Wiz Khalifa – Rolling Papers

 

Les voilà enfin, ces papiers à rouler qu’on a tant attendus. Synonymes de troisième album studio pour Wiz Khalifa, ils sont aussi ceux qui devraient le faire exploser à l’échelle mondiale, point sur lequel nous ne sommes pas trop inquiets à la vue des ravages que provoque Black & Yellow. Mais succès commercial et succès critique sont deux choses bien distinctes qui ne s’accordent pas toujours, l’un ne prouvant pas forcément l’autre. Sous la houlette d’Atlantic, le jeune MC de Pittsburgh a-t-il parié sur le bon cheval ?

Prévisible, Rolling Papers l’est très certainement. Ne cherchez pas une quelconque surprise car il n’y en a pas. Filles, fêtes ou Marie-Jeanne, les sujets abordés par Wiz restent les même et se répètent de morceaux en morceaux. Est-ce pour autant une mauvaise chose ? Pas vraiment, puisque l’on apparenterait Rolling Papers aux bons divertissements des salles obscurs, où débrancher son cerveau à l’entrée est vivement recommandé. Du moment que l’on prend cet album de la bonne oreille, il ne devrait pas avoir trop de mal à ravir cette dernière. When I’m Gone, le titre qui ouvre les hostilités, est le parfait exemple de la ligne de conduite adoptée tout au long de l’écoute. Un beat qui monte en puissance, un refrain chanté, une mélodie entrainante et des rimes simples et compréhensibles, il ne faut pas en demander plus ! Les 14 morceaux que nous livre ici Wiz Khalifa seront vite gravés dans vos têtes, et qui à défaut de se démarquer les uns des autres (tous subissent la même inspiration) font néanmoins preuve de cohésion, ce qui permet d’offrir une véritable identité à ce Rolling Papers.  On pourrait à la rigueur citer On My Level comme titre se différenciant un peu du reste avec son beat lourd et oppressant, en dessous du rythme général imposé dans cet opus. On regrettera juste la présence de Too Short en featuring, qui doit certainement nous livrer un des plus mauvais couplets de sa carrière. Quant à l’énergique Black & Yellow, on ne le présente plus, lui qui inonde les ondes depuis plusieurs mois maintenant. Un véritable hymne dont ne s’est toujours pas lassé.

Mais si l’on se satisfera de l’écoute de morceaux tels que Roll up ou Wake Up, deux titres à la vibe paisible fort appréciable, comment ne pas mentionner The Race ? Assurément la meilleure track de l’album, elle fera sans aucun doute fondre votre oreille avec son refrain entrainant et son rythme maitrisé de A à Z qui vous fera atteindre des sommets de relaxation (promis, j’ai rien fumé). Couplez ça à un beat du feu de dieu et vous aurez la banane pour toute la journée ! On retiendra également Get Your Shit, qui, si vous prétez un minimum d’attention aux paroles, vous arrachera plus d’un sourire. Messieurs, si vous cherchez des conseils pour larguer votre copine, ce morceau vous semble tout destiné ! Malheureusement, la seconde moitié de l’album se révèle être moins consistante que sa première, même si la qualité globale n’est pas à plaindre. Des morceaux comme Top Floor, Fly Solo ou Cameras manquent de cette petite étincelle qui peut les rendre indispensable, et se révèlent être juste bons, voir carrément médiocre (ou insupportable, au choix) pour Top Floor. Dans le lot, on n’oubliera pas No Sleep, titre qui rappelle furieusement les soirées étudiantes bien arrosées, et Rooftops en featuring avec Currensy, qui ne change pas ce à quoi la paire nous a habitué. Solide et efficace !
Au final, Rolling Papers réussit là où on l’attendait, et ce sans grande surprise. Un album résolument mainstream qui possède toutefois sa propre identité, celle que Wiz Khalifa lui a attribué et auquel il nous a habitué ces dernières années. Si vous savez où vous mettez les pieds, alors y’a bon !

On aime :
The Race – Wiz Khalifa

Mots-clés : , , ,

Commentaires Feed

  1. Oujiz - 06/04/2011 à 11 h 21 min

    Taylor ? Gang !

    Assez d’accord avec la critique de John, RP pour le premier album de Wiz n’est pas dégueu, un chouilla mainstream pour moi car j’ai vraiment été habitué à toutes ses mixtapes bien crades avec du son lourd et des lyrics plus violentes.

    Mais si il y avait deux tracks qui devaient, selon moi, sortir du lot : The Race – Star of the Show.

    Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus du skill de WK, je vous invite à écouter deux mixtapes : Prince of the City II – Flight School.

    Enfin, un peu déçu que « Real Estate » ne soit pas dans RP. En somme, Rolling Paper est un album sympa pour partir en soirée, se motiver et chiller. « This shit to burn after you roll… » :)

    Wiz Khalifa – Real Estate : http://hypem.com/#!/item/16ptn/Wiz+Khalifa+-+Real+Estate

    Répondre

  2. John - 06/04/2011 à 11 h 55 min

    Real Estate y a du avoir bagarre avec T.I. je crois ! Lol

    Répondre

  3. SoulYmaN - 06/04/2011 à 13 h 45 min

    Ce Black & Yellow est tellement entraînant ! Le G-Mix est une tuerie, je ne m’en lasse pas. Après j’accroche moins au reste de l’album, mais bon ce n’est jamais mauvais non plus.

    Répondre

  4. Anouk. - 09/06/2011 à 11 h 25 min

    On est d’accord ‘The Race’ c’est la mieux. Bonne critique, je n’aurais pas mieux fait.

    Répondre

Laissez un commentaire