tard. On le voit aussi en 2001 avec le remix du titre AKH (Version K) d’Akhenaton, sur lequel DJ Mehdi offre un tout nouvel aspect au morceau, le réinventant presque entièrement :

En solo, c’est donc plutôt dans l’électro que DJ Mehdi se fait un nom, avec pas moins de cinq albums studio à son actif. En 2002, son premier opus (The Story Of) Espion sort chez Delabel et mêle jazz, soul et house tout en gardant ses racines hip hop. Il signe chez Ed Banger Records en 2006 et sort trois nouveaux albums dont Lucky Boy. C’est de cet album qu’est tiré le titre I Am Somebody featuring Chromeo et son clip génial réalisé par SO ME :

Dans le même temps, Mehdi lance avec Pedro WinterCassius et Justice le Club 75, un collectif de six DJs avec qui il mixe dans de nombreux clubs et festivals dont Coachella. Dernier projet mis en place, un duo connu sous le nom de Carte Blanche avec le DJ anglais Riton : ils sortent le maxi Black Billionaires en 2010, en hommage aux pionniers de la house.

Devenu l’un des symboles de la French Touch, DJ Mehdi aura fait de sa carrière un méli-mélo réussi entre le genre qui l’a amené à la musique, le hip hop, et celui qui lui aura offert une renommée internationale, l’électro. DJ Mehdi, un nom de plus à la liste des artistes à la carrière riche et fulgurante, partis trop tôt, trop brutalement, et qui, qu’on connaisse leur travail sur le bout des doigts ou qu’on ne sache que de loin qui ils sont, nous manquerons inévitablement.

R.I.P. Mehdi.

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires Feed

  1. Mimouna - 14/09/2011 à 22 h 14 min

    Pour ceux qui voudraient se replonger dans sa carrière côté rap, ne ratez pas le mix « Naissance d’un Prince, une histoire du rap français » de Bachir et Slurg diffusé en février dernier sur l’Abcdr Du Son :
    http://www.abcdrduson.com/media/28-dj-mehdi–naissance-d-un-prince.html

    Répondre

  2. boris - 16/09/2011 à 10 h 09 min

    Le lien est mort … Dommage !
    Très bon article sinon !

    Répondre

    1. Mimouna - 16/09/2011 à 11 h 27 min

      Lequel ? Celui de l’Abcdr ? Il marche très bien de mon côté :/
      Merci ;-)

      Répondre

Laissez un commentaire